Recherche avancée       Liste groupes



      
NOISE ROCK / SHOEGAZE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Guide Shoegaze (91)

The TELESCOPES - Taste (1989)
Par SEIJITSU le 9 Juillet 2013          Consultée 1068 fois

THE TELESCOPES est ce genre de groupe particulier qui est devenu culte pour des raisons obscures. Sans doute parce que peu de personnes ont pris la peine d'écouter leur musique et qu'elle a fini par être marginalisée car rassemblant trop peu d'adeptes. C'est facile à comprendre pourquoi à l'écoute de ce Taste.

Ce groupe de drogués notoires (qui deviendra vite le jouet de Stephen Lawrie), nous sort tout simplement un ovni d'une violence inouïe. Une musique entre shoegazing, noise rock et punk hardcore. Un disque qui sort bien avant la tout première vague du shoegaze, alors qu'il est déjà très original. Car il est le seul à rassembler des éléments n’ayant pas grand-chose à voir entre eux.

Cet album est une sorte de bad trip. Une prise de drogue qui aurait mal tournée et qui pousserait l'habitué à devenir extrêmement agressif envers son entourage de junkies dépravés.

L'introduction de l'album joue pourtant la carte du romantisme psychédélique à fond, puisque c'est le seul morceau doux du disque. Une introduction sadique car terriblement trompeuse, parce que le groupe enchaîne sur une décharge électrique ébouriffante nommée « I Fall, She Screams » avec ses guitares dans le rouge.

Malgré le côté direct de certaines compositions et une production qui n'a pas vieilli d'un pouce, Taste n'est tout de même pas forcément facile à cerner. THE TELESCOPES hésite en permanence entre nonchalance psychédélique et furie punk nihiliste. L’enchaînement « Threadbare » et « The Perfect Needle » étant un très bon exemple. Notamment ce dernier titre, où les arrangements de violons sont noyés sous un mur de fuzz impressionnant.

Si cet album est homogène et ne possède pas de faiblesses, « Suicide » est sûrement le point d'orgue du disque. Celui où la violence atteint son paroxysme et explose dans une dernière râle sourde où les cris inhumains de Stephen Lawrie s'éteignent dans un vacarme épouvantable.

THE TELESCOPES ne continuera pas dans cette voie par la suite et c'est compréhensible. Comment refaire un disque aussi brutal sans se répéter et devenir redondant ? Alors, ils effaceront cette facette noire et écorchée pour ne garder que le psychédélisme sur leur album suivant. Un bon disque mais forcément moins mémorable et ahurissant que ce manifeste car bien plus conventionnel.

Heureusement, un autre groupe aura laissé trainer ses oreilles sur cet album à la pochette pourpre: Les SMASHING PUMPKINS. Peut-être le seul qui a repris cette idée d'un rock incandescent et d'un psychédélisme paresseux, mais le radicalisme des Telescopes en moins.

Un culte est donc né avec ce disque jamais imité. Un culte qu’on ne peut qu’approuver, puisqu'il rassemble à la fois des compositions de qualité et une spontanéité réjouissante. Le terme de musique puissante est souvent galvaudé pour une quantité effrayante d'albums, mais pas pour celui-ci.

A lire aussi en ROCK par SEIJITSU :


SUEDE
Suede (1993)
Première pièce essentielle de l’empire Suede




CURVE
The New Adventures Of Curve (2002)
Les dernières aventures de curve.


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



- Stephen Lawrie (chant, guitare acoustique,)
- Joanna Doran (chant, guitare,)
- David Fitzgerald (guitare,)
- Robert Brookes (basse,)
- Domimic Dillon (batterie)


1. And Let Me Drift Away
2. I Fall, She Screams
3. Oil Seed Rape
4. Violence
5. Threadbare
6. The Perfect Needle
7. There Is No Floor
8. Anticipating Nowhere
9. Please, Before You Go
10. Suffercation
11. Silent Water
12. Suicide



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod