Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM POP / GLAM ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Boo Radleys
 

 Placebo City (1578)

PLACEBO - Loud Like Love (2013)
Par SUNTORY TIME le 19 Octobre 2013          Consultée 2168 fois

PLACEBO fait partie de ces groupes que l’on a honte d’apprécier. Difficile en effet de ne pas être sensible aux critiques acerbes que subit la formation de Brian Molko depuis sa création. Le groupe a beau approcher la vingtaine d’années actives, on le considère toujours comme une bande de jeunot arrogants qui veulent faire les malins avec des textes crus, une ambiguïté affichée de ses membres, et un message définitivement collé à l’image d’un groupe juste bon pour les ados pré pubères mal dans leur peau.

PLACEBO fait partie de ces groupes dont on se méfie à chaque nouvelle sortie, même s’ils n’ont jamais vraiment déçu. Du genre : « Leur prochain album ? Même pas envie d’écouter, je suis sûr que ce sera mauvais… ». Comme si, par honte d’apprécier leur musique, on espérerait à tout prix qu’ils nous déçoivent, qu’ils baissent dans notre estime, afin de pouvoir casser du sucre sur le dos en toute liberté, pour faire partie de l’intelligentsia tant convoitée.

A la vue de la pochette et du titre, on se dit : « Ca y est ! Ils partent dans le sirupeux ! Battle For the Sun l’annonçait déjà ; le mièvre va ruiner le groupe. Finie la provoc glam-punk, n’est pas David BOWIE qui veut ! Et puis ce titre, « Loud Like Love », soit « Bruyant Comme l’Amour » en français… si ça c’est pas gnangnan, je ne m’y connais pas. Et cette pochette ! On dirait celle de Battle For the Sun mixée avec le dernier COLDPLAY ! Cette fois c’est sûr, PLACEBO va perdre tout crédibilité. ».

Sauf que voilà… il y a la chanson titre. Le premier morceau de l’album. Et que dire sinon que c’est une tuerie ? Une explosion émotionnelle, une luminosité sans pareil, jamais gentillet, car les guitares sont féroces. Tout est efficace dans ce titre, des arpèges entêtants de l’intro, aux guitares acérés du final, et évidemment Brian Molko, magistral avec ce chant si reconnaissable. Mais ce qui est terrible dans l’affaire, c’est que « Loud Like Love » n’est pas une exception. Car le reste de l’album est tout aussi intense. Pire, le groupe ne change pas de recette ! On retrouve les décharges glam punk, courtes et virulentes, « Scene of the Crime », « Rob the Bank » (« Braquez les Banques ! », beau programme), ou encore « Purify ». Et entre ces morceaux nerveux, on retrouve ce que PLACEBO sait le mieux faire, les ballades, plus lentes et qui gagnent en intensité au fil des minutes. Les notes de guitare en boucle de « Hold On to Me » et le piano mélodique de « A Million Little Pieces » en font des titres redoutables d’efficacité. Idem pour « Exit Wounds » qui rappelle le titre « Julien » de l’album précédent par son intro électro étrange qui ne laisse rien supposer du déferlement rock qui suit. Ce fort contraste rend le morceau plus percutant et à ranger parmi les meilleurs de l’album.

Malheureusement, les deux dernières chansons, « Begin the End » et Bosco », arrivent comme une baisse de régime dans un disque jusque là sans point faible. Rien de grave cependant, car ils sont plutôt bons, ces titres, mais un peu trop linéaires et longuets par rapport aux précédents. Cependant « Begin the End » possède quelques atouts avec ce crescendo dramatique pour un beau final. « Bosco » est une assez belle ballade avec cordes et piano un poil trop larmoyants, et trop long, encore une fois. Dommage de finir sur une note un peu négative, car, franchement, Loud Like Love est un excellent disque, gardant les qualité de Battle For the Sun tout en évitant ses défaut. Lumineux sans être trop enjoué. Et encore, à la lecture des textes, cette lumière est des plus diffuses. L’explosion de couleurs de la pochette n’est qu’un leurre.

Donc PLACEBO réussit encore une fois à nous pondre un disque bourré de qualités. C’est fou de voir l’inspiration du trio pour trouver des mélodies d’une telle efficacité, des années après les chansons qui ont fait leur succès, et qui les ont rendu insupportables pour beaucoup aussi… Pour ce qui est de ma pomme, ce n’est pas avec Loud Like Love que je vais rejoindre l’armée des anti-PLACEBO. Parce que, franchement, c’est peut être du 19 ans d’âge, mais elle fait encore de l’effet, cette came…

Meilleurs titres: "Loud Like Love", "Hold On to Me", "A Million Little Pieces", "Exist Wounds", "Too Many Friends" ...

A lire aussi en GLAM-ROCK :


Joan JETT
Pure And Simple (1994)
La panthère du rock




ROXY MUSIC
Heart Still Beating (1982)
Live très eighties


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Brian Molko (chant, guitare)
- Stefen Olsdal (guitare, basse, claviers, choeurs)
- Steve Forrest (batterie)
- Fiona Brice (violon, clavier, chœurs, orchestrations)
- William Lloyd (basse, guitare, clavier)


1. Loud Like Love
2. Scene Of The Crime
3. Too Many Friends
4. Hold On To Me
5. Rob The Bank
6. A Million Little Pieces
7. Exit Wounds
8. Purify
9. Begin The End
10. Bosco
- Bonus Download Track
11. Pity Party (of One)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod