Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nas, Kanye West
- Membre : Jay-z & Kanye West
- Style + Membre : The Carters

JAY-Z - Mtv Unplugged (2001)
Par GLADIUS le 28 Août 2018          Consultée 144 fois

Ce live a une importance toute particulière dans le monde du hip-hop. D'abord parce qu'il montre la beauté que peut devenir le rap, quand il est accompagné d'instruments, le naturel sublime la musique et ce MTV Unplugged va nous le montrer une fois de plus. JAY-Z se prête au jeu, en 2001, alors que sa carrière est en plein boum, qu'il est sur tous les continents en train de défendre les productions qu'il a proposé jusqu'ici.

La magie prend des les premières notes qui retentissent alors que Shawn Carter entre en scène sur le somptueux "Izzo (H.O.V.A)" qui est transcendé par le professionnalisme d'interprétation du groupe THE ROOTS qui l'accompagne, à la demande exclusive du rappeur. Nous voilà partis dans un petit bijou qui sera un sans faute tout du long, JAY-Z est bluffant de justesse. Imaginez l'intensité du moment : le rappeur qui est, à cette période, la plus grosse star du rap se produit dans l'émission acoustique, pour se rapprocher de son public. La perspective est belle, vraiment. Le rappeur jongle à cette époque entre un rap street et underground à l'image de son premier album et un rap conscient qu'il a toujours su composer depuis ses débuts. "Takeover" va prendre le relais, le rappeur pour l'instant se concentre sur son projet le plus récent The Blueprint, et ce n'est pas pour nous déplaire tant la réussite de cet album est totale. Encore une fois, la dimension que prend la chanson en live entouré du mythique batteur ?UESTLOVE et de ses compatriotes est tout bonnement excellente.

Les superlatifs vont me manquer à la fin de ma chronique, j'en suis désolé. Mais que dire, si ce n'est que l'album est une réussite maîtrisée de bout en bout, à l'image d'un "Girls Girls Girls" qui prend tout son sens sur un refrain plein de mélodie. La spontanéité de "Jigga What, Jigga Who" profite à un JAY-Z qui a bien mérité de respirer, ceci étant le concert découle dans une parfaite coordination et il n'y a pas un seul temps mort. L'arrivée de "Big Pimpin", production signée TIMBALAND qui était proposée sur le Volume 3 de la première trilogie du rappeur, est iconique pour moi. Morceau avec lequel j'ai eu beaucoup de mal dans sa version studio, il prend une tout autre dimension en live, les musiciens ressortant toute l'énergie nécessaire à l'intensité de l'instrumentale. Et que dire de la suite, avec "Heart Of The City", qui prouve que JAY-Z sait nous convaincre sur n'importe quel type de mélodie. Ici le refrain épique à souhait contraste avec un couplet où la voix de notre rappeur est presque seule, au bilan : la chanson dans son ensemble est une réussite totale.

S'ensuit une sorte de medley, pour notre plus grand regret le rappeur va condenser les 3 morceaux "Can i get a…", "Hard Knock Life" (!!!) et "Ain't No" pour donner une version spontanée de chacun, ne proposant qu'un seul couplet. Si l'idée peut paraître regrettable sur le papier, elle s'avère fort percutante, le rappeur en profite pour communiquer avec son public, son sourire est communicatif et l'ambiance donne envie de rester. Ensuite arrive un audacieux mashup entre "Can't Knock The Hustle" et "Family Affair" de Mary J BLIDGE qui vient sur scène accompagner son collègue pour un résultat épatant de justesse.

Sur la fin du concert, alors qu'il ne reste que quelques morceaux, JAY-Z et son équipe décident de mettre un rajout d'intensité sur chacun d'entre eux. Cela rend donc un "Song Cry" qui profite d'une instrumentalisation soignée et tout à fait adéquate, tandis que "I Just Wanna Love U" rebalance du punch et de l'énergie pendant presque sept minutes. JAY-Z termine sur "Jiggy That Nigga", morceau phare de son album tout aussi phare The Blueprint. Nous voilà partis pour une pure synergie entre la mélodie gérée par des musiciens parfaits dans leur rôle et un JAY-Z qui a contrôlé le micro tout le long du concert.

Le résultat est fantastique. JAY-Z prouve une fois de plus qu'il est digne de régner sur le monde du hip-hop. Il n'y a aucun back (rappeur en doublon pour finir les phrases), aucun vocodeur, tout est naturel. Ce live rassemble les meilleurs titres commerciaux et qualitatifs du rappeur à l'époque, tout ceci agrémenté par THE ROOTS qui sublime l'interprétation. Il s'inscrit donc comme étant l'un des meilleurs albums de sa carrière, un immanquable sans nul doute. Ce MTV Unplugged était inattendu, JAY-Z a réussi à le dominer, à en faire son terrain de jeu.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par GLADIUS :


MACKLEMORE & RYAN LEWIS
The Heist (2012)
Originalité et fraîcheur sont au rendez vous




DAMSO
Lithopedion (2018)
Ils sont doués, nos amis belges..


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



- Jay-z (rap)
- Leonard « Hub » Hubbard (guitare basse)
- Ahmir « ?uestlove » Thompson (batterie, producteur)
- Damon Bennett (flûte)
- Ben Kenney (guitare acoustique)
- Kamal Gray (claviers)
- Omar Edwards (claviers)
- Aaron 'gushie' Dramper (percussions)
- Frank 'knuckles' Walker (percussions)
- Scratch (percussions vocales, chœurs)
- The Roots (producteurs et musiciens)
- Alexandra Leem (cordes)
- Fiona Murray (cordes)
- Ghislaine Fleischmann (cordes)
- Larry Gold (cordes)
- Jaguar Wright (chant)


1. Intro / Izzo (h.o.v.a.)
2. Takeover
3. Girls, Girls, Girls1
4. Jigga What, Jigga Who
5. Big Pimpin'
6. Heart Of The City (ain't No Love)
7. Can I Get A...
8. Hard Knock Life (ghetto Anthem)
9. Ain't No Nigga
10. Can't Knock The Hustle / Family Affair (feat Mary
11. Song Cry
12. I Just Wanna Love U (give It 2 Me) (feat Pharrell
13. Jigga That Nigga / People Talking



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod