Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Boo Radleys
 

 Placebo City (1593)

PLACEBO - Black Market Music (2000)
Par SUNTORY TIME le 2 Janvier 2011          Consultée 3006 fois

En 4 ans et deux albums, PLACEBO a su se trouver une place majeure dans le monde du rock en quête d’identité durant toutes ces années 90. Avec un son rageur mais non dénué d’élégance, le trio mené par Brian Molko doit prouver que PLACEBO est un groupe qui peut vivre sur la durée, et non pas être le groupe d’un succès éclair qui finira très vite dans l’oubli. Et c’est cette « Musique de Marché Noir » qui fait office de troisième offrande.

Ce sont des notes pas inconnues qui ouvrent les hostilités. Cette ligne de synthé est toute droite calquée sur l’intro à la basse de « Let There Be More Light », premier morceau de l’album A Saucerful of Secrets de … PINK FLOYD ! Ici, cet emprunt sonne de façon plus glaciale, voire métallique, et ce n’est pas l’arrivée de la batterie qui va aller à contre courant de cette première impression. Avalanche d’effets sonores industriels, de guitares torturées, de bad trip de batterie, etc … « Taste in Men » est parfait en guise d’introduction. Et que dire de la voix de Brian Molko ? Fini les couinements du premier opus et les (rares) maladresses de Without You (…), ici Brian maitrise à la perfection cette voix androgyne si unique, marque de fabrique du groupe, gorgée de puissance et d’intensité. De ce fait, « Taste in Men » est clairement l’un des tout meilleurs morceaux de PLACEBO, à ranger au Panthéon des hymnes du Glam Rock.

PLACEBO continue à alterner des chansons brutales, extrêmement rapide comme ce « Days Before You Came » sans temps mort, et d’autres calibrées pour être des hits radiophoniques imparables comme l’entêtant « Special K » (le titre fait référence à une drogue, la Kétamine, pas à une marque de céréale !), ou l’aérien « Slave to the Wage ». Résultat garanti car l’album et ses nombreux singles vont cartonner, surtout en France et en Belgique.

Beau résultat pour un album plus sombre qu’il n’y parait. Car l’autre force de Black Market Music réside dans ses chansons plus calmes, lentes et douloureuses. Tel ce « Blue American » presque acoustique, aux accents blues, ou un « Narcoleptic » teinté de douce mélancolie. Le très beau « Peeping Tom », plus rythmé, se situe dans ce même registre aigre-doux. Mais c’est « Passive Aggressive » qui détient la palme des titres tristes et violents à la fois, entre passages calmes (« Passive ») et de brutales montées de guitare (« Aggressive »). Par sa construction, ce long et superbe morceau rappelle « Rose Song », de INDOCHINE, paru un an plus tôt sur Dancetaria.

Disque sombre donc, et ni l’angoissant « Haemoglobin » ni le douloureux « Black Eyed » ne vont contredire cet état des lieux. Seul « Commercial for Levi », petite ballade faussement légère aux textes trash, apporte une note plus gaie à l’album. Reste « Spite & Malice », ou Molko chante en duo avec le rappeur Justin Warfield, qui a coécrit le titre. Encore plus violent et désemparé que les autres titres, il est surprenant de voir PLACEBO exceller dans ce domaine rap assez loin du glam-punk originel. J’avoue d’ailleurs avoir cru pendant longtemps que le refrain rap était chanté par Brian Molko lui-même. Pour ma part, « Spite & Malice » fait partie de mes chansons préférées de l’album.
« Dope, guns, fucking in the streets … Revolution ! », si ça c’est pas du brutal …

Ha, j’oubliais ; on a encore droit à une piste bonus après le dernier morceau, mais heureusement on ne doit pas attendre un quart d’heure de blanc avant de l’entendre cette fois, seulement 5 minutes (!). Ce titre très lent s’intitule « Black Market Blood », et est de-facto le morceau quasi-éponyme du disque. Hélas, il n’a rien de vraiment intéressant, et on le zappera sans problème.

Peut-être moins virulent dans l’esprit que ces deux prédécesseurs, Black Market Music n’en est pas moins un disque dur et malsain, mais particulièrement jouissif. Bien qu’il fût très décrié à sa sortie, il détient désormais une place majeure dans le cœur de ceux qui aime ce groupe. Rien à dire de plus, les musiciens sont en très grande forme, et je ne reviens pas sur la superbe performance vocale de Brian Molko.

Black Market Music, meilleur album de PLACEBO ? Je n’oserai trancher la question, mais ce qui est sûr, c'est que pour de la musique faite au noir, on ne peut pas être déçu de la marchandise !


Les titres qui tuent : « Taste in Men », « Spite & Malice »
Les plus poignants : « Passive Agressive », « Blue American »
Les hits ravageurs : « Special K », « Slave to the Wage », et à la rigueur « Black-Eyed »

A lire aussi en GLAM-ROCK :


ROXY MUSIC
Stranded (1973)
Même sans Eno, ça fonctionne




Lou REED
Transformer (1972)
Un disque majeur du rock


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Brian Molko (chant, guitare)
- Stefan Olsdal (basse, guitare)
- Steve Hewitt (batterie)
- Justin Warfield (chant sur “spite & malice”)
- Rob Ellis (string arrangements)


1. Taste In Men
2. Days Before You Came
3. Special K
4. Spite & Malice
5. Passive Aggressive
6. Black-eyed
7. Blue American
8. Slave To The Wage
9. Commercial For Levi
10. Haemoglobin
11. Narcoleptic
12. Peeping Tom / Black Market Blood



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod