Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUFUNK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Keziah JONES - Blufunk Is A Fact (1992)
Par TEEMO le 19 Novembre 2013          Consultée 3854 fois

Keziah Jones ou Olufemi Sanyaolu si vous préférez. Selon la légende, ce guitariste nigérian aurait été repéré par un producteur artistique alors qu’il jouait dans le métro parisien. Largement influencé par Fela Kuti (une icône au Nigeria), Hendrix et Prince, Jones a forgé son propre style : le blufunk, mélange de funk, de blues et de rock. Il invente donc plusieurs techniques de guitare qui lui permettent de jouer la basse, la percussion et la partie accord simultanément, créant à lui seul un véritable trio. D’ailleurs, si ça intéresse certains lecteurs, il explique tout cela lors d’une masterclass vidéo disponible sur le web. Il faut savoir qu’à première vue, il ne semblait pas être voué au succès. En effet, le guitariste ayant négligé ses études, connaît une sorte de période de flottement pendant laquelle Il erre dans les rues londoniennes sans but, traînant dans les clubs, profitant pleinement du farniente. Mais, son génie est tel le prédateur qui attend le moment opportun pour surgir.

Sa carrière débute donc en 1992 avec ce premier album. Mettons-nous d’accord tout de suite sur une chose : le blufunk est certes un style singulier et fort intéressant, mais il n’est en rien une révolution musicale (ça se saurait). La carrière de Jones semble être un ensemble d’expérimentations musicales totalement indépendantes les unes des autres, une sorte de remise à zéro à chaque nouvel opus. Chaque production prend racines dans des styles variés et contrastés, pour créer un arbre à plusieurs fruits. Attention, ses fruits sont souvent juteux et doucement sucrés mais nous ne sommes pas à l’abri d’un ver.

La première racine ayant percé la coriace coque de terre est donc «  Blufunk Is A Fact » et elle met fièrement le funk à l’honneur. Effectivement, la basse, qui tient une place de choix, est souvent slapée (« Free Your Soul »). On pense à Larry Graham (Sly and the Family Stone), inventeur présumé de cette technique dont l’intérêt réside dans sa capacité à apporter ce côté claquant et très percussif. La basse se prend à doubler les mélodies «The Funderlying Undermentals », tandis que sur« Walkin' Naked Thru' a Bluebell Field » elle trahit quelques influences bluesy. Là où ce style prend tout son sens, c’est lorsqu’il est couplé à celui du guitariste. On assiste à une fusion à la fois roublarde et délectable où basse et guitare semblent être faites l’une pour l’autre. Cette guitare est grattée sèchement, toujours dans cet esprit funk dans le style de James Brown, avec en bonus quelques touches de wah-wah parsemées ici et là. Les influences hendrixiennes vont de soi. Tout d’abord, elles sont reconnaissables dans son jeu, dont le charme repose à la fois sur sa spontanéité, sur ce côté authentique, fait main, et sur cet aspect volontairement peu académique. Une technique qui lui a sans aucun doute été empruntée, c’est cette manie de doubler le chant à l’aide de la guitare (« The Funderlying Undermentals ») comme le faisait la basse sur ce même titre. Déclarer que Keziah Jones est le fils spirituel de Jimi Hendrix, comme on le lit souvent, c’est tout de même pousser le vice un peu trop loin. Mais, les clins d’œil sont évidents et totalement assumés.

La guitare sait aussi être une excellente compagne à ce chant assez marqué par ses origines africaines. Sa voix a plusieurs cordes à son arc. Elle peut être sensuelle et mielleuse (« Pleasure Is Kisses Within »), ou au contraire dynamique et enjouée (« Free Your Soul »). Elle s’adapte aussi parfaitement au mid-tempo comme pour « Rhythm Is Love » qui fut un véritable tremplin vers le succès.

Keziah Jones c’est aussi un homme charismatique (à voir sur scène), parfois capricieux et dont l’élégance n’a d’égal que sa confiance en lui. « Blufunk Is A Fact » est manifestement l’album phare de sa discographie, autant par ses qualités intrinsèques, que par l’engouement qu’il a et qu’il suscite.

A lire aussi en FUNK par TEEMO :


Johnny "guitar" WATSON
Giant (1978)
The gangster of love




Maceo PARKER
Funkoverload (1998)
« The funkiest saxophone player on the planet »


Marquez et partagez





 
   TEEMO

 
  N/A



- Keziah Jones (chant, guitare)
- Soul (basse)
- Richie Stevens (batterie)


1. The Wisdom Behind The Smile (cash)
2. Walkin' Naked Thru' A Bluebell Field
3. Rhythm Is Love
4. Runaway(slavery Days Are Over)
5. Where's Life
6. The Funderlying Undermentals
7. Frinigro Interstellar
8. Free Your Soul
9. A Curious Kinda Subconscious
10. The Waxing + The Waning
11. The Invisible Ladder
12. Pleasure Is Kisses Within



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod