Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2000 Skull And Bones
 

- Membre : Prophets Of Rage

CYPRESS HILL - Till Death Do Us Part (2004)
Par VOLTHORD le 10 Mai 2004          Consultée 5900 fois

Après un Stoned Raiders très orienté rap westcoast, j’avais peur que les camarades de la colline de cyprès se laissent aller dans un rap banal et «à la mode ». Il est vrai qu’en tapant dans un peu tous les genres, du rap underground sur l’album éponyme au neo metal sur Skull and Bones le groupe a toujours su se renouveller, attirer le plus de monde et empocher le plus de fric sans pour autant trahir son public. Mais en écoutant Stoned Raiders, je fus vraiment très, trop surpris pour me réjouir de la banalité des morceaux rap, et ce malgré une partie rap/rock plutôt bien foutue.

Mais voilà que Cypress Hill nous revient en ce début d’année 2004 avec «‘Till death do us the part »(le titre faisant sûrement référence au « Till death do us unite » de SODOM). Moi qui m’attendais à entendre un album grand public estampillé MTV (deux jours auparavant j’avais vu le clip de «what’s your number » sur la chaîne en question)… et bien je me suis planté d’une bien belle manière !
Car si TDDUTP est, on ne peut le nier, plus «commercial », il n’en reste pas moins excellent et se classe d’ores et déjà parmi les meilleurs albums du groupe…

Bien loin du « Stoned Raiders 2 » que je redoutais, le groupe nous dévoile ici (encore) de nouvelles facettes de sa musique tout en restant bien entendu LES Cypress Hill, les incopiables, les authentiques, les vrais…enfin bon vous m’avez compris…
Et quelles sont donc ces facettes ?

Tout d’abord la noirceur. La plupart des morceaux de TDDUTP se caractérisent par cette froideur et ce pessimisme encore jamais entendu dans du rap américain. On démarre avec le chaotique « Another Body Drops » et dès le départ on sent qu’on aura à faire à un grand album… Rythmiques lourdes, bruitages, refrain terrible soutenu par un fond de distorsion pesantes nous plongent dans une fusillade urbaine. Après ce départ sur les chapeaux de roues, on revient à un « Till death comes » qui réveille la nostalgie des mauvais jours. La suite n’en est pas moins mauvaise, la mélancolie revient sur un « Never Know » décidément toujours aussi sombre et perdure sur « One last Cigarette » avec son instru quasi trip-hop. « Street Wars » revient sur le chaos urbain du début du disque avec cette fois ci des claviers symphoniques bien plus marquants.

Mais je n’ai parlé là que de la première facette de l’album. Car Cypress Hill n’hésite pas à séparer les morceaux sombres par d’autres plus « festifs ». Ils reviennent dans le passé sur un « Latin thugs » latino et chanté en espagnol qui rappel le hit « Tequila Sunrise »(sur l’album « IV »), s’orientent vers le reggae sur « Busted in the Hood » ou encore « What’s your number » et son sample emprunté à « Guns of brixton » de The Clash. « Ganja Bus » est quant-à lui 100% dance hall…j’allais presque oublié « Once again », egotrip délirant qui ne manque pas de nous remonter le moral, et « One last Cigarette » ne manquera pas non plus de nous le rabaisser.

Car ce qui caractérise TDDUTP, c’est bien cette dualité entre les morceaux « joyeux » et les autres plus sombres. Tantôt joyeux tantôt triste…tantôt blanc tantôt noir. Seul le morceau titre est entre les deux et conclut admirablement bien l’opus.

Sans aucun doute cet album est à classer parmi les meilleurs du genre, à la fois varié sans partir dans tous les sens, tout en restant purement et simplement du Cypress Hill, c’est à dire de la qualité. Les instrus sont bien plus fines et bien loin des samples à une note des premiers albums, le groupe a énormément évolué musicalement. Et je pense qu’on peut sans trop prendre de risque aujourd’hui dire que, mise-à-part la petite faute d’écart de Stoned Raiders, le groupe, avec sa discographie, a largement de quoi se classer parmi les légendes du hip hop.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP :


PLAN B
The Defamation Of Strickland Banks (2010)
Quand Eminem rencontre Marvin Gaye...




SONIC BOOM SIX
Arcade Perfect (2007)
Un savant mélange de genre qui fait mouche


Marquez et partagez





 
   VOLTHORD

 
  N/A



- B-real (chant)
- Sen Dog (chant)
- Dj Muggs (platines)
- Eric Bobo (percutioniste)


1. Another Body Drops
2. Till Death Comes
3. Latin Thugs -featuring Tego Calderon-
4. Ganja Bus -featuring Damian Marley-
5. Busted In The Hood
6. Money
7. Never Know
8. Last Laugh -featuring Prodigy And Twin-
9. Bong Hits
10. What’s Your Number? -featuring Tim Armst
11. Once Again
12. Number Seven
13. One Last Cigarette
14. Street Wars
15. Till Death Do Us Part
16. Eulogy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod