Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Chet Atkins & Tommy Emmanuel

Tommy EMMANUEL - The Colonel And The Governor (2013)
Par ERWIN le 6 Octobre 2013          Consultée 1171 fois

Si vous n’êtes pas guitariste, vous pouvez toute de même vous laisser bercer par l’incroyable talent qui émane de ce skeud. A ma droite Martin TAYLOR, juste le gratteux qui a remplacé Django REINHARDT dans le HOT CLUB DE FRANCE de Stéphane GRAPELLI, ça calme. A ma gauche, l’extra terrestre Tommy EMMANUEL, plus versatile et délirant que jamais, et sans doute le plus grand guitariste en activité aujourd’hui. Voila ! Vous imaginez bien qu’on va pas à la pêche aux moules avec ces deux lascars. Damned ! Ici c’est le règne de la technique, l’avènement d’un jazz d’une qualité non pas rare, mais totalement introuvable ailleurs, et pas ramenard pour deux sous. L’entente entre les deux furieux est comme naturelle. Quelque soit le genre abordé, ça tue !

Du Jazz manouche à la Django, nous avons cela un peu partout, avec la douce et smooth « Jersey Bounce » de benny GOODMAN, c’est craquant et ça dépote comme une bonne plaisanterie graveleuse devant une belle mère coincée. Malgré leurs différences stylistiques, Tommy et Martin sont en constante harmonie. Plus rapide mais toute aussi smooth « Bernie’s tune » déborde d’entrain, on se croirait dans les années d’après guerre – pas étonnant puisque la compo est signée de LEIBER et STOLLER les habituels pourvoyeurs du King ELVIS en classique. Je vais pas vous dire comment sonne « A smooth one », hein ? Petit prétexte à tous les débordements possibles et imaginables. La facilité de Tommy éclate de partout, la fluidité du virtuose australien reste un gage de qualité transcendantale… Et soulignons que Mr TAYLOR n’est pas en reste, même s’il est tout de même plus prévisible, plus académique. Plus rapide, « Heat wave » reste très proche des standards du guitariste manouche.
« Lullaby of birdland » est une petite course avec des rythmiques scandées et quelques soli d’un autre monde, quelques petits rythmes coquins et la voix de Tommy qui scatte… Nous sommes bien loin des versions classiques des divas Sarah VAUGHAN et Ella FITZGERALD. Ce n’est évidemment pas comparable mais reste de bon aloi.

Nous trouvons aussi sur cette galette quelques compositions lumineuses qui font honneur à ces deux gentlemen, à commencer par la douce « True » de Martin, qui rivalise de cooliness avec les classiques de Tommy, je pense à « Ruby’s eyes ». Le « One day » de Tommy a cet esprit « grands espaces » qui n’appartient qu’à l’australien qui sait créer un environnement imagé et descriptif à partir d’une simple mélodie de guitare… Quel artiste ! La beauté troublante de « The fair haired child » et la ritournelle tellement connue de « Wonderful baby » - Titre de Don MCLEAN en hommage à Fred ASTAIRE ! - vous plongera dans une petite transe au sourire béat… Croyez moi !
La resucée de « Secret love » est tout à fait mignonne, on y retrouve le penchant de Tommy pour la gestion des harmoniques comme lui seul sait le faire, même si Martin est lui-même un spécialiste de la gestion du manche de sa guitare. C’est la même analyse sur la reprise de Norah JONES « Nearness of you ».
« I wish I knew how it would feel to be free » est une nouvelle occasion pour Tommy de débaucher sa guitare sur le standard de Nina SIMONE.
Enfin, “I won’t last a day without you” rappelle les évolutions de Stanley JORDAN, chose finalement logique car Martin est un des rares à attaquer l’instrument comme le fait le génial spécialiste du tapping.

Pas de la musique savante… Toutefois, malgré sa technicité cela reste un brin frustre. Deux heures de guitare folky jazz, rien d’autre. L’entente et la complicité de deux monstres de la guitare de ce début de millénaire. Je confirme la présence de Tommy au sommet de la hiérarchie des guitaristes, et je découvre plus intimement le style et le fabuleux toucher de Martin Taylor.
Une heure de plaisir intime.

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Tom JOBIM
Wave (1967)
Monumental




Tommy EMMANUEL
It's Never Too Late (2015)
Jamais trop tard pour le plaisir !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Tommy Emmanuel (guitare)
- Martin Taylor (guitare)


1. I Won’t Last A Day Without You
2. Jersey Bounce
3. Bernie’s Tune
4. A Smooth One
5. True
6. Heat Wave
7. One Day
8. Lullaby Or Birdland
9. Nearness Of You
10. Down To Cocomo’s
11. The Fait Haired Child
12. Secret Love
13. Wonderful Baby
14. I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod