Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK HARDCORE GARAGE   |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1990 Feel The Darkness
2015 Confuse & Conquer

POISON IDEA - Confuse And Conquer (2015)
Par NOSFERATU le 29 Juin 2015          Consultée 782 fois

Si l’étiquette punk rock colle à un groupe, ce serait sans contestation possible au groupe américain POISON IDEA … Punk d’abord par la radicalité d’un rock sauvage sorti des caniveaux , un genre de « raw and roll » dévastateur (on se rappellera de « pogos démentiels » sur les abrasifs « Feel the Darkness » et « Blank Blackout Vacant ») à fond la caisse mais punk surtout dans l’attitude… Défonce, drogues, discours nihiliste, ces « freaks » de la punkitude ont eu durant leur longue carrière (32 ans d’excès en tout genre) de quoi effrayer les bourgeois, les hippies, les jazzeux, les progueux, les vieux punks (pour qui tout s’arrête après le split des PISTOLS) comme ceux se réclamant d’une certaine élite « snobinarde » bobo s’extasiant sur le dernier FAUVE.

Sales, obèses, les membres de POISON IDEA n’ont en effet pas le physique sexy d’un Billy IDOL (GEN X) ou d’un Paul Simonon (CLASH), leur mode de vie fracassé se rapprochant plutôt d’un malade mental comme GG ALLIN… En concert, il y avait en effet du spectacle, je peux personnellement en témoigner : leur hurleur en chef décapsulait les cannettes de bière avec les dents durant des shows incendiaires, il affrontait le public (malheur à ceux qui lui faisaient un doigt d’honneur). Bref, la face extrême d’un rock’n’roll incontrôlable et cinglé...

Le dernier disque sort après des périodes de reformations plus ou moins foireuses, leur dernier datant déjà de 2006. Puis c’est le label spécialisé dans les groupes sludge/doom/stoner Southern Lord qui ressuscite la machine infernale se foutant éperdument des modes successives et des « revivals » à deux balles… Rien d’étonnant à voir POISON IDEA sur un label dont la majorité des gangs vouent un culte aux autoproclamés « kings of punk » de Portland. Il est d’ailleurs à noter que d’autres célébrités du metal surpuissant (MACHINE HEAD, PANTERA, NAPALM DEATH…) mais aussi nos THUGS et autres NIRVANA ont souvent rendu hommage à ces agités du binaire.

Dès le premier titre, « Bog », on est en terrain conquis, l’énergie « borderline » est toujours présente. POISON IDEA fait toujours du POISON IDEA, c’est-à-dire sonnant comme un EXPLOITED qui aurait conservé le carburant garage sixties. On pourra toujours à ce titre remercier le « garageux punk » Jeff DAHL, collaborant avec les fous furieux durant les années 90, qui a su faire évoluer le groupe vers des sphères moins caricaturales. Du punk rock (le mot rock n’est pas de trop) évitant la surenchère « oi ! » propre à la vague anglaise dite « not dead » des eighties, mais qui reste hargneux et ultra violent.

Sur « Me+jd », nos punks jusqu’au-boutistes s’amusent ainsi à imiter les DAMNED première période avec un solo « waynekramerien » (MC5 ça vous dit quelque chose ?). « Psychic Wedlock » est une orgie ravageuse entre BLACK FLAG, OUTCASTS, RAMONES, BLACK SABBATH, DEAD KENNEDYS et TURBONEGRO… Les influences de « Hypnotic » oscillent entre garage rock sixties (pour l’utilisation judicieuse de l’orgue), tempo hardcore à la MINOR THREAT, accents rockbads fifties de bon aloi et chœurs oi à la COKNEY REJECTS.

Le metal extrême n’est pas loin sur « Beautiful Disaster » et son énergie typée MOTORHEAD/SLAYER. « Reprise » flirte aussi avec ce dernier genre, on le constate aisément avec son atmosphère « sabbatienne » (on est sur Southern Lord, nom de dieu !) illustrée par l’utilisation de cloches, d’un piano lugubre, de hurlements… Mais le top du top est certainement « Dead Cowboy » avec sa mélodie flamenco se transformant en swamp rock « countrysant » de grande classe à la GUN CLUB, où Jerry A arrête de brailler pour se transformer en une sorte de crooner « iggyesque ».

Dix fusées thermonucléaires punk hardcore (et donc une surprise très « americana » déjantée) s’alimentant aux racines roots du wock’n’roll…En gros, la recette est toujours aussi agressive, mais d’autres ingrédients viennent redonner du piment au plat évitant une indigestion difficile. Idéal en tout cas pour foutre le bordel dans votre prochaine soirée « hipster »…

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


UNSANE
Sterilize (2017)
De quoi stériliser tous les connards de la planète




DEAD KENNEDYS
Virus 100 (1992)
Meillleur hommage à lee oswald bradley !!!


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Eric 'the Vegetable' Olsen (guitare)
- Chris 'spider' Carey (basse)
- Brandon Bentley (guitare)
- Nathan 'skinny' Richardon (batterie)
- Jerry A. Lang (vocaux)


1. Bog
2. Me + Jd
3. Psychic Wedlock
4. Hypnotic
5. Trip Wire
6. I Don't Know You
7. Cold Black Afternoon
8. The Rhythms Of Insanity
9. Dead Cowboy
10. Beautiful Disaster
11. Reprise



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod