Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



B.B. KING - Live At The Regal (1964)
Par MANIAC BLUES le 5 Mai 2012          Consultée 1244 fois

Contrairement à ce que l’on pourrait penser aujourd’hui, les années soixante, notamment la première moitié de la décennie, ont été morne pour B.B. King. Le meilleur, les grandes et belles années cinquante, sont désormais bien lointaines. Les premières places des Charts semblent hors de portée. Le succès de la soul n’est pas étranger à ce déclin, mais la faute est surtout à mettre sur le dos du label ABC qui s’échine en vain à en faire un chanteur de variété. Du coup, l’élite blanche amatrice de blues revival lui reproche son manque d’authenticité, tandis que les jeunes adulent James Brown et Sam Cooke. Malgré ses déconvenues en studio, B.B. King peut exprimer tout son art en concert, où des fans de longue date et de la même génération continuent de l’applaudir avec chaleur.

Ce live a été enregistré au Regal, salle de spectacle du quartier sud de Chicago, le 21 novembre 1964. Le public est connaisseur du répertoire de B.B. King, et ne demande qu’une chose : entendre ses grands succès. Ce qui est fascinant, c’est cette proximité qui s’installe entre le bluesman et les spectateurs. On entend les cris des femmes, des éclats de rire et dès l’annonce du DJ Pervis Spann, très populaire à Chicago, les acclamations et les applaudissements ne se font pas attendre. B.B. King commence traditionnellement son show par « Every Day I Have The Blues » qui permet à l’orchestre de cuivre de réchauffer le public et d’oublier le vent glacial qui balaie les rues de Chicago. Avec « Sweet Little Angel », B.B. King rend ses fans totalement hystériques. Sur « It’s My Own Fault » et « How Blue Can You Get », deux blues lents, ses talents de conteur, son jeu de guitare somptueux, le piano toute en finesse de Duke Jethro, le sax en contrechant enflamment le Regal. La face A se clôt en trombe par le blues énergique « Please Love Me », tandis que le mythique « You Upset Me Baby » annonce une face B aussi brillante que la première.

« Worry, Worry », blues lents et orageux, permet à B.B. King une fois de plus de hurler ses chagrins d’amour et de faire pleurer sa guitare. Cette chanson émotionnellement très forte est un des sommets du concert. Après tant de frissons, le dansant « Woke Up This Morning » fait office d’habile transition avec le poignant « You Done Lost Your Good Thing Now » qui ne laisse pas indifférent le public toujours en émoi. Décidemment, B.B. King excelle dans les blues lents. Enfin, ce concert très excitant se clôt en apothéose par le jazzy « Help The Poor ».

Alors, oui, je pourrais conclure finement cette chronique en déclarant que ce live est un pur régal et même que B.B. King nous régale au Regal. Mais d’aussi mauvais jeux de mot ne seraient pas dignes de cette œuvre essentielle dans la discographie en dent de scie du légendaire B.B. King.

A lire aussi en BLUES par MANIAC BLUES :


Otis SPANN
The Blues Never Die! (1964)
Chaudement recommandable




Roy BUCHANAN
Roy Buchanan (1972)
Du blues sombre...


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- B.b. King (chant, guitare)
- Kenneth Sands (trompette)
- Johnny Board (sax ténor)
- Bobby Forte (sax ténor)
- Duke Jethro (piano)
- Leo Lauchie (basse)
- Sonny Freeman (batterie)


1. Every Day I Have The Blues
2. Sweet Little Angel
3. It's My Own Fault
4. How Blue Can You Get?
5. Please Love Me
6. You Upset Me Baby
7. Worry, Worry
8. Woke Up This Mornin'
9. You Done Lost Your Good Thing Now
10. Help The Poor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod