Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Jean-jacques Goldman

GREGOIRE - Le Même Soleil (2010)
Par GEGERS le 17 Décembre 2010          Consultée 1643 fois

Il y a deux ans, GREGOIRE était parvenu à accomplir ce que tous les hommes politiques et petits dictateurs de tout poil s'évertuent vainement à réaliser depuis que le monde est monde : avoir à sa botte la totalité (ou quasi) d'un pays, et tout cela grâce à un simple slogan, une accroche imparable et séductrice qui, inhibant toute tentative de résistance, s'insinuerait dans l'esprit comme le générique de Capitaine Flam (qui, rappelons-le, n'est pas de notre galaxie mais du fond de la nuit). La simple mention de ce slogan ici, dans cette chronique, risque de déclencher une crise d'épilepsie chez nombre d'entre vous. Sachez néanmoins que FP, dans sa croisade de promotion de toutes les musiques, est prêt à sacrifier une partie de son lectorat pour la bonne cause. Allez, « Toi + Moi ». Voilà, c'est dit, n'en parlons plus.

Les survivants peuvent sortir de leurs abris anti-atomiques. Et peuvent se rassurer également. Avec son deuxième album (toujours produit par MyMajorCompany), GREGOIRE ne devrait pas autant monopoliser les médias par le biais d'une chansonnette matraquée au point d'en devenir insupportable. Car si Le Même Soleil, le deuxième album du jeune artiste, s'inscrit dans la droite lignée de son prédécesseur, il possède également deux handicaps :
1/ l'absence de véritable single fédérateur, ce qui risque fortement de porter préjudice à son auteur dans notre société où une absence des médias est synonyme de mort commerciale.
2/ Une qualité inférieure. Alors que Toi + Moi donnait l'occasion de découvrir un artiste au timbre unique, à mi-chemin entre variété française et pop-folk, Le Même Soleil ne fait que répéter les ambiances de ce premier méfait, mais souffre de la comparaison.

Ne nous méprenons pas, ce nouvel opus propose quelques petites sucreries agréables et du niveau de Toi + Moi. Globalement, la première moitié de l'album s'avère fort honorable : Déclinant à l'envi ses sujets de prédilection (l'amour, l'absence d'amour, la tolérance, l'acceptation de soi...), GREGOIRE propose quelques petits morceaux sympathiques : Le mélancolique « Tu me manques », l'humaniste « Soleil » ou le plus enjoué « Danse », premier single efficace mais finalement peu représentatif de l'opus.

Ayant réussi à faire ressortir Jean-Jacques Goldman de sa tanière, GREGOIRE nous propose un duo taillé sur mesure pour le timbre de voix si particulier de l'homme en or. Sur fond de piano et de guitare acoustique « La promesse » constitue sans doute le morceau le plus sympathique de l'album. Agréable et rafraîchissant, malgré une forte impression de déjà-entendu. L'ombre de Goldman plane d'ailleurs sur d'autres titres de l'album : « Je laisse », tendre ballade intimiste, reprend note pour note la mélodie de « Là-bas », un des nombreux succès du patron des Enfoirés. Coïncidence, hommage ou plagiat éhonté ? Cette troublante ressemblance nuit néanmoins à l'appréciation du morceau.

La délicate ballade piano-voix « Mon repère » termine la partie « agréable » de l'album : solitude et attachement à ses racines constituent le thème de ce morceau aux mélodies faciles mais sur laquelle la voix troublante et éraillée de GREGOIRE fait merveille. Le reste, malheureusement, se révèle au choix inutile ou anecdotique. Peinant à répéter les réussites de son premier opus, qui comptait nombre de morceaux intéressants, l'artiste propose plus qu'à son tour une mauvaise variétoche de supermarché : « J'adore », minauderie au piano qui, grâce à l'ajout d'un violon indigent, pourrait sans doute servir de musique de publicité pour le nouveau parfum « Larmes de crocodiles » de Dior... Mais c'est finalement avec « Mon enfant » que GREGOIRE touche le fond. Piano et violon se taillent une nouvelle fois la part du lion sur ce morceau digne d'un sous-Obispo. Autant dire que tout cela ne vole pas très haut...Et comment ne pas rire à l'écoute du titre final, « On s'envolera », qui nous offre le seul ingrédient qui manquait à cet opus : les fameux chœurs d'enfants ! Un titre sans doute écrit en hommage au grand Didier Barbelivien...

La simple mention des noms d'Obispo et Barbelivien ayant décimé une nouvelle partie d'entre vous, il vaut mieux en finir. Avec Le Même Soleil, GREGOIRE propose un album inégal et totalement anecdotique pour qui n'avait pas succombé à son prédécesseur. Les autres y trouveront sans doute leur compte, notamment grâce à cette « touche Goldman » qui continue de faire son petit effet. Un album à la fois sympathique et décevant.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Georges BRASSENS
La Mauvaise Réputation (1952)
A la redécouverte de brassens

(+ 1 kro-express)



CALI
La Vie Cowboy (2013)
Écoutez la vie


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. Tu Me Manques
2. Soleil
3. La Promesse (en Duo Avec Jj Goldman)
4. Je Laisse
5. Danse
6. Mon Repère
7. J'avance
8. J'adore
9. Timide
10. Mon Enfant
11. On S'envolera



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod