Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  SINGLE

L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style + Membre : The Dice

Elaine STIVE - I Don't Wanna Talk (1984)
Par MARCO STIVELL le 9 Mars 2015          Consultée 877 fois

Il est regrettable qu'une formation aussi attrayante que THE DICE n'ait pu susciter davantage l'intérêt des médias et du public français, ne serait-ce que pour lui permettre de vivre librement et longtemps. D'un autre côté, avec le recul, c'est également ce qui en fait son caractère secret et précieux. L'auditeur et acheteur passionné en a conscience à l'issue d'une énième chasse au trésor, celle-ci étant habituellement d'un niveau plus ou moins difficile.

En tant que suite directe, on peut parler du single I Don't Wanna Talk d'Elaine STIVE, membre fondatrice et principale de cette compagnie musicale établie à Paris. Sur les albums de THE DICE, elle écrit les paroles en signant sous son nom de jeune fille, Rowan (elle est Irlandaise). Aidée par son mari Pascal STIVE, elle publie cet unique single en solo, faisant écho au dernier effort de THE DICE, « Don't Say Never », paru également en maxi 45 tours en cette année 1984.

Pendant l'aventure en groupe, on avait parfois regretté que la voix d'Elaine Rowan STIVE ne se soit pas mieux mêlée aux chants de Bart Poloch et de Jean-Michel Devlin, mis à part une ou deux tentatives très légères (mais les albums auraient été plus longs !). Avec ce maxi 45 T, c'est confirmé. Sur « Funny People » en 1981, la parolière de THE DICE avait entonné un refrain en choisissant des notes flûtées et suraigües. Rien de comparable ici : les superbes photographies d'Olivier Poivre dévoilent un caractère « femme fatale » (comme celles des albums de DICE) qui transparait dans la voix d'Elaine STIVE, grave et chaleureuse, sensuelle et tout en élégance.

À l'époque, Pascal STIVE connaît sa période de plus grands succès en tant que compositeur : il a fait « Somerset Maugham » pour Alain Souchon et « Africa » pour Rose Laurens, bientôt ce sera « Elle a les Yeux Revolver » pour Marc Lavoine... Même si on peut exprimer les mêmes regrets que THE DICE concernant la carrière soliste bien trop courte d'Elaine STIVE, ce travail en couple reste l'une de ses meilleures réalisations.

On reconnaît l'empreinte eighties, un son rock et funk à la sauce claviériste, par l'emploi de batteries programmées et de séquenceurs. Toutefois, comme sur « Don't Say Never », le dernier 45 T de DICE, on se délecte de parties de guitares furieuses (encore Patrice Tison ?) et de cassures rythmiques intéressantes, qui contrastent avec la voix aérienne d'Elaine STIVE. Même si « I Don't Wanna Talk » aurait peut-être gagné à faire une petite minute de moins, faute de variation(s), la chanson est fort bien écrite et malgré une ambiance caractéristique de son époque, sans excès notable.

Cela est en grande partie dû à des paroles moins suggestives que la moyenne des succès de la décennie 80. Les origines d'Elaine STIVE facilitent l'emploi de la langue anglaise, en la faisant sonner de la meilleure manière, comme c'était déjà le cas pour DICE. Les mots parlent plus de repli sur soi et de fuite que de rapprochement forcé. La musique donne une sensation de liberté « personnelle », fourmille de détails, de choeurs à-propos par Pascal STIVE, peut-être les anciens de DICE (?), les frères Costa (?)...

Curieusement, la perle bien cachée de l'expérience, et sans doute l'un des meilleurs efforts du couple STIVE, se trouve en face B. « I Hear Your Voice » s'éloigne de l'esprit désinvolte de « I Don't Wanna Talk », lancé sur un tempo funk parsemé de claviers atmosphériques. La dynamique des voix, le chant féminin mais aussi les choeurs du refrain, la mélodie porteuse et encore une fois toute naturelle, en font une gemme qui justifie à elle seule l'acquisition de ce maxi 45 tours.

Au milieu de nombreux exercices similaires, singles pour interprètes plus ou moins éphémères, en particulier pour Pascal STIVE, on constate que les réussites peuvent se faire dans la plus grande proximité. Ne serait-ce que pour la découverte de la voix d'Elaine STIVE, aux capacités évidentes mais encore limitées ici (par choix ou manque de confiance ?), et en termes d'écriture, ce disque parlera sans mal aux amateurs de travail bien fait.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Joe JACKSON
Laughter & Lust (1991)
Résolument pop




Phil COLLINS
Both Sides (1993)
Le plus "à part" de tous, à tous les niveaux


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. I Don't Wanna Talk
2. I Hear Your Voice



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod