Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-BLUES-FOLK-COUNTRY  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Marty May - Elliott Murphy (154)

Elliott MURPHY - Elliott Murphy (2010)
Par MARCO STIVELL le 11 Mars 2011          Consultée 1422 fois

Elliott MURPHY, c'est l'un des nombreux membres de la famille, aux racines remontant jusqu'à Bob Dylan et Bruce Springsteen, qui n'a jamais véritablement trouvé la reconnaissance du grand public. Ils sont nombreux dans cette famille, géants du rock, du blues, du rhythm'n'blues et du folk country qui semblent être un peu oubliés aujourd'hui ou qui n'ont jamais vendu des millions de disques comme le Zim et le célèbre Boss de Freehold, New Jersey. Ils n'ont peut-être pas leur personnalité mais n'ont rien à leur envier au niveau talent. Si Chris Rea n'apparaît plus beaucoup, et les productions studio des Steve Earle restent toutes aussi confidentielles, Elliott MURPHY a, quant à lui, néanmoins réussi à se bâtir un personnage scénique, donnant des concerts absolument mythiques (jusqu'à 4 heures et demie sans interruption, comme Springsteen avec le E Street Band !). Etant assez boudé dans son Amérique natale, MURPHY s'est expatrié à Paris à la fin des années 80. Il a ainsi pu donner des tournées marathon en Europe, et voici que paraît en 2010 l'album auquel il donne son nom, faisant suite à Notes from the Underground (2008).

Dans ses textes, Elliott MURPHY aime beaucoup chanter la vie commune des humains, dépeindre des scènes d'amour ou de combats face aux difficultés. Il est assurément un personnage on ne peut plus humain et devient vite attachant, servant ses musiques d'un genre mélangeant comme il l'a été dit plus haut rock, blues, rhythm'n'blues, folk et country. Il est d'autant plus dommage à l'écoute de ce nouveau disque, j'aurais presque envie de dire "une fois de plus", que Elliott MURPHY n'ait pas droit à une réelle reconnaissance tant son talent s'exprime, lui aussi, une fois de plus. A presque soixante-deux ans et après une discographie aussi vaste, il est clair que Elliott MURPHY n'attend plus cette reconnaissance (pour ses albums studios du moins) mais cela reste quand même salement dommage.

Elliott Murphy, l'album, est bourré de "tubes" du genre sus-mentionné, voguant entre morceaux péchus et ballades folk, le tout avec toujours une certaine classe. Si "Rain, Rain, Rain" et "Rock'n'Roll 'n' Rock'n'Roll" présentent tous les symptomes d'un rock vigoureux à l'ancienne avec un son moderne, les "The Day After you" et "Gone, Gone, Gone" se révèlent être de jolies sucreries folk comme les américains savent si bien en écrire, et sont dotés d'une production aérée parfaitement convenable. Le tout reste assez classique dans le corps, à savoir une composition construite sur trois accords et un schéma couplets-refrains qui peut paraître banal de nos jours mais qui reste toujours approprié. Dans la peau, l'essentiel du disque reste constitué d'une orchestration guitares-basse-batterie, avec soli de 6 cordes fort intéressants. Par moments, MURPHY tente de garnir le tout de quelques sections de musicien(ne)s fort a-propos, cuivres sur le mélancolique "Maybe you Were Laughing" (et seulement sur celui-ci), ou choeurs féminins sur un petit groupe de chansons, à commencer par les enthousiasmants "Rock'n'Roll 'n' Rock'n'Roll" et "Rain, Rain, Rain", ou encore la splendide ballade "The Day After you". Si l'ensemble des titres présente des qualités pleinement appréciables pour un album bien peu original (ce dont j'avoue me foutre royalement mais ça vous l'aurez compris) on retiendra surtout le tube potentiel (parmi tant d'autres...) "Poise'n Grace" où MURPHY joue de sa belle voix de baryton, ainsi que les magnifiques ballades "Train Kept a Rolling" et - surtout - "With this Ring", qui valent bien l'adoubement du public amateur des songwriters américains, comme si besoin était après tant de temps.

A consommer sans modération !

A lire aussi en DIVERS par MARCO STIVELL :


DISNEY
Alice Au Pays Des Merveilles (1951)
Alice : psychédélique Disney




DISNEY
Cendrillon (1950)
Retour de disney aux chefs-d'oeuvre


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Poise'n Grace
2. Maybe You Were Laughing
3. Counterclockwise
4. Rock'n'roll 'n' Rock'n'roll
5. Gone, Gone, Gone
6. You Don't Need To Be More Than Yourself
7. With This Ring
8. Take That Devil Out Of Me
9. The Day After You
10. Rain, Rain, Rain
11. Train Kept A Rolling



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod