Recherche avancée       Liste groupes



      
COUNTRY-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Steely Dan

The DOOBIE BROTHERS - The Doobie Brothers (1971)
Par MASTCARD le 1er Mars 2011          Consultée 1457 fois

Il faut vraiment avoir une sacrée dose d’humour, ou se désintéresser complètement de son image, pour s’appeler « Les Frères Pétards ». Un nom pareil inspirerait plus un fou-rire que du respect de la part du citoyen américain lambda. Sauf qu’à cette époque où tout ce qui se fume est aussi courant que le coca aujourd’hui, porter le nom de « Frères Pétards », « Pères Du Shit », ou encore « Reines Du Bédot », est une base plus que solide pour se faire une place dans le monde musical.

Heureusement pour les DOOBIE (et pour nous aussi), ils n’ont pas qu’un nom original à nous proposer. Leur premier album est une réussite. Il pose déjà les bases de leur musique qui repose sur des guitares qui swinguent, un chant principal assuré par Tom Johnston ou Patrick Simmons selon les morceaux, et des refrains en chœurs.

« Nobody » est un tube. On ne pouvait pas ouvrir l’album et débuter la discographie des DOOBIE BROTHERS d’une meilleure façon. Son intro laisse rêveur. Ce torrent de guitare, ces cymbales vibrantes... Puis on démarre, ça groove, ça sonne d’enfer. Rien à jeter. Dans le même style que cette entrée bluffante, témoignage du talent précoce des frères tabac, je vous conseille également « It Won’t Be Right » avec ses chœurs d’une efficacité redoutable, et « Feelin’ Down Farther », magnifique chanson au riff et au refrain imparables. C’est pour moi le meilleur morceau de l’album.

D’ailleurs, l’album est très proche de la country pure et dure, car la guitare électrique est légèrement en retrait dans l’ensemble. On ne le reprochera pas, car cela accentue considérablement le swing des guitares sèches. Ce disque peut quand même se montrer très rock avec « Beehive State », au son saturé, limite hard-rock. Je retiens aussi la ballade « Closer Every Day » : les guitares sont comme toujours irréprochables, la voix de Patrick Simmons est touchante, et la mélodie superbe et mélancolique.

L’album se termine sur une chanson dans la plus pure tradition country-blues. Mais par sa durée très courte (1 minutes 40), elle est finalement anecdotique, et c’est dommage car le peu que l’on entend laissait présager un autre bon morceau.

Ce premier album est donc un franc succès ; The Doobie Brothers est peu déséquilibré, et contient quelques perles. Il se contentera pourtant de n’être qu’un succès artistique, car l’album ne marchera pas lors de sa sortie. Même le single « Nobody » passa inaperçu, et sera réédité en 1974, quand les DOOBIE auront enfin conquis le public à l’aide de trois autres albums.

A lire aussi en COUNTRY :


Gene CLARK
No Other (1974)
Spécial boîte à demandes !




Johnny CASH
The Fabulous Johnny Cash (1958)
Rival d'Elvis


Marquez et partagez





 
   MASTCARD

 
  N/A



- Tom Johnston (chant, guitare, harmonica, piano, harpe)
- Patrick Simmons (chant, guitare)
- Dave Shogren (chant, basse, orgue, clavier)
- John Hartman (batterie)


1. Nobody
2. Slippery St. Paul
3. Greenwood Creek
4. It Won't Be Right
5. Travelin' Man
6. Feelin' Down Farther
7. The Master
8. Growin' A Little Each Day
9. Beehive State
10. Closer Every Day
11. Chicago



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod