Recherche avancée       Liste groupes



      
NéO-FOLK à PIANO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Joy Division, Rome, Sol Invictus
- Membre : Boyd Rice Non
- Style + Membre : Current 93

DEATH IN JUNE - Peaceful Snow (2010)
Par SUNTORY TIME le 18 Avril 2011          Consultée 1864 fois

DEATH IN JUNE est un groupe mythique dans le milieu underground. Précision nécessaire car il est totalement inconnu du grand public. Et pourtant, 30 ans après sa naissance, il est le fer de lance d’un courant musical qui n’a de cesse d’évoluer en parallèle des styles musicaux populaires, le Néo-Folk, aussi appelé Dark-Folk. Issu du Post-Punk britannique (JOY DIVISION), il se caractérise par des arrangements souvent simple mais très intenses, une noirceur abyssale et des thèmes apocalyptiques additionnés à des ambiances parfois gothiques, un certain goût pour les expérimentations et une imagerie très recherchée.

Il me faut clarifier certaines choses à propos de DEATH IN JUNE avant de chroniquer son nouvel album. Fondé en 1981, DIJ est né sur les décombres d’un groupe punk très engagé politiquement, CRISIS, dont deux membres font partie du nouveau projet, Tony Wakeford, Douglas Pearce, en plus de Patrick Leagas. Le groupe sera accompagné dans les années 80 de la chanteuse Rose McDowall et de David Tibet (futur CURRENT 93). Au fil du temps, DEATH IN JUNE devient le projet solo de Douglas Pearce, bien que les anciens membres du groupe viennent souvent collaborer sur sa très longue discographie.

Il faut savoir que DIJ souffre d’une sale réputation. Il faut dire que Pearce aime jouer avec les symboles, au point que le logo le plus connu du groupe est la Tottenkopf de sinistre mémoire. La référence au nazisme, dans l’imagerie du groupe, sur les pochettes des albums, crée d’office un malaise certain. Et l’écoute des différentes pièces les plus expérimentales du groupe ne fait que renforcer cette gêne. Alors, DEATH IN JUNE, groupe de néo-nazi ? Loin de là en réalité. De plus, Douglas Pearce brouille davantage les cartes en affirmant ouvertement son homosexualité; paradoxal quand on a une fascination certaine pour l’une des idéologies les plus homophobes qui soit (même si certain grands officiers nazi étaient eux-même homosexuels). En réalité, Pearce est un provocateur, se cachant la plupart du temps derrière un masque et un treillis militaire. Cette espèce d’assassin fantomatique est devenu une sorte de mascotte pour DIJ, sauf que c’est Douglas Pearce lui-même derrière le masque. Pour en finir avec sa fascination pour l’imagerie nazie, il faut rappeler que JOY DIVISION les premiers usaient de certains symboles du genre, ainsi que Lemmy Kilmister de MOTORHEAD. Et il n’y a plus grand monde pour oser taxer ces groupes de néo-nazisme.

Et la musique dans tout ça ? Au départ une cold-wave saupoudrée de post-punk et de quelques expérimentations et des samples de musique militaires (rien de tel pour mettre mal à l’aise), avec des arrangements de trompettes, de piano et de claviers parfois. Vers la fin des années 80, la guitare folk prend de plus en plus de place, et Douglas Pearce se charge presque intégralement du chant, il en résulte le néo-folk. Accords d’une simplicité aberrante, mais aux arrangements de claviers et d’autres instruments qui font que chaque morceau est une perle d’élégante noirceur, et des textes poétique. La guitare, ainsi que le chant grave et cynique de Pearce, sont devenus les marques de fabrique de DEATH IN JUNE.

En 2010, DIJ sort Peaceful Snow, et déjà la révolution musicale se fait sentir. Si la pochette est caractéristique de la discographie du groupe, avec les runes et Pearce sous son célèbre et inquiétant masque, la musique n’a rien à voir avec le style habituel de DIJ. Douglas Pearce délaisse sa guitare et ne fait que chanter, accompagné d’un piano. Une dualité Piano-Voix, une première dans le néo-folk. Les superbes arrangements de claviers sont des mains de Miro Sjnedr, dont les rares photos connus de lui le montre affublé d’une casquette et de différents symboles soviétiques, détails amusants par rapport à sa collaboration avec Douglas Pearce.

Très homogène, chaque chanson est d’une grande élégance, mais ma préférence va au morceau titre, absolument poignant. L’album dans son ensemble est beaucoup moins sombre que les précédents albums de DIJ, Pearce semble (enfin) apaisé, moins torturé qu’à l’accoutumée. Bien sûr, on retrouve des références aux pages sombres de l’Histoire (« The Scents of Genocide ») ou à la mythologie scandinave (« Red Odin Day »), mais le climat, s’il est hivernal (« Peaceful Snow »), est beaucoup plus paisible.

Difficile de dégager un morceau particulier de ces 13 titres, tant l’album s’écoute dans son ensemble, un ensemble épuré au possible, comme le blanc de la neige en quelque sorte. Après 30 ans d’existence, DEATH IN JUNE prouve qu’il vaut mieux ne pas se fier à sa réputation sulfureuse et se laisser entraîner dans son univers si particulier.

P.S : La version collector de l’album contient un deuxième disque appelé Lounge Corps. Il s’agit de reprises au piano de 17 chansons de la carrière de DIJ. On peut être sensible aux arrangements des classiques « Heaven Street », « To Drown a Rose », « Fall Appart » et autres, mais néanmoins Lounge Corps n’a qu’un intérêt limité car il est purement instrumental, Miro Sjnedr est seul avec son piano. Dommage que Douglas Pearce ne réinterprète pas ses anciens titres sur ce disque.

A lire aussi en FOLK par SUNTORY TIME :


SOL INVICTUS
The Cruellest Month (2011)
Le meilleur du neo-folk cette année ...




Peter BRODERICK
These Walls Of Mine (2012)
Le petit prodige de l'Oregon est (déjà) de retour!


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Douglas Pearce (chant, arrangements divers)
- Miro Sjnedr (piano)


- peaceful Snow
1. Murder Made History
2. Fire Feast
3. Peaceful Snow
4. Life Under Siege
5. A Nausea
6. Wolf Rose
7. The Scents Of Genocide
8. Red Odin Day
9. My Company Of Corpses
10. Cemetery Cove
11. Our Ghosts Gather
12. Neutralize Decay
13. The Maverick Chamber

- lounge Corps (bonus Disc)
1. Leopard Flowers
2. Hail ! The White Grain
3. Break The Black Ice
4. The Glass Coffin
5. Kameradschaft
6. Luther's Army
7. She Said Destroy
8. Heaven Street
9. Jesus, Junk And The Jurisdiction
10. Runes And Men
11. But, What Ends When The Symbols Shatter ?
12. The Enemy Within
13. Fall Apart
14. Rose Clouds Of Holocaust
15. Idolatry
16. Golden Wedding Of Sorrow
17. To Drown A Rose



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod