Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The NARCOTIC DAFFODILS - The Narcotic Daffodils (2011)
Par MARCO STIVELL le 2 Mars 2012          Consultée 2081 fois

Les NARCOTIC DAFFODILS ("jonquilles narcotiques", un pléonasme totalement assumé) sont "the" groupe of the scène rock psychédélique montante made in Belgium. A Bruxelles précisément, Simon Rigot et Philippe "Flup'k" De Clercq, qui officient dans le milieu de la musique depuis le début des années 80, forment ce groupe avec les plus jeunes Iréne Csordas, Hakim Rahmouni et Merlin Fourmois à la fin d'une jam session dont on peut imaginer la réussite et l'importance. Leur nom de bataille était choisi le lendemain lors d'un barbecue, preuve de la convivialité qui règne au sein de la maison. En réalité, leur différence d'âge est compensée par leur attrait pour la musique "hypnotisante" !

Ils se complètent aussi par leur diversité d'influences. Si trois d'entre eux sont bien d'Europe occidentale/presque nordique, Irène Csordas a des origines de l'Est du continent, et Hakim Rahmouni, comme son nom l'indique, puise ses racines dans le plein Sud, au Maroc précisément. Quant à leur background d'amateurs de musique, certains ont connu la fin des années 60 et les années 70, alors que parmi les jeunes, Irène Csordas est influencée aussi bien par le rock que par la soul ou le jazz. Ce qui laisse suggérer une musique haute en couleurs pour ce premier disque diffusé par Fakto Records au Benelux et en Allemagne, et auquel les Japonais ont également accès.

En fait, les NARCOTIC DAFFODILS ont tenu à recentrer sur ce qui leur ont paru le plus spontané pendant leur temps d'écriture, essentiellement à base de jams sur des idées d'Irène. Elle et Flup'k écrivent des paroles pour aller sur les musiques, et l'ensemble arrange une musique très typée rock psyché roots, mais avec un son moderne. Par exemple, Simon choisit de n'utiliser que l'orgue Hammond, et il saupoudre quelques morceaux d'un peu de sitar, appris directement auprès d'un maître en provenance de... Calcutta ! D'où l'inspiration pour ce titre d'ouverture, "Back From Calcutta... With Mister Jacky", où la parole d'ouverture est donnée à l'instrument fétiche du raga. Irène ne tient pas à dire qui est ce Mister Jacky, en revanche on ressent déjà malgré des sons de caractère, cette volonté d'ensorceler l'auditeur par le texte ("I put a spell on everything I see"), la voix comme la musique. Il faut attendre quatre minutes pour que le chant rentre, le groupe prend le temps de nous faire pénétrer dans son univers. Le chant joue déjà sur la suavité et l'affirmation, cela change quelque peu de ce que Irène a fourni sur les derniers albums de Gilles Snowcat. A la fin, on a un superbe solo d'orgue Hammond, et l'on regrettera simplement que la batterie de Merlin Fourmois n'ait pas mieux préparé cette petite escapade rock, un peu brusque pour le coup.

Au programme, de nombreux moments de bravoure sur ce premier disque, on pourrait en citer sur tous les morceaux si l'on ne parle pas d'eux entiers. "Happens all the time" est un peu le "Purple Haze" des NARCOTIC DAFFODILS, où l'on ressent comme sur d'autres titres un désir non assouvi dans le texte et dont la répétition accentue l'impact : "Do you mind I'm in love with your mind, but you're not with mine, it happens all the time". Les voix harmonisées de "Heels" sont un stratagème dont on se délectera aisément, tout comme les intonations ska-punk de "Riding the Drag". Et la chanteuse d'en rajouter une couche : "I love this song... But you've got to sing another song !" Mais c'est sur "Deedoodah" qu'elle se fait la plus délicieuse, c'est un chant où les paroles semblent venir comme elles viennent, de manière aléatoire. Pour sûr, les NARCOTiC DAFFODILS ne pêchent pas pour le choix de leur vocaliste, comme cela peut être souvent le cas dans le genre. Hakim Rahmouni et tout comme Simon Rigot un musicien inspiré, délivrant des solos avec force wah-wah et delay. "Go F*** Yourself With Your Cat on the Roof" est un de ces morceaux à rallonge où une intro western côtoie des refrains très énergiques alors que les couplets se font sur deux accords, tout comme les parties faussement rêveuses qui conduisent à un final puissant. Mais "The Crazy Dwarf", enregistrée en une prise pour les instruments "de base", fait encore mieux à ce sujet. Etirée sur près d'un quart d'heure, ouverte par une guitare clean seule avec delay de manière remarquable, elle signe le retour du sitar pour une nouvelle épopée bouillonnante. Il faut ajouter à ce terme les divers emportements, souvent autour du refrain où les autres membres viennent soutenir Irène Csordas. "Life shows no mercy, takes no prisoners"... Et l'on notera aussi ces divers effets sur la guitare et l'orgue, cette basse lourde, ces cymbales sifflantes...

Une musique donc basée sur des répétitions propres au genre, et qui doivent encore mieux se savourer après un bon p'tit cône (le groupe se défend d'y inviter qui que ce soit, leur nom n'évoque pas cela non plus !) Mais déjà, les NARCOTIC DAFFODILS rêvent de plus de liberté. Si en interview, Simon et Irène affirment que l'ensemble du groupe veut garder un pied dans l'univers planant, ils envisagent de penser la musique différemment sur les prochains enregistrements. Espérons que cela les mène loin, et que le public suivra comme il se doit.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par MARCO STIVELL :


Gilles SNOWCAT
Moko-moko Collection (2012)
Art-rock à petits moyens et typé, mais excellent




JEFFERSON AIRPLANE
Volunteers (1969)
Volontaires idéaux pour bonne musique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Irène Csordas (chant)
- Hakim Rahmouni (guitares)
- Simon Rigot (orgue hammond, sitar)
- Philippe De Clercq (basse)
- Merlin Fourmois (batterie)


1. Back From Calcutta... With Mister Jacky
2. Happens All The Time
3. Heels
4. Go F*** Yourself With Your Cat On The Roof
5. Deedoodah
6. Riding The Drag
7. The Crazy Dwarf



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod