Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Harry Nilsson , The Beatles
- Membre : Bert Jansch

The MONKEES - More Of The Monkees (1966)
Par ERWIN le 13 Mai 2012          Consultée 901 fois

La carrière des MONKEES américains, lancée sur des chapeaux de roue par la série télévisée qui leur est consacré va trouver un pierre de voute avec ce deuxième album, de bien meilleure qualité que leur éponyme premier album, Dieu merci, les compositeurs du premier album ne sont plus présents que sur deux titres, et nous assistons à l’arrivée de Neil Diamond, Carole King ou même Neil Sedaka, venus enrichir avec leur talent habituel ce deuxième opus. A nouveau, Seul le guitariste Michael Nesmith va tirer son épingle du jeu, et propose trois compositions personnelles.

Toutefois, soyons justes, Boyce et Hart vont malgré tout faire preuve d’une intense créativité sur cet album. En effet, nous trouvons ici le titre emblématique des MONKEES avec « Steppin stone », morceau d’un niveau remarquable au puissant riff hard rock, quelques arpèges magiques et la voix du petit singe Micky Dolenz assène un hymne pop de première bourre. C’est du vrai Hard Rock, le doute n’est pas permis, alors que nous ne sommes qu’en 1966. Il y a peu de titres de cette trempe dans le paysage musical de ces années, je rajouterai: peu de titres hard de ce niveau… Pour moi « My generation » des WHO ou « You really got me » des KINKS sont largement en deça, seul « Satisfaction »  des ROLLING STONES lui est comparable. Voila donc un titre de gloire non usurpé..
Mais le méga succès de cet album est « I’m a believer » composé par Neil DIAMOND, qui se vendra à 10 millions d’exemplaires, un des plus grands singles de l’histoire. Une jolie mélodie une nouvelle fois drivée par la voix de Dolenz.
« Mary Mary » , toujours chanté par Dolenz, mais composé par Nesmith, est un des autres singles de l’album. On y retrouve une forte influence des british bands tels les KINKS ou les ANIMALS. La sirupeuse « Sometime in the morning » et la lancinante « She » achève la portion Dolenz du skeud

Le nerveux petit angliche Davy Jones hérite de quelques titres : la folky et sympa « When love comes Knockin », « Hold on girl » et son petit orgue mignonnet. Nous poursuivons avec la très british « Look out », l’inaudible « The day we fall in love », et enfin la transparente « Laugh », beaucoup de remplissage donc.
Le Bassiste Peter Tork se voit enfin donner la chance de poser sa voix sur le titre « My auntie Griselda » qui rappellera aux connaisseurs les interventions de Ringo Starr au sein de Beatles, par la voix comme par le basique de la compo, qui reste cependant agréable.
On termine avec Mike Nesmith, seul vrai musicos du groupe sur « the kind of girl I could love », qui ne présente malheureusement qu’un intérêt limité.

En substance, ce disque vaut essentiellement pour la présence des deux grands classiques que sont « I’m a believer » et « Steppin stone », mais il demeure aussi très représentatif de l’air du temps de 1966.

Steppin stone - http://www.youtube.com/watch?v=fbYzZ2-fovM
I’m a believer - http://www.youtube.com/watch?v=XfuBREMXxts

A lire aussi en POP par ERWIN :


The BEATLES
Please, Please Me (1963)
Les scarabés s'envolent




SEAL
System (2007)
Album de la maturité


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Michael Nesmith (guitare - chant)
- Davy Jones (chant)
- Peter Tork (basse - chant)
- Micky Dolenz (batterie - chant)


1. She
2. When Loves Knock
3. Mary Mary
4. Hold On Girl
5. Your Auntie Grizelda
6. Steppin Stone
7. Look Out
8. The Kind Of Girl I Could Love
9. The Day We Fall In Love
10. Sometime In The Morning
11. Laugh
12. I’m A Believer



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod