Recherche avancée       Liste groupes



      
STREET PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (374)

COCKNEY REJECTS - The Power & The Glory (1981)
Par RED ONE le 1er Novembre 2013          Consultée 1000 fois

"Si je te dis Greatest Hits Vol.1 des COCKNEY REJECTS ?"
- Ah oui !
"Greatest Hits Vol.2 ?"
- Ah oui oui, totalement oui !!!
"Greatest Hits Vol.3 ?"
- Hein, il existe ?! Ah mais oui, c’est un live... Bah, pourquoi pas, oui.
"The Power & The Glory ?"
– Pardon ? Je ne vois pas bien de quoi tu parles, désolé...

Le troisième effort studio des REJECTS est, effectivement, un petit peu victime du succès de ses prédécesseurs puisque cet opus ne revient pas systématiquement dans la discussion lorsqu’on parle du groupe londonien. Mais pour être tout à fait franc, ce n’est pas forcément non plus l’un de leurs meilleurs opus, et cet oubli se justifie assez logiquement...

Avec ce disque, les REJECTS semblent s’assagir, adoucir leur son street punk, au profit de sonorités punk rock plus consensuelles et plus conventionnelles. Ainsi "The Power & The Glory", autoparodique au possible, et "On The Run", titre assez pépère et tranquillou, nous donnent à voir un COCKNEY REJECTS en total pilotage automatique, qui semble ne pas trop se forcer pour faire monter la mayonnaise. Idem avec "Lumon", ballade acoustique instrumentale pour docker dépressif. Les sonorités oi! et street punk sont certes encore présentes sur pas mal de titres, mais on a plus l'impression d'avoir affaire à un album de punk américain bas de gamme qu'à une oeuvre majeure de ce groupe de hooligans anglais qui défonçait encore tout quelques mois plus tôt. "It's Over", avec ses refrains lourdingues façon A.O.R. made in USA, fera grincer des dents les puristes qui trouveront que là, pour le coup, les REJECTS se moquent quand même pas mal du monde. Idem sur "B.Y.C", avec ses claviers cheap horribles, qui feraient presque passer les COCKNEY REJECTS pour un clone raté d'ASIA !!!

Pourtant, ce n'est pas faute d'essayer de faire vivre cet album avec des compos intéressantes : "Because I'm In Love", avec ses aspects punk 77 et ses refrains vraiment cools, est ainsi une bonne compo de punk rock efficace, qui dépote bien. "On The Streets Again", malgré des sonorités très "mainstream" pour du COCKNEY REJECTS, se révèle être une composition très sympa du fait de choeurs très efficaces et d'une ambiance de stade de foot comme seuls les REJECTS savent la recréer, mais on regrettera toutefois le léger opportunisme des paroles et la mollesse de certains passages. "Friends" tente pour sa part de renouer avec les vrais aspects street punk des REJECTS, à coup de choeurs de supporters et de riffs plaqués rentre-dedans, mais non, décidément ça ne marche pas totalement. Idem sur "Teenage Fantasy", qui commence pourtant sur de bonnes bases avec un son de guitare saturé à l'envie. Mais Jeff Geggus semble avoir perdu toute sa hargne et l'on ne peut s'empêcher de trouver le tout assez ennuyeux à la longue. Il est assez déconcertant de voir à quel point le groupe semble mou du genou, et ce à peine quelques mois après deux albums coup de poing. Les REJECTS semblent se réveiller un peu sur le dernier titre, "The Greatest Story Ever Told", mais cela semble un peu tardif et pas très convaincant les gars.

Ce radoucissement des moeurs chez nos hooligans british favoris est-il annonciateur pour autant de ce qui va suivre, à savoir une conversion quasi-totale du groupe à un hard rock relativement consensuel ? Pas sûr pour autant. Car The Wild Ones, le premier disque de cette nouvelle période du groupe à venir, sera franchement plus réussi et plus agressif que ce Pouvoir et cette Gloire somme toute assez peu enthousiasmants lorsqu'on les compare aux deux opus Greatest Hits précédents. The Power & The Glory est donc à considérer comme un petit accident de parcours, un épisode de baisse de régime temporaire, plutôt que comme une véritable annonce de déclin artistique.

Un disque totalement dispensable dans la discographie des REJECTS, malgré quelques bons passages qui sauvent l'album d'une catastrophe totale.

Titres à retenir : "Because I'm In Love", "Friends", "On The Streets Again", "The Greatest Story Ever Told".

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


SAMHAIN
Unholy Passion (1985)
Glenn Danzig partouze avec ses succubes




PRONG
Songs From The Black Hole (2015)
L'album de reprises punks de Prong !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Jeff Geggus (chant)
- Mick Geggus (guitare)
- Vince Riordan (basse)
- Keith Warrington (batterie)


1. The Power & The Glory
2. Because I'm In Love
3. On The Run
4. Lumon
5. Friends
6. Teenage Fantasy
7. It's Over
8. On The Streets Again
9. B.y.c
10. The Greatest Story Ever Told



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod