Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (406)

John ADAMS - On The Transmigration Of Souls (2002)
Par TARTE le 25 Mai 2012          Consultée 3842 fois

Comme beaucoup d’américains, tu fus touché par cet évènement d’une rare violence. Trois mille personnes s’en sont allées en cette matinée du 11 septembre 2001, la plaie qu’a ouvert ce désastre est longtemps restée béante. Et puis il a cette morale que la bienséance a soigneusement gardée en son écrin, produit de la doxa, gagnant une à une l’âme meurtrie des artistes. Tu as souvent produit des œuvres politiquement affirmées (les opéras « Nixon in China » et « Choruses from the Death of Klinghoffer »), mais là le contexte est, par son ampleur et ses répercussions, bien différent.

Tout à commencé par cette commande.

New York, mélancolique, s’est adressé à toi pour rendre hommage aux victimes. Te chargeant de ce très lourd fardeau qui, selon tes inspirations, te fera chuter ou gravir dans l’estime du peuple. Les enjeux sont de taille, hors de question de prendre des risques inutiles, rangeons les audacieux mélanges minimalistes et extravagants, l’heure est au recueil.

Une pièce de vingt-cinq minutes, une très lente progression, des chœurs mystiques et plaintifs, puis un coup d’éclat comme un tragique hurlement de douleur, une déferlante effroyable dont aucun esprit blessé ne saura résister. Le constat est évident, la violence éclate explicitement, s’adressant à nos pulsions les plus primitives. La musique est peut-être trop attendue, mais avais-tu vraiment le choix ?

OTTOS est une pièce monolithique, pesante, éprouvante et riche de sens. Elle a valu à Adams le prix Pulitzer de musique, dont on soupçonne les motifs se porter davantage sur l’intention que sur l’œuvre en elle-même. Car si la pièce fait son effet lors des premières écoutes, on doit reconnaître qu’elle perd assez vite de sa consistance.

« Missing ». Le message revient inlassablement, tel un SOS cachant derrière un code austère une détresse inimaginable. Et les noms commencent à pleuvoir. L’averse est proche.
Les choix d’Adams sont intéressants, leur mise en forme en revanche s’avère trop facile. L’orchestration créer une tension qui ira en crescendo sur des nappes vocales fantomatiques, des cisaillements de violons, des grondements prémonitoires. L’attente est trop longue, pas suffisamment alimentée en agents musicaux.

Finalement, il ne nous reste après le carnage qu’une incision d’effrois, qui ne mettra guère de temps à cicatriser. L’œuvre est percutante, mais éphémère.

Mais malgré cela, On the Transmigration of Souls reste avant tout un hommage, et n’était-ce pas l’intention qui comptait, finalement ?

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par TARTE :


Paul SMITH
Vingt Mille Lieues Sous Les Mers (2008)
De l'anthologie à l'état brut.




Igor STRAVINSKY
Petrouchka (boulez) (1911)
Musique contemporaine


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- John Adams (composition)
- Lorin Maazel (direction)
- Orchestre Philharmonique De New York


1. On The Transmigration Of Souls



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod