Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Chris DE BURGH - Footsteps 2 (2011)
Par GEGERS le 7 Novembre 2011          Consultée 1034 fois

A voir les notes que se prennent les derniers albums du pauvre Chris DE BURGH, on semblerait en droit de se dire qu'il vaudrait mieux jouer l'indifférence plutôt que s'évertuer à descendre systématiquement les nouvelles sorties d'un artiste pourtant encore fort apprécié. Mais nous aussi nous l'adorons ce bon vieux Chris. Après tout, c'est un peu, selon votre âge, le père ou le grand-père idéal. Chemise à carreaux seyante, ce penchant pour la bière allemande, et ce talent de chanteur et de conteur qui réchauffe de son aura les longues soirées d'hiver. Et puis, le bonhomme peut se targuer d'avoir produit une bonne pelleté d'albums et de tubes (en France, rappelons-nous des intemporels « High on emotion » et « Lady in red », encore largement diffusés sur les radios généralistes) qui le placent définitivement dans le panthéon des grands artistes internationaux. Nous reviendrons bientôt sur les nombreux albums incontournables de l'artiste.

Seulement voilà, depuis quelques temps, ce bon vieux Chris produit en guise d'albums une soupe amère et imbitable, qui ressemble et répond sans doute à ses aspirations du moment, mais qui s'enfonce dans une mièvrerie consternante et rappelle le pire des années 80. Le chanteur vieillit mal, même si sa voix, elle, reste intacte. Après un Moonfleet passable, le gonze nous refait le coup de Footsteps, c'est-à-dire une collection de reprises de morceaux chers à son cœur. Dire que le premier volet est loin d'être indispensable est un doux euphémisme... le scepticisme est donc légitimement de mise à l'écoute de ce deuxième volume, qui ne nous rassure guère, et se paye même le luxe d'enfoncer le clou de la médiocrité !

Alors que Footsteps était avant tout un cadeau à ses fans, Chris DE BURGH présentant alors quelques unes des reprises souvent interprétées en concert, ce nouvel épisode joue quant à lui le rôle d'album-hommage aux artistes qui ont influencé le chanteur durant sa jeunesse. En effet, à l'exception de « Let it be », souvent joué en concert, les autres morceaux présentés ont un petit goût d'inédit pour les amateurs de l'Irlandais. Inutile néanmoins de s'attendre à une quelconque facétie. Comme sur le premier volet, Chris DE BURGH propose une relecture fade, sans âme et désuète de standards qui ont marqué l'histoire de la musique. Le massacre débute avec « While you see a chance », tube de Steve Winwood introduit par un clavier Bontempi dont le son est si mauvais qu'il ne peut être interprété comme un hommage. Les Beatles en prennent également pour le grade : « Let it be », mignonette avec son piano prédominant, sa guitare électrique et ses chœurs féminins, fait son petit effet. Mais, ce morceau ferait verser une larme à un pingouin sourd, donc l'exploit n'est pas à saluer. En revanche, sur « Lady Madonna », un saxophone ne cache pas l'indigence d'une reprise à l'intérêt absolument nul.

En grattant bien, il est possible de déceler quelques titres sympathiques. Il y a tout d'abord cette version à fleur de peau de « The living years » (Mike and the Mechanics), suivie par une version ralentie du tube « SOS » de ABBA, qui revêt fort bien cette nouvelle peau. « Long train runnin' » (The Doobie Brothers) qui ferait de toute manière danser un cul-de-jatte produit également son petit effet. Ce sera tout. A la moulinette le « Blue bayou » de Roy Orbison, à la poubelle le « Time in a bottle » de Jim Croce (la splendeur de la version originale, riche de son intimisme, est ici totalement ruinée), à la benne le « In the ghetto » du King Elvis, totalement sans intérêt.

Comme pour parfaire le tableau, Chris DE BURGH a en plus l'outrecuidance de proposer en conclusion trois nouvelles compositions, qui ferait passer n'importe quel extrait de Moonfleet pour un chef-d'œuvre de composition... Reconnaissons tout de même un léger charme à « Every step of the way », car l'être humain est faible et fondamentalement romantique.

A force de projets de ce type, Chris DE BURGH se transforme un peu plus à chaque album en André Rieu de la variété, ce qui est loin d'être un compliment. Echec artistique, ou simple album alimentaire ? Toujours est-il que, tout autant que le volume 1, Footsteps 2 mérite d'être évité comme la peste bubonique. Ou alors, pour faire un cadeau à belle-maman...

Pour les téméraires, le clip de S.O.S. :
SOS : http://www.youtube.com/watch?v=RW3KU5HXF2k&feature=related

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE :


SIRIMA
A Part Of Me (1989)
Variété internationale.




Gilles SERVAT
Live 98 - Touche Pas à La Blanche Hermine (1998)
Chanson bretonne et irlandaise


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. While You See A Chance
2. Let It Be
3. The Living Years
4. Blue Bayou
5. Sos
6. Seven Bridges
7. Lady Madonna
8. Time In A Bottle
9. Already There
10. In The Ghetto
11. Long Train Running
12. On A Christmas Night
13. Every Step Of The Way
14. Footsteps 2 Theme



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod