Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Sergueï Prokofiev

Igor STRAVINSKY - Le Chant Du Rossignol (charles Dutoit) (1917)
Par ONCLE VIANDE le 16 Avril 2012          Consultée 1686 fois

Amoureux de Petrouchka, cette friandise est pour vous. Après l’Oiseau de Feu, Igor STRAVINSKY inspire sa plume d’un nouveau volatile. Le Chant du Rossignol est un court poème symphonique composé à partir de deux actes de l’opéra Le Rossignol, tiré du fameux conte d’Hans Andersen, et que le compositeur jugeait bancal.

L’œuvre tronque une partie de l’intrigue mais l’absence de texte permet une écoute cohérente. Bien qu’achevée en 1917, STRAVINSKY y réarrange un matériau datant de 1914. On y retrouve tout naturellement l’esprit qui animait ses œuvres d’époque. Couleurs similaires, même environnement de contes et de légendes, mêmes techniques de composition. En tendant bien l’oreille, on y percevra aussi quelques restes du Sacre du Printemps et de son final flamboyant.

Privé d’acteurs, les rôles sont désormais confiés aux instruments. Le rossignol s’incarne dans la flûte et son double mécanique dans le hautbois. Le réalisme des scènes est remarquable, s’appuyant sur la suggestivité des sons et un génie narratif évident. L’introduction du « Jeu du Rossignol Mécanique » reste un modèle de mise en scène et d’utilisation de l’orchestre à des fins illustratives ; le piano et les cordes tissent un décor irréel, le hautbois donne vie au volatile artificiel, les pizzicati et le célesta reproduisent les cliquetis mécaniques de l’engin. Simplicité du procédé, évidence des images, intelligence du compositeur surtout, qui ne souligne que le juste nécessaire, laissant à l’imagination faire le reste.

Le Chant Du Rossignol reprend l’approche cinématique de Petrouchka. C’est une partition dynamique, pleine d’images et de rebondissements qui possède toutes les qualités d’une musique de dessin animé et aurait pu servir l’écran. Elle fait aussi partie des œuvres classiques taillées sur mesure pour un public d'enfants aux cotés du Carnaval des Animaux ou de Pierre et le Loup.

On trouve ici des moments insolites, des climats inhabituels chez STRAVINSKY, un caractère exotique évidemment imposé par le thème, mais aussi une fraîcheur orchestrale caractéristique de ses jeunes années mêlée à des pointes d’humour. Si Petrouchka puisait dans le folklore russe, Le Chant du Rossignol emprunte au mode pentatonique chinois. Etrangement, c’est souvent un tempérament moyen-oriental qui s’en dégage, des passages rappelant vaguement le Shéhérazade de Maurice RAVEL ou certaines pièces folkloriques de Béla BARTÓK (« La Marche Chinoise »).

Le Chant du Rossignol constitue une jolie pièce de la période russe. Œuvre mineure certes, qui ne figure pas parmi les incontournables du compositeur, il n’empêche, ces vingt petites minutes sont indispensables pour tous ceux qui souhaiteraient rassembler les morceaux du puzzle pittoresque que STRAVINSKY construisit entre 1908 et 1918.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par ONCLE VIANDE :


Igor STRAVINSKY
Symphonies D'instruments à Vent (esa-pekka Salonen) (1920)
Patchwork insolite




Claude DEBUSSY
La Mer (trois Esquisses Symphoniques Pour Orchestre) (1983)
Musique classique


Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
  N/A



- Orchestre Symphonique De Montréal
- Charles Dutoit (direction)
- Armas Maiste (piano)
- James Chompson (cornet)
- Timothy Huntchins (flûte)
- Robert Early (trompette)
- Ellis Wean (tuba)
- ...


1. Presto
2. Marche Chinoise
3. Jeu Du Rossignol Mécanique



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod