Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Joe Jackson (2100)
 The Joe Jackson Archive (1423)

Joe JACKSON - Rain (2008)
Par MARCO STIVELL le 5 Décembre 2011          Consultée 1829 fois

Joe avait promis que la réunion du Jackson Band serait exceptionnelle et il a tenu parole. Après un album et une tournée assez satisfaisants, Joe fait un peu comme toujours, il revient à la pop. Après un petit hiatus, Rain parait donc dans une atmosphère moins électrisante, puisque du Jackson Band, le chanteur a conservé Graham Maby (comme toujours), David Houghton, et pas le guitariste Gary Sanford.

Un choix curieux, mais pas si surprenant comme ça lorsqu'on réfléchit, et qu'on se dit que Joe voulait rester pop tout en ayant un autre son par rapport à ses précédents albums. Houghton et Maby sont là pour assurer une base rythmique, et ils le font aussi bien qu'ils l'ont toujours fait, en apportant même quelques choeurs égayants.

C'est le piano qui tient le rôle de la guitare, et cela donne une dimension bien entendu différente à la musique. On a alors le sentiment en écoutant et réécoutant Rain qu'il est l'album le plus raffiné que Joe pouvait proposer dans cette configuration, plus encore que le pourtant déjà magnifique Big World.
On s'attendra peut-être plus que jamais à ce que l'album sonne homogène, certains diront monotone. Comment penser qu'un album peut-être monotone avec quelqu'un comme Joe et une telle section rythmique à l'appui ? Joe lui-même arrive à diversifier son chant, en l'offrant tour à tour comme on l'a toujours connu, puis plus doux, et enfin petite spécificité de l'album, en falsetto. Par ailleurs, c'est le genre des chansons qui va permettre de dynamiser l'album, car celui-ci se retrouve partagé, un peu comme une oeuvre de pop "normale" entre des chansons élancées et des ballades.

Il y a donc d'un côté les "Invisible Man", "Citizen Sane", "The Uptown Train" et j'en passe, dotés de rythmiques bien carrées tandis que le piano conduit le tout. "Rush Across the Road" a tout d'un tube en puissance. "King Pleasure Time" résonne comme au temps des années 60 et se fait plus que jamais proche d'un Chuck Berry ou d'un Elvis Presley. "The Invisible Men" et "The Uptown Train" possèdent une petite influence jazzy loin d'être désagréable, de manière contenue toutefois (on n'est surtout pas dans un mode Jumpin' Jive, là c'est très pop). Joe n'hésite pas à y laisser une certaine place pour de jolis moments intrumentaux où son piano trouve une forme d'expression idéale, sans pour autant se détacher du reste de l'instrumentation.

Les ballades sont magnifiques, à l'image de ce "Wasted Time" langoureux, où l'on retrouve la fragilité d'un Night Music avec un tout autre son. De même, "Solo (So Low)" possède la plus belle partie de piano du disque et comme le titre de l'indique, Joe tient à nous y émouvoir en s'accompagnant seulement de son cher piano. "A Place in the Rain" peut ainsi fermer le disque en toute élégance, comme souvent avec Joe, sous le signe d'une ondée miraculeuse.

Cet album plutôt soft à l'atmosphère feutrée donne surtout l'envie à l'auditeur d'être écouté les jours de pluie, surtout par rapport au piano grisant, d'où peut-être le titre du disque. Celui-ci, plus simple que les précédents, est encore le témoin d'une inspiration qui n'a décidément pas de limites.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Tony BANKS
Still (1991)
Toujours aussi talentueux que méconnu




FLEETWOOD MAC
Time (1995)
Pop


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Joe Jackson (piano, chant)
- Graham Maby (basse)
- Dave Houghton (batterie)


1. Invisible Man
2. Too Tough
3. Citizen Sane
4. Wasted Time
5. The Uptown Train
6. King Pleasure Time
7. Solo (so Low)
8. Rush Across The Road
9. Good Bad Boy
10. A Place In The Rain



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod