Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO-ACOUSTIC AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Echospace
- Membre : Rhythm & Sound, Villalobos / Loderbauer, Nils Petter Molvaer

Moritz VON OSWALD - Horizontal Structures (2011)
Par STREETCLEANER le 4 Avril 2011          Consultée 1899 fois

MORITZ VON OSWALD TRIO est, comme son nom l’indique, un trio –récent- formé autour de la personne de Moritz Von Oswald, l’une des deux têtes pensantes des célèbres groupes allemands de techno minimale et de dub/reggae BASIC CHANNEL / RHYTHM & SOUND, groupes qu’on ne présente plus tellement ceux-ci constituent des références incontournables de la scène techno allemande de Berlin et plus précisément de la dub techno et de la techno minimale. Pour son nouvel album, Moritz Von Oswald est encore entouré par deux vétérans de la scène berlinoise, Max Loderbauer (SUN ELECTRIC, NSI, CHICA AND THE FOLDER…), et le prolifique Vladislav Delay (aussi connu sous les alias LUOMO, SISTOL, SASU RIPATTI, UUSITALO…), qui ont également abordé la dub techno, l’ambient, le minimal, l’abstract… Bref, des touche-à-tout.

Le trio, auquel se sont joints Paul St Hilaire et Marc Muellbauer, continue ses recherches et expérimentations minimalistes à l'image de l'artwork on ne peut plus dépouillé. Si Vertical Ascent s'était éloigné du registre dub au profit d'une froideur et d'une abstraction ayant fait l'impasse sur une certaine profondeur immersive, ce nouveau Horizontal Structures devrait recueillir les faveurs de tous ceux qui éprouvent une évidente addiction aux vapeurs, aux échos, et aux doux chaloupements de la dub techno. Précisons toutefois que ce Horizontal structures n'est pas à proprement parler un album de dub techno, mais plutôt un long développement ambient hypnotique et assez linéaire dans lequel la techno hautement minimale et parfaitement intégrée s'étire, disparaît, revient, puis s'efface devant des instrumentations plus organiques. Un ambient tribal électro-acoustique et parfois infusé à la dub techno...

Même si une indiscutable froideur en provenance du précédent Vertical Ascent subsiste (la dureté et crudité métalliques de certaines percussions est notamment encore présente), des martèlements africains très organiques (tam-tam ou plus précisément congas) s'invitent régulièrement et colorent l'ensemble d'un souffle chaud, entre le jaune, le orange, le rouge et le marron de certaines terres ensoleillées aux routes non bitumées. On pourra penser, toutes proportions gardées, à des travaux comme, par exemple, ceux de Brian Eno/Jon Hassell avec l'excellent Fourth World Vol. 1 Possible Musics, pour leur chaude atmosphère poussiéreuse.

La basse ou la guitare aux boucles rondes et apaisantes réchauffent également le climat. La guitare électrique fait des apparitions fantomatiques et scintillantes accentuant une sensation floue empreinte de l'esprit des expérimentations "ambiantes" des années 70 et 80 qui virent au psychédélique (ASH RA TEMPEL n'est jamais loin), surtout lorsqu'un orgue tout droit importé de chez CLUSTER vient disséminer ses touches spectrales. Les différentes structures s'étirent longuement sur des durées allant de dix à vingt minutes faisant défiler des décors mouvants et jamais lassants malgré leur répétitivité et les patterns qui tournent en boucle. Le chemin gagne inexorablement les terres ocres et hypnotiques des savanes africaines ou des forêts sud-américaines, la nuit pourra rapidement s'emparer de l'auditeur s'imaginant participer à une danse chamanique à moitié endormi et halluciné alors que les torches flamboient, projettent les ombres des danseurs dans une ronde captivante, et que les rêves se confondent à la réalité. L'apaisement gagnera inévitablement sur « Horizontal Structure 3 », sans doute la pièce la plus proche des travaux de BASIC CHANNEL/RHYTHM & SOUND ou plus récemment d'ECHOSPACE. Tandis que "Horizontal Structure 4" aux relents jazzy prolonge le doucereux coma enivrant.

Minimalement superbe, architecturalement imparable, profondément immersif, Horizontal Structures est un petit bijou de ce début d'année 2011 qui rappelle avec brio que la techno-minimale-ambient doit autant, si ce n'est plus, à la kosmische musik et au krautrock qu'à la techno historique de Detroit. Horizontal Structures réussit à fusionner admirablement l'ambient dubby à la BASIC CHANNEL/RHYTHM & SOUND, les cartographies et paysages de l'hémisphère sud de notre inlassable voyageur qu'est Brian ENO, ainsi que les profondes incursions planantes du krautrock des 70's dans des mondes où la réalité n'a que peu de prises.

Recommandé à tous les curieux, aux amateurs de kraut, et bien sûr aux fans de BASIC CHANNEL !

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par STREETCLEANER :


SUICIDE COMMANDO
Critical Stage (1994)
Un premier album efficace et indispensable




VEX'D
Cloud Seed (2010)
Dark, urbain et post-apocalyptique


Marquez et partagez







 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Moritz Von Oswald (programmation, claviers)
- Max Loderbauer (séquenceur, synthés)
- Vladislav Delay (congas, metal percussions)
- Autres Participants :
- Paul St Hilaire (guitare)
- Marc Muellbauer (double basse)


1. Horizontal Structure 1
2. Horizontal Structure 2
3. Horizontal Structure 3
4. Horizontal Structure 4



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod