Recherche avancée       Liste groupes



      
SPOKEN WORD  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



FAUVE - Vieux Frères Partie 2 (2015)
Par BOMBE_HUMAINE le 31 Mars 2015          Consultée 1807 fois

C’est qui Fauve ?

Fauve ? Fauve c’est ce collectif qui a réussi à émouvoir des milliers de jeunes et moins jeunes en un seul EP de six titres, sans aucune communication médiatique autre que leur Facebook et leur chaîne Youtube. Ce sont des jeunes désabusés qui ont voulu parler aux jeunes désabusés dans une société complètement désabusée. Avec quelques mots simples, ils ont fait trembler des cœurs et des mentalités. Moins de deux ans plus tard, ils sortent leur deuxième album qui se veut la continuité du premier puisqu’il porte le même nom, suivi de « partie 2 ». Malin.

Mais aujourd’hui, je suis énervé. Enervé de déception car moi aussi j’ai cru en ce groupe. Moi aussi j’ai eu des frissons en découvrant leurs premiers morceaux, j’ai cru qu’ils allaient murir et développer un univers incroyable centré autour de tous ces coups de gueule blasés, cette révolte positive qu’ils ont toujours revendiquée, cette manière de croire en l’espoir, de ne jamais le lâcher. Moi aussi j’ai été agréablement surpris en découvrant leur premier album et les bonnes surprises qu’il recelait. Et puis j’ai écouté cette deuxième partie …

C’est comme si tout ce que je craignais s’était matériellement concrétisée dans mes oreilles. J’avais peur qu’ils deviennent répétitifs et prévisibles ; ce disque est le summum de la linéarité. La philosophie du groupe se résumant à « la vie est à chier, tout va mal, mais il faut garder espoir, à travers l’amour et la solidarité », je m’attendais à un disque qui mette en valeur cette recherche de la lumière, cette révolte adolescente : elles en auraient fait un album complémentaire par rapport à son prédécesseur. En réalité, cette deuxième partie est une redite du premier album, avec des textes moins originaux, moins intéressants, plus faciles ; des harmonies réduites à leur strict minimum (« Révérence » en est presque inécoutable) ; un message vu et revu. Peu de chansons sortent vraiment du lot : j’ai noté « Tallulah », un morceau plus dansant, plus joyeux, plus sensible, qui n’aurait pas dénaturé sur le premier disque ou « Sous les arcades », qui balance enfin un peu la purée avec des vrais riffs de guitare. « Bermudes » aurait pu être intéressante si le chanteur ne s’était pas auto-caricaturé en essayant de battre son propre record de vitesse.

Et il est là le problème que je devine ; Fauve n’est plus naturel, il essaye de l’être. En deux ans, les choses ont changé pour ces petits gars. Ils ne sont plus « nulle part », ils vivent de leur passion, de leur art. Ils jouent dans de grandes scènes, côtoient de bons artistes. En 2015, Fauve a réussi, ils ne peuvent plus penser comme en 2013 et répéter les mêmes textes. Pourtant, au lieu de renvoyer une autre image, de faire évoluer leurs textes comme évoluent leurs vies, ils ne font qu’insister sur ce qui a fait leur succès. Mais on ne retrouve rien dans ce disque de la rage frustrée de « Blizzard », de la description réaliste et soignée de « Nuits fauves », de la naïveté de « Infirmière » ou « Lettre à Zoé », de la mélancolie de « Kané », de la colère de « Loterie », et j’en passe. Sur ce disque, tout sonne trop faux.

En outre, je ne peux que constater ce que je devinais déjà sur l’album précédent, à savoir une overdose de texte qui ne laisse plus la place à la simplicité d’un slogan urgent et communicatif ou d’une mélodie un peu entêtante. On peut également râler sur les « Rag », ces intermèdes poussifs qu’ils nous infligent et que l’on a tendance à passer pour éviter l’ennui.

Je suis donc un peu triste. Triste d’estimer ce disque bâclé, mou, dispensable, prévisible, ennuyant alors que ces gars-là m’ont fait frissonner il y a si peu. Alors oui, je continue à garder un peu d’espoir. L’espoir de les voir évoluer, dans leurs propos, leur maturité, leurs révoltes. Eux qui ont bouleversé le fonctionnement du système musical actuel, avec des morceaux anti-standards, un anonymat persistant et une volonté de rester indépendants ne PEUVENT pas servir une soupe aussi froide. Ils doivent continuer à nous bousculer et nous surprendre. Alors, si vous, Fauve, lisez ce texte, je vous en supplie : prenez votre temps, planchez votre sujet et faites-nous à nouveau rêver ; car ce n’est pas l’âge qui tue les rêves.

* Mon coup de cœur : Tallulah
* Mon coup de gueule : plus ou moins le reste
* Mon conseil : écouter l’EP « Blizzard »

A lire aussi en POP par BOMBE_HUMAINE :


FAUVE
Blizzard (2013)
Un EP qui fait le buzz




Serge GAINSBOURG
Initials B.b. (1968)
Leçon 1 : révolutionner la chanson française


Marquez et partagez





 
   BOMBE_HUMAINE

 
  N/A



Non disponible


1. Juillet (1998)
2. Paraffine
3. Rag #5
4. Tallulah
5. Bermudes
6. Azulejos
7. Sous Les Arcades
8. T.r.w.
9. Rag #6
10. Révérence
11. Les Hautes Lumières



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod