Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  REMIX

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Motoi SAKURABA - Star Ocean The Second Story: Arrange Album (1998)
Par CHIPSTOUILLE le 4 Juin 2005          Consultée 2559 fois

Certains d’entre vous doivent déjà être en train d’hurler au scandale devant la note remarquable de 5 étoiles que j’attribue à un album de musiques de jeux vidéo. Et en ce sens, l’application d’une telle appréciation à une musique originalement prévue "d'accompagnement" parait en effet invraisemblable et injustifié. Laissez-moi donc vous convaincre que certains de ces compositeurs japonais de musique de jeux-vidéo savent également apporter quelque chose de neuf au monde musical...

Commençons par les présentations, dans quel registre précis s’exerce Motoi Sakuraba? Sa musique est dédiée à l’espace, infini, il en reprend les archétypes mis en place dès "2001: l'Odyssée de l’Espace". On retrouve ainsi l’influence d'« Ainsi parlait Zarathustra » de Richard Strauss (auteur de musique contemporaine à ne pas confondre avec le plus connu Johann Strauss, de la période romantique, lui célèbre pour ses valses). Ce même morceau était d’ailleurs fortement inspiré de certains passages de symphonies de Mendelssohn (notamment le premier mouvement de la cinquième). On retrouve donc une musique planante, qui s'étale dans l'espace, infini, avec de longues notes qui semblent ne jamais commencer et ne jamais se terminer, le tout dans un contexte très lent, presque immobile.

Sakuraba joue dans un registre électro ambiant, fortement inspiré par les sonorités spatiales de la musique atmosphérique du XXe siècle. A cela, il faut également ajouter une dose d’ambiant plus classique, dans un style qui se rapproche de celui d’Enya empruntant là les chœurs en douceurs d’une musique lente et evanescente. Ajoutez encore des notes cristallines, glaciales, qui proviendraient d'une harpe ou d'un clavecin futuriste, rajoutant encore plus au sentiment d’immensité. Saupoudrez le tout d’une influence free-jazz électro assez déconcertante et de rythmes empruntés ça et là à divers styles musicaux (rythmique jazzy, breaks, quand ce ne sont pas de bons vieux beats techno).

Le descriptif maladroit que je viens de vous transmettre s’applique parfaitement aux morceaux « Silent the universe », « Sacred song », « Theme of Rena », et « We form in crystals » auxquels on peut rajouter le morceau « Revolution ~ pure a stream » si ce n’est que celui-ci est pourvu d’une longue introduction au piano, et enfin « Lavender » dans un registre plus dynamique (également plus typé progressif).

Prenons par exemple le fabuleux « Sacred song », véritable petit bijou à lui tout seul et qui justifie amplement l’acquisition de cet extra terrestre musical (au sens propre comme au figuré). Ce majestueux morceau s’ouvre sur des chœurs accompagnés de gammes cristallines et de nappes de claviers majestueuses, lesquels sont rejoints par des « break beats », le tout étant interrompu par des passages electro jazz dans les graves. Le dialogue se poursuit ainsi pendant près de 6 minutes, vous laissant béat devant cette atmosphère infinie, « We form in crystals » se chargeant de lui donner le change de manière plus traditionnelle mais tout aussi magique en conclusion de l’album.

Les thèmes « Stab the sword of justice » et « Mission to the deep space » sont quant a eux beaucoup plus vifs et empruntent plus à la J-pop et au new wave. Le second est d’ailleurs en quelque sorte malgré quelques passages réussis le vilain petit canard de cet album presque idyllique. Il aurait été de meilleur ton d'abandonner les synthés cheap, surtout lorsque l'on voit de quoi le compositeur est capable, c'est regretable. Enfin Un mot sur « Integral body and imperfect soul », un joyau de trance qui fait tourner le TB-303 à plein régime, offrant des sonorités acides en voulez-vous en voilà sur une atmosphère sombre à souhait grâce à l’orgue grandiose accompagnant un beat dévastateur.

Si vous deviez un jour jeter une oreille, curieuse, sur un album de musiques de jeux-vidéo, il faudrait que ce soit celui-ci, histoire de contredire vos derniers préjugés, et ce à coup sûr. Sugiyama, Uematsu et Mitsuda ont su ouvrir une voie, Sakuraba aura ouvert la sienne, tout à fait nouvelle, permettant même à certains jeux de se faire un nom, ne serait-ce que grâce à leurs musiques. Il est d’ailleurs le seul compositeur à m’avoir convaincu d’acheter un jeu, rien que par sa présence au casting, et c’est déjà énorme. Alors, convaincus?

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


ASTRAL PROJECTION
The Astral Files (1996)
Exceptionnel mais générique, tout un paradoxe




FEDER
Blind (feat. Emmi) (2015)
Pas vu venir.


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Motoi Sakuraba (tout)


1. Silent The Universe
2. Sacred Song
3. Stab The Sword Of Justice
4. Resolution ~ Pure A Stream
5. Lavender
6. Theme Of Rena
7. Integral Body And Perfected Soul
8. This Fragile Life
9. Mission To The Deep Space
10. We Form In Crystals



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod