Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON WORLD-FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Anais
 

 Camille, Site Officiel (686)
 Camille - Music Hole (554)

CAMILLE - Ilo Veyou (2011)
Par MARCO STIVELL le 16 Janvier 2012          Consultée 1261 fois

Quatrième album, et CAMILLE ne connaît de nouveau pas de succès à la hauteur de son talent. Après tout, ce n'est peut-être pas ce qu'elle cherche, dans sa grande simplicité doublée d'une grande part de mystère. La simplicité, c'est dans les actes, le choix de mener une vie de vraie humaine, loin de ceux qui sont là-haut et jouent avec, de mettre en avant la beauté de l'existence en dépit des coups durs ; et bien sûr dans ses choix musicaux, sur lesquels nous reviendront largement. Le mystère, c'est aussi dans sa personnalité, le fait d'arriver à assumer plus facilement que le commun des mortels occidentaux sa rébellion et de rejeter le superflu de notre société de consommation en préférant le peu, quand ce n'est pas le rien.

Ilo Veyou en est une nouvelle démonstration. Déjà, regardez la pochette, vous y verrez le titre écrit en fils d'or sous forme de typographie médiévale, le tout réalisé par des brodeuses professionnelles ("un travail minutieux de la main et de la lenteur !" dit la chanteuse). Ensuite, Ilo Veyou, vous l'aurez peut-être compris, c'est "i love you" conjugué à l'enfantinif. La chanteuse a décidé le temps d'un album de nous amener sur sa planète où l'amour est répandu, de façon pas toujours rose certes. Mais, et elle nous le dit dès l'intro "Aujourd'hui", c'est face à la société (et au trop plein de CO2), "le plus beau moment, le plus beau bébé, la plus belle maman". Car, et c'est encore ce qui fait de CAMILLE une chanteuse définitivement humaine, son premier bébé l'a beaucoup inspirée dans l'écriture et la réalisation de ce disque.

Pour celle-ci, on n'est pas bien loin de Music Hole. Il y a juste un peu moins de partage de voix (elle est moins au "tous azimuts" de l'attention) et un peu plus d'instruments. CAMILLE domine les voix, comme toujours, mais cela signifie qu'elle compte moins sur le concours de ses amis. En revanche, les guitares acoustiques et cordes sont peut-être mieux mises en valeur que jamais. Ceci étant grandement dû au son du disque car ce dernier a été enregistré sur des bandes analogiques, restituant (et on ne le dira jamais assez) à merveille la chaleur des vinyles. CAMILLE a de plus tenu à ce que ses sons "se frottent à l'espace", en choisissant donc pour l'enregistrement des lieux amples (églises, chapelles) ou très proches du plein air. L'album sonne ainsi comme une bouffée d'oxygène, le souffle du vent est omniprésent.

Autre grande nouvelle, le français revient au goût du jour, à peu près à égalité avec l'anglais. Et l'on remarquera que la belle n'a pas perdu la main, pour ce qui est de nous perdre dans les méandres de ses jeux de mots, un effet qui n'a d'égal que la justesse des formulations. En témoigne (plus que le reste) la strophe-refrain magnifique de la chanson "Le Berger" : "Si tu gardes à l’intérieur ce qui te guide à l’extérieur, alors vu de l’intérieur, tu ne changes pas / Si tu laisses à l’extérieur ceux que tu guides à l’intérieur, alors vu de l’extérieur, ça ne changera pas." Quant à la provocation, là encore le propos est tenu de langue maître, avec cette capacité déconcertante de critiquer la déforestation tout en rappelant que même en temps de crise, "La France" s'en sort toujours, bizarrement.

Ilo Veyou semble faire fonctionner ses chansons par deux ou un peu plus. Il se commence comme il se termine : avec CAMILLE seule, et tenant plus qu'ailleurs à mettre les espaces en valeur, le froid de la rue au début et la quiétude d'une chapelle à la fin. Avec ces deux chansons, "Aujourd'hui" et "Tout Dit", la chanteuse prouve également sa capacité à chanter en fort débit tout en allant au fond du rythme. "Mars Is No Fun" (l'attachement à la Terre) et "My Man Is Married But Not to Me" fonctionnent elles aussi ensemble, pour l'aspect "pulsatif" ainsi qu'une utilisation de cordes à mi-chemin entre le romantisme et le contemporain. Idem pour "Allez, Allez, Allez" et "La France" où elles jouent un peu plus "à la baroque" (pour la seconde), pendant que CAMILLE se laisse aller à des délires très enfantins, allant jusqu'à imiter les anciennes chanteuses réalistes françaises ! "Bubble Lady" et "Ilo Veyou" se rapprochent plus encore de Music Hole, marquant le retour des percussions corporelles autant que de celles à peaux. Plus lentes, "L'Etourderie" (des amoureux) et "Pleasure" voient CAMILLE utiliser un chant très suave, auquel contrastent quelques parties plus hargneuses. Enfin, et c'est là peut-être le plus grand joyau de l'album, il y a les plages plus "acoustiques". Tout l'album l'est bien sûr, mais ces titres-là misent sur la sobriété autant dans la voix que l'instrumentation. Si "She Was", où il est fait mention de métamorphoses et de réincarnation, se voit garnie de quelques cordes graves et frileuses, l'instrumentation se réduit tout comme pour "Wet Boy" (l'eau, élément vital), "Le Banquet" et "Le Berger" (une fable sur un amour impossible), à une guitare acoustique. Ces chansons sont des perles, et grâce à elles, on navigue quelque part entre le Moyen-Âge évoqué dès la pochette, et la folk-song des années fin 60-70.

Si les albums précédents pouvaient se targuer d'être des réussites, on s'attachera encore plus vite à Ilo Veyou, car la chanteuse, artiste d'orfèvre, a combiné à merveille diversité et homogénéité. Toujours aussi étonnant, définitivement attachant.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


Anthony PHILLIPS
Private Parts & Pieces X - Soirée (1999)
Final lights...




Denez PRIGENT
Me 'zalc'h Ennon Ur Fulenn Aour (1997)
Une référence dans le celtique contemporain


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Aujourd'hui
2. L'étourderie
3. Allez Allez Allez
4. Wet Boy
5. She Was
6. Mars Is No Fun
7. Le Berger
8. Bubble Lady
9. Ilo Veyou
10. Message
11. La France
12. My Man Is Married But Not To Me
13. Pleasure
14. Le Banquet
15. Tout Dit



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod