Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Elvis Presley , Eddie Cochran , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Gene VINCENT - Gene Vincent (1967)
Par ERWIN le 8 Mars 2013          Consultée 1045 fois

En 1967, Gene VINCENT a plus de 30 ans et galère pas mal entre des pépins physiques permanents et des chiffres de vente à la ramasse, sans parler de ses nombreuses addictions à tous les psychotropes existants. L’Hexagone soutient avec ferveur le pionnier, mais la situation n’est guère florissante. L’heure est à la remise en question. Soutenu par le groupe des CHAMPS, la maison de disque Challenge va lui donner l’occasion d’un dernier baroud d’honneur. A cette occasion, vous allez voir que le rebelle n’a rien perdu de son mordant tout en changeant radicalement le Rock’n'roll auquel nous étions habitués.

Arrêtons-nous tout d’abord quelques instants sur tous les titres inclus dans ce skeud qui présentent une identité différente de ce à quoi nous étions habitués jusque-là. « Hurtin for you baby », « Born to be a rollin stone » et l’étonnante « Love is a bird » portent en elles une troublante appartenance au rock des sixties. Or, Gene était toujours, à l’orée de son neuvième opus, le dernier garant et symbole du Rock’n’roll des pionniers. Incontestablement ce temps a vécu, car Gene fait aujourd’hui un pop rock certes de belle facture, mais en directe opposition avec les combats jusqu’au-boutistes du passé. On notera que la qualité est là, et le mauvais garçon s’est remarquablement adapté à cette nouvelle forme musicale : un soupçon de British Touch, une pincée de West Coast, la mixture improbable lui donne une seconde existence, tout à fait honorable à défaut d’être indispensable. « Ain’t that too much » pourrait, elle, être tirée des œuvres complètes des KINKS.

Mais le morceau de bravoure de cet album testament de Gene est incontestablement « Bird doggin ». Porté aux nues par les uns, détesté par les autres, il ne laisse personne indifférent. Je ne vous cache pas que j’adore ce titre même si j’en préfère la version plus punchy des DOGS (15 ans plus tard ça aide). Le titre reste un indémodable du Rock bien couillu de ces années de gloire.

Pour le reste il y a un peu de tout à se mettre sous la dent. Ainsi, « I’m a lonesome fugitive » est une ballade countrysante assez sympa.
« Hi Lili, Hi lo » est une bonne excuse pour poser sa délicate voix veloutée comme nul autre ne sait le faire, un slow digne de ce nom pour draguer l’élue de votre cœur… sinon l’élue du moment… « Poor man’s prison » sonne étrangement motown pour un titre de l’archange du Rock’n’roll... C’est finalement la preuve de toute sa versatilité. La modernité est d’ailleurs ici bien présente.
Mais il nous reste encore quelques effluves du Rock des origines : « Lonely street » est le prétexte à une nouvelle performance vocale de grande classe, avec quelques réminiscences d’Eddie COCHRAN, dont la présence est à chaque album, indispensable.
« Am I that easy to forget », terrible pensée prophétique pour un chanteur qui sait qu’il est poursuivi par le destin inéluctable des artistes maudits du Rock. Ce slow rappelle certains standards indémodables du King Elvis comme « I was the one ».

Bref, personne ne le sait mais nous arrivons presque au terme d’une carrière déjà bien remplie. Cet avant dernier opus a le mérite de proposer autre chose, et c’est déjà énorme, car nous parlons ici de VINCENT, le créateur de la symbolique « Be bop a lula ». Un véritable Ovni à découvrir avec un esprit ouvert et curieux.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Robert PALMER
Don't Explain (1990)
Savourez le !




Hubert Felix THIEFAINE
Soleil Cherche Futur (1982)
Le sommet de HF


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Hurtin' For You Baby
2. I'm A Lonesome Fugitive
3. Born To Be A Rollin' Stone
4. Hi Lili, Hi-lo
5. Poor Man's Prison
6. Words And Music
7. Bird-doggin'
8. I've Got My Eyes On You
9. Love Is A Bird
10. Ain't That Too Much
11. Lonely Street
12. Am I That Easy To Forget



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod