Recherche avancée       Liste groupes



      
HIP-HOP / LATIN RAP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2000 Skull And Bones
 

- Membre : Prophets Of Rage

CYPRESS HILL - Cypress Hill (1991)
Par STREETCLEANER le 10 Juin 2011          Consultée 1941 fois

Première galette et première déflagration. En 1991, déjà signé sur une major (Columbia), CYPRESS HILL va apporter sa pierre à l'édifice hip-hop sans perdre de temps. Et certaines choses sortent déjà de l'ordinaire. Originaire de Californie (West Coast) le groupe est composé de latinos (origines mexicaines et cubaines notamment), chose suffisamment peu courante (même s'ils ne furent pas les premiers) alors que le rap est très majoritairement une musique interprétée par des noirs pas toujours de connivence avec les hispaniques (gangs noirs et latinos sont régulièrement en guerre et il y a parfois des tensions entre ces communautés qui vivent dans des quartiers proches, partageant souvent une même pauvreté).

Par ailleurs, CYPRESS HILL est le type même de groupe hip-hop qui est capable d'aller chercher un auditoire bien au-delà de celui qui lui est familier ou traditionnel. Un peu comme les juifs blancs new yorkais des BEASTIE BOYS qui ont eux aussi réussi à jeter un pont vers d'autres publics. Il suffit de lister les nombreux samples égayant ce premier album pour se rendre compte que la diversité est reine chez CYPRESS HILL (Hendrix, Suicidal Tendencies, Curtis Mayfield, Muddy Waters, James Brown, Kool and the Gang, Sly & the Family Stone...). Un vrai hommage à la musique noire, à la soul, au funk, au blues et déjà au rock et metal. Dans la catégorie hommage à la musique noire on pourrait citer, dans un même genre, l'excellent Fear Of A Black Planet de PUBLIC ENEMY. On ne saurait ne pas évoquer le style immédiatement reconnaissable du combo américain, qui sera régulièrement pillé. Car, à la différence de bien d'autres groupes de rap pas forcément très accessibles aux non initiés, CYPRESS HILL a l'avantage du sens indéniable et imparable du groove, un groove qui va chercher son inspiration dans la soul et le funk, voilà de quoi amener à eux ceux qui cherchent du rythme dansant et pas seulement un flow qui ressemblerait à un autre flow. Sur ce dernier point CYPRESS HILL est aussi vraiment particulier. Car B-Real est reconnaissable entre mille avec son flow nasillard unique, le rappeur jouant également de cette particularité en l'accentuant au lieu de chercher à la dissimuler. B-Real avait compris qu'il était particulièrement important de se démarquer du reste de la scène rap. Avoir sa signature dans un style dans lequel on peut facilement tous se ressembler est essentiel. Enfin, les thèmes abordés par CYPRESS HILL en charmeront beaucoup, c'est indéniable : flingues et ganja. Si le gangsta rap n'a rien de hautement sympathique, nos latinos ne cachent pas qu'ils occupent une bonne partie de leur temps à tirer sur la Marie-Jeanne. Voilà de quoi rallier aussi à leur cause tous ceux qui envisagent la vie avec une certaine « coolitude » bienheureuse.

Ce premier album contient déjà un bon lot de classiques du groupe. « How I Could Just Kill A Man » est probablement le titre emblématique de premier album et aborde un thème assez habituel dans le rap, celui de la violence et de la délinquance. Son refrain entêtant se reprend facilement et spontanément en choeur en live : « Here is something you can't understand... How I could just kill a man ». Pourtant ce titre n'était que la face B du single « The Phuncky Feel One », autre moment fort de l'album grâce à sa guitare funky qui amène un groove délicieux et efficace. La basse est souvent très appuyée, les rythmes sont souvent lourds, chaloupés, le tout se ressent comme comportant une certaine nonchalance, probablement empruntée au reggae et ses vapeurs de ganja (« Hole in the Head », « Ultraviolet Dreams »). Le son est parfois bourré de craquements et autres bruits parasites (« Pigs », « Hand On The Pump »). Les petites boucles électroniques inquiétantes qu'on entend dans la seconde partie de « How I Could Just Kill A Man » ne sont pas sans évoquer déjà les atmosphères dark du futur album III (Temples Of Boom). Si le flow est partagé entre B-Real et Sean Dog, il est évident que la voix nasillarde de B-Real sort largement du lot et s'avère être particulièrement attachante même si l'ensemble des interventions vocales se complète admirablement bien. Le groove se fait parfois plus dynamique, bien mené par une guitare funky (« Light Another », « The Phuncky Feel One ») qui s'invite dans des atmosphères soul où on s'attend à voir passer le fantôme de James Brown. Autres classiques du combo américain : « Latin Lingo », aux percussions tribales, et dans lequel les textes passent à l'espagnol, question de revendiquer ses origines, ou « Real Estate », parfaite petite rétrospective soul/funk grâce à ses samples tirés de chez Bar Kays et Sly and the Family Stones.

Ce premier album de CYPRESS HILL est excellent et rencontra de suite le succès. Il est assez généralement considéré comme étant leur meilleur opus, opinion que je ne partage toutefois pas complètement, le suivant Black Sunday me semblant lui être légèrement supérieur. En tout cas le sans faute est sans conteste réalisé sur les neuf premiers titres, l'album s'essoufflant juste un petit peu par la suite. Mais peu importe que l'on privilégie le premier ou le second album, dans les deux cas la note maximale n'est jamais donnée abusivement.

Hautement recommandé !

Note : 4,5/5.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP :


BEAT BOUET TRIO
Bal Hip-hopulaire (2014)
Du rap en patois ?




NAS
It Was Written (1996)
Grandiose leçon de rap


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- B-real (rap)
- Sean Dog (rap)
- Dj Muggs (production, tables, arrangements, mixage)


1. Pigs
2. How I Could Just Kill A Man
3. Hand On The Pump
4. Hole In The Head
5. Ultraviolet Dreams
6. Light Another
7. The Phuncky Feel One
8. Break It Up
9. Real Estate
10. Stoned Is The Way Of The Walk
11. Psycobetabuckdown
12. Something For The Blunted
13. Latin Lingo
14. The Funky Cypress Hill Shit
15. Tres Equis
16. Born To Get Busy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod