Recherche avancée       Liste groupes



      
DREAM POP  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


MAZZY STAR - She Hangs Brightly (1990)
Par AIGLE BLANC le 2 Mars 2015          Consultée 1737 fois

Mazzy Star est un groupe indépendant californien fondé en 1990 par le guitariste David Roback et dont la formation originelle, Opal, avait pour chanteuse Kendra Smith. Kendra Smith partie a laissé sa place à Hope Sandoval, chanteuse mexicano-américaine qui avait fondé en 1986 un duo de Folk avec une amie lycéenne.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que David Roback n'a nullement perdu au change en accueillant la très sensuelle Hope Sandoval au sein de MAZZY STAR puisque son arrivée coïncide avec le succès de sa nouvelle mouture.
Ne jouons pas les Tartuffe, et avouons que la silhouette très typée de la suave mexicano-américaine n'est pas complètement étrangère au nombre de mâles comptant parmi ses fans. Un peu comme COCK ROBIN avait séduit le public masculin grâce à la sensualité et aux déhanchés lascifs de sa chanteuse. La comparaison entre les deux formations tient à la parenté du type physique de leurs chanteuses respectives. Mais la ressemblance s'arrête là : Anna LaCazio se partageait le chant avec Peter Kingsberry, là où Hope Sandoval se charge toute seule du poste au micro. De plus, la chanteuse de MAZZY STAR écrit ses propres paroles, ce qui n'était je crois pas le cas de sa consoeur de COCK ROBIN. Mais que serait le physique (certes à se damner) de l'envoûtante Hope Sandoval sans le timbre absolument inouï de sa voix et sans l'originalité de son chant? Sur ce plan, on peut affirmer sans vouloir offenser la gent masculine que son talent artistique outrepasse (comment est-ce possible?) ses charmes disons plus terriens.

Jusqu'à aujourd'hui, le groupe de David Roback n'a publié que quatre albums studio. Le premier, dont la chronique nous intéresse ici, en 1990, le second en 1993, le suivant en 1996 et le dernier en 2013. Un rythme de création, on en convient, pas des plus soutenus. A cette particularité s'ajoute le fait que le groupe ne se lance dans aucune tournée à l'étranger. La presse Rock française ironisait alors souvent sur l'autisme de MAZZY STAR qui n'accorde aussi que fort peu d'interviews. Dès que des musiciens ne jouent pas la carte d'un groupe de Rock lambda et refusent d'adopter le rythme obligé d'un album suivi de concerts, cela paraît plus que suspect. Le duo Roback/Sandoval n'ayant que faire des ricanements de la critique a décidé de vivre son art au rythme de sa vie : pas-trop-tôt-le-matin, pas-trop-tard-le-soir.

Du fait que le groupe est californien, on pourrait s'attendre à une musique cool à siroter à la terrasse d'un bar face à la mer. Détrompez-vous. De plus, si "Hope" est le très joli prénom de la chanteuse, on ne peut pas dire que ses textes regorgent d'espoir. Au contraire, en dépit de ses influences rock psychédélique, cette musique penche vers une forme de Post-Rock avec tout ce que cela implique d'insondable tristesse. Les textes intimes de la chanteuse évoquent en effet les fêlures de l'âme et les déchirures du coeur plutôt que les amourettes d'un été et la passion du surf.

Les onze titres que parcourt She Hangs Brightly font résonner leurs sources rock : c'est ainsi que "Blue Flower" trouve sa beauté dans le riff entraînant d'une guitare vintage ponctué par le tambourin que fait vibrer la chanteuse. "Be my angel" à la mélodie envoûtante lance encore un riff lancinant qui conduit la composition sur les rives d'un rock déglingué aux accents psychédéliques. Et que dire de la magnifique "Ghost Highway" où le riff de guitare se charge de teintes métalliques dont les percussions et la batterie amplifient la lourdeur poisseuse?

A côté de ces pièces rock and rolliennes du plus bel effet, se cachent deux titres plus sournois et sombres : le superbe "She Hangs Brightly" où brille la note étirée d'un orgue couvrant le jeu à la lenteur calculée du batteur, tandis que les plaintes distordues de la guitare électrique appuyées par des percussions neurasthéniques plongent leur errance dans l'encre noire d'un bad trip à l'acide. Une totale réussite. "Taste of Blood" évolue dans les mêmes ambiances poisseuses où la guitare sèche crachant des accords tranchants prend des allures de messe noire. La batterie se perd dans une mélasse arythmique qui voudrait s'arracher à la glaise sans succès. A la fin, totalement engluée par une guitare rugueuse et vicieuse, elle s'estompe jusqu'à l'étouffement comme un coeur ralenti qui s'arrêterait. C'est bien simple, on se croirait perdu en Louisiane, dans un marais la nuit où officie un rite vaudou : frissons garantis.

Le reste de l'album est traversé par des ballades, genre dans lequel MAZZY STAR excelle grâce à un sens imparable de la mélodie et des arrangements voix/guitare. L'album s'ouvre idéalement avec la délicieuse "Halah" où une batterie basique soutient les accords répétés d'une guitare entraînante tandis que Hope Sandoval fredonne une mélodie très agréable. "I'm Sailing" séduit avec sa guitare hawaïenne doublée par les accords sautillants d'une guitare sèche. Le rythme langoureux concourt à l'originalité de cette ballade un rien surannée.

Venons-en maintenant à ce qui fait l'identité la plus envoûtante du groupe. J'ai beau réfléchir, je ne vois pas avec quelle autre chanteuse comparer la voix de Hope Sandoval. Son timbre rauque mais à la rondeur ample et chaude trouve un écrin idéal dans l'originalité d'un chant ensorceleur. Loin de copier ses consoeurs qui jouent de leur séduction par une implication accrue, Hope au contraire pousse le désinvestissement à un degré inédit. Tout se passe comme si elle était totalement indifférente à ce qu'elle chante, ou plutôt ce qu'elle chante est tellement triste, transpire une telle désillusion que l'interprète n'a plus qu'à laisser traîner sa paresse dans un état de fatigue permanent. Bien que son chant n'ait aucun rapport avec le Rap, il navigue dans des eaux troubles : ni parlées ni chantées, ses chansons dégagent pourtant un charme inouï. Par les inflexions de sa voix traînante, elle convoque une séduction paradoxale d'où le sexe n'est jamais banni. La formule la plus juste que je puisse proposer pour tenter de définir son art à nul autre pareil, c'est de classer Hope Sandoval parmi les plus grands "crooners" que j'aie pu écouter dans ma vie. Même le mot "diva" ne saurait rendre compte du trouble profond qu'elle va fouiller en moi. Ah, Hope ! Ton organe vocal vaut tous les fantasmes masculins réunis.

A lire aussi en POP par AIGLE BLANC :


Neil DIAMOND
Jonathan Livingston Seagull (1973)
Un souffle de liberté...le ciel plein la tête




Edda DELL'ORSO
Voice (2007)
Il était une fois Edda


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- David Roback (guitare sèche et électrique)
- Hope Sandoval (chant et paroles)


1. Halah
2. Blue Flower
3. Ride It On
4. She Hangs Brightly
5. I'm Sailing
6. Give You My Loving
7. Be My Angel
8. Taste Of Blood
9. Ghost Highway
10. Free
11. Before I Sleep



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod