Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Saw Doctors , Young Dubliners, Creeds Cross, U2, The Seer , Coast, The Silencers
- Membre : Runrig, Simple Minds, Ultravox
- Style + Membre : The Alarm

BIG COUNTRY - No Place Like Home (1991)
Par GEGERS le 8 Septembre 2010          Consultée 1380 fois

Après la déception de Peace in Our Time, BIG COUNTRY aborde fébrilement le passage des années 90, en décidant une nouvelle fois de changer de style sur son cinquième opus. Le changement n'est pas radical ni brutal, il est progressif et apparaît finalement après grattage des couches successives qui composent ce nouvel opus qui, la faute à un changement inopportun de maison de disques, ne se verra même pas distribué aux Etats-Unis. Certains titres seront néanmoins réutilisés sur l'album suivant du groupe, The Buffalo Skinners, qui aura droit pour sa part à une publication américaine.

No Place Like Home surprend dès le premier morceau, « We're Not in Kansas », dont le côté AOR/rock sudiste n'aurait pas dépareillé sur un album de Foreigner ou Toto. L'ensemble est cohérent et tient plutôt bien la route, que ce soit au niveau de la production, du son des guitares ou du chant toujours très convaincant de Stuart Adamson. Le titre en lui-même montre un groupe inspiré et visiblement résolu à aller de l'avant, dans un style qui lui sied fort bien. Le titre suivant, « Republican Party Reptile » confirme la donne. En accentuant son côté blues rock et en renouant avec les considérations politiques chères au groupe, BIG COUNTRY semble sur la bonne voie ! Bien aidé par une production efficace, le groupe sert une nouvelle recette efficace et délectable. Groovy et prenant, ce deuxième morceau montre un groupe au sommet de son art et résolument décidé à se battre pour reconquérir son trône !

Même la sombre ballade « Dynamite Lady », qui se rapproche plus des groupes pop des années 80 parvient à convaincre grâce à son ambiance délicate et éthérée, laissant un espace d'expression maximum à la guitare de Bruce Watson. Deux autres titres parviendront à convaincre. C'est le cas de l'énervé « Beat the Devil » dont le riff quasi-hard rock contrebalancé par un chant tout en nuances de Stuart Adamson (ce dernier n'a jamais autant sonné comme Chris Isaak que sur cet opus) offre un moment fort agréable. Il en va de même pour le plus calme « Leap of Faith » qui, lorgnant plus vers une country-rock de qualité, propose une des meilleures mélodies de cet album.

Car il faut se rendre à l'évidence. Le reste de l'opus n'est qu'indigence et déception. Que ce soit l'enjoué « Beautiful People », dont le piano très années 30 ne parvient pas à sortir d'un certain marasme, le pop-rock « The Hostage Speaks », totalement inutile malgré des paroles intéressantes sur la relation entre médias et prises d'otages, ou le funky « You Me and the Truth », aucun titre ne parvient réellement susciter l'intérêt de l'auditeur la faute à une trop grande hétérogénéité nuisant à la cohérence de l'ensemble. Alternant ballade piano/voix (« Ships »), hymne rock (« Heart of the World ») ou fausse bleuette country/folk (« Into the Fire »), BIG COUNTRY ne parvient finalement jamais à convaincre son auditoire, et l'ennui pointe assez rapidement le bout de son nez. Surjouant à de nombreuses reprises, Stuart Adamson en finit même par devenir irritant, se faisant inutilement lyrique à de nombreuses reprises. Et au final, à l'exception des trois premiers titres de l'opus, l'album défile sans que l'on éprouve à aucun moment un réel plaisir à son écoute.

En tentant de varier son propos, BIG COUNTRY s'enfonce dans les méandres d'un rock indigent et lassant. Tout juste sauvé du naufrage par trois titres d'excellente facture, l'album constitue ce que le groupe écossais aura réalisé de plus anecdotique dans sa carrière. Fort heureusement l'opus suivant viendra redresser la barre avant le naufrage.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


MERZHIN
Pieds Nus Sur La Braise (2006)
Rock celtique...mais pas que




FIDDLER'S GREEN
Devil's Dozen (2016)
On n'est pas sérieux quand on a 25 ans !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Stuart Adamson (chant, guitare, piano)
- Mark Brzezicki (batterie, percussions)
- Tony Butler (basse)
- Bruce Watson (guitare)


1. We're Not In Kansas
2. Republican Party Reptile
3. Dynamite Lady
4. Keep On Dreaming
5. Beautiful People
6. The Hostage Speaks
7. Beat The Devil
8. Leap Of Faith
9. You, Me And The Truth
10. Comes A Time
11. Ships
12. Into The Fire
13. Heart Of The World
14. Kiss The Girl Goodbye
15. Freedom Song



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod