Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : The Corrs

Sharon CORR - Dream Of You (2010)
Par MARCO STIVELL le 10 Novembre 2010          Consultée 1735 fois

On l'attendait depuis longtemps celui-là... Plus aucune parution de la part du groupe depuis cinq ans, un seul album solo réalisé par l'autre chanteuse, malmené au posssible... Mais vous allez me demander, de qui je parle au fait ? Allons, Sharon CORR... Rien que le nom constitue un indice des plus révélateurs. Non, toujours pas ? C'est The Corrs bien sûr ! Vous vous souvenez, ce groupe aussi adulé que véhémentement critiqué, selon la personne à qui vous en parlez. Et des fois, les deux se rejoignent. Il n'est pas anodin de se retrouver en présence de fans qui, à force d'attendre (ou d'impatience) se sont révélés avec le temps plus durs que les détracteurs de The Corrs. Il faut dire que Sharon, qui est pour rappel la violoniste-choriste de ce groupe-famille si attachant, promettait cet album solo depuis la mi-2009, ce qui fait que dans une certaine mesure on peut comprendre l'aigreur de certains. Il faut dire aussi que Sharon était attendue au tournant, suite à l'échec à la fois commercial et critique de l'aventure solo de sa petite soeur Andrea en 2007 avec le pourtant très beau Ten Feet High.

Peut-être est-ce parce que Sharon est plus âgée (elle a eu quarante ans cette année), ce qui sous-entend plus "mûre", avec les influences celtiques qu'elle a apportées au groupe grâce à son violon, tout le monde y compris les ronchons, se disait que ça ne pouvait qu'être mieux que l'album d'Andrea. Puis les premières chansons et vidéos sont arrivées sur le site de la belle, "It's Not a Dream", la reprise de "Smalltown Boy", la dynamique "Ears Painted On" en live avec un nouveau groupe, même si elle, par contre, ne figure pas sur la galette finale. Avec tout cela, on avait pu le savourer à l'avance ce nouvel album. Restait alors la satisfaction de se déplacer le jour fatidique pour l'acheter (bien que pour la France il faudra attendre deux mois de plus après le 13 septembre), de dévorer le livret, le palper, et écouter le tout avec un son digne de cette pop d'orfèvre sur laquelle veille toujours une âme celtique.

Toujours ? Hum... J'en vois qui ricanent là-bas au fond. Pas la peine de vous cacher, je vous ai vus. Il est clair que la part de celtisme chez The Corrs n'est pas tout le temps des plus évidentes, surtout dans une oeuvre comme In Blue. Mais si vous prenez un artiste plus représentatif (mais pas forcément plus respecté) comme Alan Stivell, on peut constater que parfois dans sa carrière, certains morceaux voire disques (Terre des Vivants pour ne citer que lui) employaient la sauce celtique de manière hyper subtile. Je pense sincèrement que c'est aussi le cas de quelques chansons des Corrs. De même qu'un batteur ou percussionniste africain ne sera jamais pris en défaut ou remis en question concernant sa connaissance des rythmes, pour moi c'est strictement pareil avec les artistes des pays celtes et leur science de la mélodie. Cela inclut donc The Corrs et leur mélodies pas toujours évidentes, ou encore cette chère Andrea qui au milieu de bidouillages électro avait réussi à placer de sublimes ritournelles dans son album.

Et si Andrea avait bien su y faire, Sharon le fera encore mieux. Certes son Dream of You comporte plus de reprises, mais il est aussi plus "maîtrisé". La diversité n'est pas assez forte pour que des moments déroutants (qu'ils soient simplistes ou technoïsants) viennent vous compliquer l'écoute. Tout coule de source. D'ailleurs cette pochette et ce titre, Dream of You sont assez évocateurs. Sharon a toujours dit aimer écrire des chansons d'amour. L'ensemble des titres gravite autour de cette trame, s'en fait plus ou moins proches. Quoi qu'il en soit, il faut s'attendre à un ensemble plutôt "tendre" (chose à laquelle ne pouvait prétendre une chanson comme "Ears Painted On"). Le premier titre est formel, il s'agit de la ballade "She Moved Through the Fair" dont l'autre nom "Our Wedding Day" trouve plus logiquement sa place ici. On reconnaît le son de violon si caractéristique de la belle irlandaise, qui joue la mélodie par-dessus une simple nappe de synthé. Rien d'original, mais l'effet est toujours aussi envoûtant.

Sharon enchaîne avec le seul morceau électroïsant du disque, une autre reprise, celle du tube de The Korgis, "Everybody's Got to Learn Sometime". Là non plus rien de très original mis à part la différence de son. Ceci dit, après tout qu'est-ce qu'on en a à faire que ce soit original ou pas ? Ca se laisse tellement bien écouter, et quel plaisir d'entendre à nouveau cette douce voix qui n'avait pas résonné depuis le "Dimming of the Day" de Home en 2005 ! Les autres reprises sont elles aussi un régal. "Smalltown Boy" (le tube de Bronski Beat) est joué de manière slow, avec tout ce qu'il faut de magie à la fois intime et puissante. Histoire de ne pas perdre la main, après "Our Wedding Day", Sharon propose deux autres morceaux traditionnels irlandais, dont le divertissant "Cooley's Reel" (s'il y a des amateurs d'Alan Stivell dans l'assistance, ils reconnaîtront l'air utilisé pour "Harpe Atlantique : la Route de l'Etain", sur l'album Au-Delà des Mots en 2002) et le très beau "Mnà na hEireann" - aussi connu sous le nom "Women of Ireland" -, où le violon discute avec la guitare de Mr Jeff Beck en personne. Ces deux instrumentaux sont les deux seuls moments réellement "permissifs" du disque, mais il faut aussi inclure le final déchirant de "Smalltown Boy", qui révèle un Anthony Drennan (dignement présent sur cet album, tout comme les frères Duffy) sous son meilleur jour depuis le "What Can I Do" des Corrs sur leur tournée 2004.

Parlons maintenant des deux tiers restants du disque. Ce sont des chansons de Sharon seule, et bien seule. Avec ce détail en tête, il sera difficile de remettre en question le côté personnel de Dream of You. La chanson du même titre, tout comme "So Long Ago" et "Love Me Better", sont de très belles ou au moins sympathiques chansons pop avec un zeste de folk, on note même un peu de dobro sur la dernière. Dans une veine acoustique, on peut aussi parler du duo avec Alex Ubago, "Buenos Aires", typiquement romantique et apaisante. Les deux chansons restantes s'inscrivent plus dans un contexte classique. Que Sharon soit triste ("Real World") ou que ses rêves d'amour deviennent réalité ("It's Not a Dream", qui était, rappelons-le, le premier extrait de l'album), les chansons qui en découlent se voient enrichies d'un doux enrobage de cordes, à savoir l'Irish Film Orchestra arrangé et conduit par Fiachra Trench, comme au bon vieux temps. Quant au fragile "Butterflies", c'est l'émotion à l'état pur. Un piano, une voix... Côté voix, s'il faut reconnaître que Sharon n'a pas les mêmes capacités que sa petite soeur Andrea (et en revanche un accent plus nasillard), elle s'en sort diablement bien et on retiendra quelques éclairs de beauté susceptibles de procurer un maximum de frissons - la fin de "Smalltown Boy", "Butterflies" entre autres.

On l'attendait donc avec impatience ce disque, et ce n'est qu'avec satisfaction que l'on sort de cette expérience, chaque fois que le disque se termine. Il n'est certes peut-être pas celui que l'on insèrera le plus souvent dans le lecteur, mais il est aussi loin d'être un de ceux à oublier. A réécouter fréquemment et avec l'assurance du même plaisir à chaque fois.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Shania TWAIN
The Woman In Me (1995)
L'arrivée de Mutt Lange




Elton JOHN
Empty Sky (1969)
Premier album d'elton


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Sharon Corr (chant, choeurs, violon)
- Billy Farrell (claviers, choeurs, piano)
- Anthony Drennan (guitares)
- Keith Duffy (basse, choeurs)
- Jason Duffy (batterie, percussions)
- Tony Molloy (basse)
- Connor Brady (guitares)
- Mairtin O'connor (accordéon)
- John Mcsherry (flûtes et cornemuse irlandaises)
- Noel Eccles (percussions)
- Scott Maher (choeurs)
- Paul Harrington (choeurs)
- Stuart Cable (batterie)
- Davy Spillane (flûte basse irlandaise)
- Gerry O'connor (banjo)
- The Irish Film Orchestra
- Fiachra Trench (arrangement et direction de l'orchestre)
- Jeff Beck (guitare électrique)
- Alex Ubago (chant)


1. Our Wedding Day
2. Everybody's Got To Learn Sometime
3. It's Not A Dream
4. Mnà Na Heireann
5. Buenos Aires
6. So Long Ago
7. Smalltown Boy
8. Cooley's Reel
9. Butterflies
10. Dream Of You
11. Real World
12. Love Me Better



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod