Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Depeche Mode

YAZOO - Upstairs At Eric's (1982)
Par ERWIN le 23 Octobre 2012          Consultée 1188 fois

Basildon, ça vous cause ? Ca devrait. C’est la cité natale des icones de la synth pop, les biens nommés DEPECHE MODE. Mais cette bourgade vit aussi le jour d’un autre des ténors de la New Wave du début des eighties. En effet, nous nous souvenons que le blondinet Vince CLARKE a choisi de quitter le groupe qu’il avait fondé avec Martin GORE et Andy FLETCHER assez rapidement. La rencontre avec la voix exceptionnelle d’Alison MOYET va provoquer la création d’un tout nouveau groupe, qu’ils prénommeront YAZOO –je vous passe les détails sur les questions légales entourant le nom, notamment des problèmes qu’ils eurent aux US... L’importance du duo malgré la briéveté de son existence est à souligner. En effet, là se situe la véritable première rencontre entre une voix chaude et bluesy, celle de la rondelette Alison, et les sons en synthé carton de Vince, sortis de l’Allemagne et de l’Angleterre des seventies. C’est donc essentiel.

Bien évidemment, seuls les singles du groupe ont passé le cap de la mémoire collective. Certes, mais quels titres ! Si vous étiez jeunes ados en 82, vous n’avez pas pu les oublier. C’est bien simple, c’était ce qui se faisait de mieux à la radio en ces fières années. Tachons à cette occasion de rétablir la vérité : l’importance du début des eighties musicales ne devrait même pas se poser tant elle est énorme.

C’est « Situation » qui ouvre le bal de l’entrée en fanfare du groupe dans les tops 50 du monde entier. Un des plus grands morceaux de synth pop jamais composé. Tellement excellent qu’il a été vampirisé moults fois par des artistes de tous poils. La voix agressive d’Alison y abat un travail titanesque face aux synthés –datés certes mais toujours fabuleux – du blond peroxydé. Le morceau est d’ailleurs endossé par les deux artistes. Un véritable standard, must de la New Wave. Son alter ego « Only you » est un slow de très belle facture.
Puis c’est « Don’t go »… Ah que de souvenirs messieurs dames ! Cette composition de Vince Clarke est à nouveau exceptionnelle. Un coté guerrier s’en détache. Les boites à rythmes sont monolithiques les lignes de synthé simplistes, la voix chaude et vibrante. Voila comment nait un autre classique. Dieu que c’est excellent. Même les petits effets « cheap » sonnent toujours aussi bien encore aujourd’hui.
« The other side of love » complète la réussite des singles de ce premier album. Une nouvelle fois le fruit de la collaboration des deux artistes. Un coté presque Soul s’en détache. Et nous pourrons y trouver certaines similitudes avec les collégues de ORCHESTRAL MANOEUVRE IN THE DARK. Cela reste de très bonne qualité, même si je le positionne en deça des deux précédents chefs d’œuvre.

On pourra se gausser de certaines réminiscences Depeche Modienne sur les compo de Clarke, c’est flagrant sur « Bad connection » qui ressemble à s’y méprendre à « I just can’t get enough ». Mais finalement, n’est-ce pas logique… ? C’est du Vince Clarke, le fondateur de la synth pop… Ou presque...
« In my room » s’écoute parcimonieusement. On retrouve les sons Modiens sur « Tuesday » puis « Bring your love down » présente un nouveau beat efficace de synthé.

Les trois compositions proposées par Alison sont plus orientées US comme il se doit. Enrobées par les synthés de Clarke, elles prennent une identité presque soul comme sur la sympathique « Midnight ». « Winter kills » est troublante à souhait et annonce l’arrivée encore lointaine de Tori AMOS, une vraie merveille.

Certains titres passent mal le cap du temps. Mais les classiques restent des must de la New Wave de cette époque, et constituent aujourd’hui une importante page d’histoire qu’il convient de respecter et de découvrir. « Upstairs at eric’s » est un incontournable et devrait figurer en bonne position dans toute discothèque qui se respecte.
La voix d’Alison et les synthés de Vince… Quel souvenir !

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


A-HA
Hunting High And Low (1985)
Icone des eighties




DEPECHE MODE
Spirit (2017)
Let's go backwards !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Alison Moyet (chant, claviers)
- Vincen Clarke (claviers)


1. Don’t Go
2. Too Piece
3. Bad Connectic
4. Midnight
5. In My Room
6. Only You
7. Goodbye 70s
8. Tuesday
9. Situation
10. Winter’s Kill
11. Bring Your Love Down
12. The Other Side Of Love



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod