Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Stanley JORDAN - The Magic Touch (1985)
Par ERWIN le 28 Juillet 2011          Consultée 984 fois

Bien chers frères guitaristes, je vous convie à l’écoute du premier album de l’un des dieux de notre instrument. Mais débutons plutôt par quelques données historiques afin de mieux cerner le personnage. Stanley est né en 1959 à Chicago, il a donc 26 ans pour ce premier opus, mais sa renommée est déjà établi dans le monde des gratteux. Des études musicales brillantes -piano et guitare- à Princeton, puis il fait ses premières armes auprés de BENNY CARTER et DIZZY GILLEPSIE, rien que ça. Quelques précisions techniques pour compléter la vision du personnage, elles sont nécessaires car le Sieur Jordan ne joue pas de la guitare, disons plutôt qu’il la transcende et en tire un parti unique, se distinguant en cela du reste de la communauté, notamment des jazzmen qui ont toujours une fâcheuse tendance au complexe de supériorité. Ici c’est tout bonnement impossible.

Notre homme est tout de gentillesse de simplicité et de modestie, mais ses études l’ont conduit à une approche révolutionnaire de l’instrument. En 1971, STEVE HOWE de YES introduit le tapping sur le microsillon, il sera ensuite généralisé en « Two handed tapping » par EDWARD VAN HALEN en 77 sur « Eruption ». Très jeune, Stanley Jordan décide d’améliorer cette technique. Il va désormais utiliser son instrument comme un mix de piano et de guitare. Les deux mains jouent sur le manche, sa main gauche joue les basses et la rythmique, lors que la droite joue la mélodie et les solos. La note est tapée par l’index droit sur une frette, provoquant un son, le deuxième son en le relevant, combiné à un autre doigt, vous obtenez quatre notes. Généralisez cela à vos 10 doigts et faites le calcul. Cela fait de nombreuses notes et des capacités extraordinaires si vous maitrisez cette technique -très pointue il faut l’avouer-.

Et cela nous donne le morceau introductif de Magic touch : « Eleanor Rigby ». Vous vous souvenez tous de l’exceptionnel titre du tandem génial des BEATLES, ainsi que de son orchestration. Et bien tentez l’écoute de la version en tapping de Jordan. Elle résume à elle seule les capacités et la maestria du virtuose. Vous n’y croirez pas la première fois. Il y a une seule guitare… Et oui… Non , vous ne rêvez pas , il n’y a pas de trucage. Bien maintenant laissez-vous emporter par les mains angéliques de Stanley Jordan, fermez les yeux, et si vous restez indifférent, je vous offre le champagne.

Stanley est un jazzman, la reprise de « Freddie Free loader » de MILES DAVIS le prouve, dans une orchestration plus conforme aux canons, puisqu’il est entouré d’une section rythmique. Mais vous allez voir les solis… Puis c’est le tour de Monk avec « Round midnight »… Putain c’est beau. Amis guitaristes, vous allez désormais regarder vos mimines comme on regarde un parpaing, lourd et inamovible… Mais faites plutôt l’expèrience. « The lady in my life » nous rapproche en revanche de ALLAN HOLDSWORTH pour son ambiance fusionnesque typique des eighties.
Stanley tient ensuite à rendre hommage au papa de tous les guitaristes, avec une version étonnante du « Angel » de JIMI HENDRIX.
Bref voila pour les reprises toutes parfaites dans ce style unique.

Plusieurs compositions du jeune musicien prennent place sur sa première œuvre. Ainsi « All the children », à la troublante dynamique, envoutante et irréelle, pafaitement à sa place au milieu de tant de classiques. Une des plus belles pièces de sa carrière. Faites la écouter à votre conjoint, vous m’en direz des nouvelles. Puis le jazzy « Fundance » est prétexte à une débauche rythmique terrifiante.

L’opus se termine sur une note -enfin… Une…!- d’une douceur quasi enfantine avec « A child is born »…L’écoute est aussi belle qu’impressionnante, merveilleuse de clarté, juste phénoménale. Ce n’est pas un enfant qui est né, ça non, mais bel et bien un génie qui se révèle à la face du monde de la musique sur ce Magic Touch déjà classique.

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Tommy EMMANUEL
The Colonel And The Governor (2013)
Deux guitares




Melody GARDOT
Currency Of Man (2015)
Mélodies pour Melody


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Stanley Jordan (guitare)


1. Eleanor Rigby
2. Freddie Free Loader
3. Round Midnight
4. All The Children
5. The Lady In My Life
6. Angel
7. Fundance
8. Return Expedition
9. A Child Is Born



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod