Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Field Rotation
- Membre : The Flashbulb

Benn JORDAN - Louisiana Mourning (2009)
Par TARTE le 22 Juin 2011          Consultée 970 fois

Rien de tel qu’une bonne sieste au milieu du doux frémissement d’herbes hautes balayées tour à tour par un zéphyr estival au parfum bucolique, n’est-ce pas ? Mais oui, je sais, ce n’est probablement pas votre quotidien, citadin moderne que vous êtes. Vous trouvez la paix au volant de votre 206, gagnant la sérénité sur le bitume, assumez vos passe-temps via quatre chiffres régulièrement tapés à l’abri de regards indiscrets. Vous avez besoin de vous requinquer ? De prendre l’air sans bouger de votre 12m² ? De vous évader loin des klaxons infâmes et de l’air pollué de votre métropole ?

Jetez donc une oreille sur Louisiana Mourning.

Benn Jordan signe de son vrai nom son deuxième album (EP) toujours dans un style ambiance, mais placé cette fois aux antipodes de son prédécesseur Pale Blue Dot. Il est plus question ici d’une virée en campagne que d’un voyage interstellaire. Retour aux sources obligeant, les instruments traditionnels prennent les devants, l’électronique n’intervient que pour les appuyer et goupiller les transitions entre chaque partie. A noter aussi que Benn Jordan est seul exécutant, il joue de presque tous les instruments, il enregistre, il mixe, il produit… Bref, quel homme !

S’étendant sur 20 minutes (une durée justifiée par son statut d’ « Extended Play ») Louisiana Mourning marque l’auditeur par la chaleur qu’il dégage, il s’écoute d’une traite, puis nous laisse dans le silence avec comme seule envie de le réécouter. D’une nature paisible et très flatteuse vis-à-vis de vos tympans, on y retrouve le chant des oiseaux, le vent, on perçoit de temps à autre des craquements boisés qui semblent provenir d’un ponceau d’embarcation invitant à une virée sur l’eau. Les plus romantiques penseront à leur moitié, d’autre à leur promise, certains même ne penseront à rien tant la musique se fait prenante.

Au nombre de quatre, les pistes s’enchaînent au fil du vent, apportant pêle-mêle de nouveaux agents toujours sous la tutelle d’une guitare présente mais jamais pesante. La musique se montre extrêmement mélodique, son côté planant et très léger venant des quelques vrilles harmoniques acoustiques accompagnées de solos aériens (I). On assiste aussi à une sublime ritournelle de violons dans la seconde partie que je ne rechigne pas à qualifier de lacrymogène. Le piano venant prendre le relai pour clore la piste à l’aide de lointaines nappes de synthé, inévitablement, on lévite. Le troisième mouvement se fait plus entraînant, la guitare (toujours acoustique) devient festive puis laisse place à l’une de ses cousines (électrique) pour quelques accords venant compléter sa prestation et assurer la fin du morceau par une sonorité aussi tendre qu’un pavé de romsteak. Enfin, une nouvelle bourrasque, les notes s’envolent aussitôt suivies par un écho de saxophone aussi inattendu qu’agréable. La batterie introduit la dernière plage et d’une rythmique simple accompagne un synthétiseur qui n’en demande pas plus. La guitare reprend alors le dessus pour un épilogue dénué de tout élément superflu.

Le chant des oiseaux se fait de nouveau entendre, le vent, l’herbe, le soleil. On est assis au flanc d’une colline, et on n’a pas envie d'en bouger. Replay.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT :


Jon HASSELL
Power Spot (1986)
Enchanteur et dépaysant




HANS ZIMMER/BENJAMIN WALLFISCH
Blade Runner 2049 (2017)
À bonne surprise, musique brillante.

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- Benn Jordan (tout)
- Chihsuan Yang (violon)
- Greg Hirte (violon)


1. I
2. Ii
3. Iii
4. Iv



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod