Recherche avancée       Liste groupes



      
HARPE CELTIQUE ET LYRIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Trio Keynoad

Ameylia SAAD WU - The Dreamer's Dances (2010)
Par MARCO STIVELL le 29 Août 2011          Consultée 982 fois

Ameylia SAAD est née en 1981 d'un père libanais et d'une mère réunionnaise-chinoise. Sa vie connait un bouleversement des plus positifs en 1986 lorsqu'elle assiste à la diffusion télévisée de l'adaptation des studios japonais Toei du on ne peut plus célèbre La Petite Sirène d'Hans Christian Andersen. Elle sait dès lors qu'elle sera chanteuse et harpiste, le seul moyen pour elle de se rapprocher de la sirène qu'elle voulait être. Elle a alors employé toute sa jeune vie à l'apprentissage d'une forme de musique à dominante classico-lyrique, obtenant des diplômes dans les conservatoires nationaux de Aix-En-Provence, Marseille et Milan. Elle ajoute le nom de jeune fille de sa mère, WU à son patronyme, une manière pour elle d'affirmer la fierté de ses origines asiatiques autant que les moyenorientales.

Son premier album, The Dreamer's Dances, a été enregistré au studio Free Son en Auvergne avec Pascal Solignat comme ingénieur. Ce disque est le témoin du fait qu'Ameylia est une artiste vraiment attachante qui insuffle beaucoup de (sa) personnalité dans ses réalisations. Rien que pour la pochette, celle-ci ayant été créée par la peintre-photographe Nicole Gravier, professeur aux Beaux-Arts de Milan, rencontrée dans le train et désormais amie d'Ameylia. Elle a offert son premier shooting photo professionnel à la jeune femme, et sans rien savoir de l'album, a su retranscrire de manière visuelle les deux grands esprits dans lesquels Ameylia voulait faire évoluer sa musique, ceux du rêve (l'image de la sirène n'est pas loin) et de la danse (les pieds près de la harpe, "The Dreamer's Dances").

Les morceaux, Ameylia les a composés à différents moments de sa vie. Les arrangements d'airs irlandais sont les premiers qu'elle ait réalisés, ce sont pour elle des "oeuvres de jeunesse". D'autres titres plus "modernes" sont des commandes de créateurs d'art contemporain ("Versements, Ode à l'Eau et à la Terre", une rencontre musicale de l'Occident et de l'Extrême-Orient pour un concept autour de l'eau) ou de danseurs (la vie et la mort, avec une représentation des rondes de derviches tourneurs pour "Chemins..."). Enfin, Ameylia aime mettre des rêveries personnelles en musique, c'est le cas pour "The Dreamer's Dances", écrite à un moment de sa vie remplie de doutes et de rêves. Le premier titre de l'album était, comme souvent chez un artiste, particulièrement important pour elle, elle l'appelle "la carte de visite" de l'album. Elle ne voulait pas quelque chose de trop contemporain, et a donc opté pour un texte et une musique qui mette en valeur son caractère humaniste. C'est donc "I Come From a Land", un chant pour la paix, basé sur la traduction anglaise d'un poème qu'elle a écrit à 16 ans, publié chez Azalées éditions.

The Dreamer's Dances est divisé en trois parties, trois cycles où Ameylia affirme pour chacun des thèmes récurrents : les quatre éléments ("Earth"), les histoires d'amour ("Love") et les danses ("Dances"). "Earth" englobe les quatre premiers morceaux, c'est sans doute le cycle où l'aspect contemporain et lunaire des morceaux est le plus facilement reconnaissable. Il y a en particulier ce "Transition Terre" qui représente la quintessence de ce qu'Ameylia peut faire dans le genre. J'ai eu la chance d'entendre d'abord ce morceau à Dinan en Bretagne pour les rencontres internationales de harpe celtique, et je suis ravi de le retrouver sur album. La jeune harpiste y utilise une feuille de papier, ce qui donne une sonorité particulière à la harpe, et les thèmes musicaux vont dans le même sens. Cependant pour une oreille non avertie, si l'expérience est surprenante, elle n'est pas déroutante et demeure en tout points réussie. Dans le même ordre d'idée, il y a "Le Miroir Aux Turquoises", plus posé mais où Ameylia joue sur les harmoniques et d'autres modes (mélodiques et de jeu) divers, soit encore une couleur particulière. Mais on y retrouve une certaine délicatesse tout à fait charmante et une imagerie d'un amour tourmenté. Même chose pour un morceau plus enlevé comme "The Dreamer's Dances", qui a ses nombreuses qualités quelle que soit l'idée musicale présentée.

"Versements" est quant à elle moins lunaire, plus proche des rêveries qu'on a sur Terre ou au fond de la mer... "Après la Pluie, les Fleurs Deviennent Rouges" est un arrangement d'un air traditionnel chinois comprenant des arpèges superbes. Dans le "Love Cycle", "L'Or aux Turquoises" garde le même aspect, doux, mélodique et passionné. "La Nuit s'envole" du côté des danses, est le dernier instrumental du disque, plus court mais encore très significatif de ce talent.

Les chansons à présent. Il faut savoir que du fait de son apprentissage classique, Ameylia emploie un chant similaire à celui d'une Loreena McKennitt (pour rester dans le monde de la harpe celtique), mais avec un esprit lyrique encore plus prononcé. On rencontre donc ainsi un mélange classique-tradition rarement entendu jusqu'alors, et qui a de quoi séduire à plus d'un titre. Ameylia voulait se rapprocher de l'univers de la femme-poisson, elle y est joliment arrivée, et on goûte à ce celtique-lyrique (lytique comme j'aime bien l'appeler) avec bonheur. "I Come From a Land", "Chemins...", "For a Celtic Friend" ou encore les airs irlandais bien connus "Danny Boy", "She Moved Through the Fair" et "Down by the Sally Gardens" sont ces moments où l'on peut apprécier pleinement le beau chant d'Ameylia (celle-ci n'hésitant pas à se dédoubler dans le premier titre pour restituer un choeur de plusieurs sirènes) sur fond d'arpèges cristallins.

Un magnifique premier album qui permet à Ameylia de laisser sa première grande trace discographique dans le monde de la harpe celtique, conjuguant intimité, suavité et originalité.

Pour écouter des extraits et ou se procurer l'album : http://www.ameylia-saad-wu.com/discographie.php

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


MYRDHIN
Harp In Aquarius (1992)
Harpe minérale précieuse




Peter GABRIEL
New Blood (2011)
Self-reprises symphoniques


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Ameylia Saad Wu (harpe celtique, chant)


- earth Cycle
1. I Come From A Land
2. Après La Pluie, Les Fleurs Deviennent Rouges
3. Versements, Ode à L'eau Et à La Terre
4. Transition Terre
- love Cycle
5. Danny Boy
6. L'or Du Crépuscule
7. Down By The Sally Gardens
8. Le Miroir Aux Turquoises
9. He Moved Through The Fair
- dances Cycle
10. The Dreamer's Dances
11. La Nuit S'envole
12. For A Celtic Friend
13. Chemins...



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod