Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK HARDCORE PROTO GRUNG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



HüSKER Dü - Everything Falls Apart (1983)
Par NOSFERATU le 3 Novembre 2015          Consultée 1615 fois

“Land speed record” était, on l’a dit, une pure décharge d’adrénaline. L’infernal trio ricain, catalogué “ultra core” à cause de la violence meurtrière de ses riffs, était donc rangé dans le catalogue fourre-tout et finalement très hétéroclite de la scène punk hardcore. Norton, le bassiste à l’étrange moustache, avouera qu’à l’époque ils essayaient juste de "faire sauter les gens". L’idée était de jouer le plus rapidement possible en suivant le modèle des RAMONES.

Everything Falls Apart est ainsi leur premier méfait sonique en studio et sort sur le label “reflex D” en janvier 83, époque où le groupe va commencer à synthétiser ses influences garage, pop, punk et new wave.
Une réelle violence transparaît là aussi. HUSKER DU ne cherche pas à concurrencer tous les autres groupes punk hardcore pullulant à droite et à gauche. Là où certains font dans le bourrinage décibélique, surtout les gangs de la côte est (AGNOSTIC FRONT et compagnie), les activistes du thrash metal, les afficionados de la scène anglaise “punk's not dead”, l’épileptique trio peaufine sa “matière inflammable” (pour paraphraser le titre d’un fameux disque des STIFF LITTLE FINGERS). La matière brut du punk hardcore est omniprésente mais jouée de façon “garage”, on évite le binaire à tout prix dans cette orgie auditive.

Les vocaux hurlent vraiment, même s’ils sont, par moments, scandés (“blah blah blah”), rattachant le trio au courant cité plus haut. La guitare est rugueuse à souhait. Elle arrache comme on dirait familièrement, préfigurant les sonorités “grunge” (mélange de lourdeur “sabbatienne” et de rapidité “ramonesque”). Les solos sont ravageurs et sont bien influencés par Steve Jones, le gratteux des PISTOLS; un morceau comme “bricklayer” l’illustre amplement. La batterie peut être martiale (l’intro de “from the gut”).
Tout est viscéral chez eux à cette époque. On ne sombre pas vraiment dans les cavalcades (savoureuses avouons-le) d’un MINOR THREAT (quoique un titre comme “punch drunk” y ressemble un peu). On serait plus proche du BLACK FLAG de Damaged (flagrant sur “obnoscious” avec son solo à la greg ginn), des premiers MISFITS ou REPLACEMENTS, de la discographie déjantée des DEAD KENNEDYS, de l’expérimentation tarabiscotée d’un BIG BLACK (voir l’intro borderline de “signals from above”). Bref, d’une ultra violence “stoogienne” qui TUE réellement et qui ne se contente pas bêtement de s’adonner à une course de vitesse qui ressemblait dans bien des cas chez d’autres à cette époque à de l’éjaculation précoce …

Il y a aussi du WIRE derrière ces “free hardcore songs” comme peut le démontrer le très post-punk “wheels”, de même dans le très chaloupé “gravity”. Et puis il y a des mélodies… La bande à Bob Mould s’entiche de tout le florilège pop psyché des “sixties”, particulièrement celui des BYRDS, démontrant leur ouverture d’esprit. On le constate sur “from the gut”, sur la reprise sur vitaminée du tube de DONOVAN, le troubadour folk anglais, le fameux “sunshine superman” chanté par le batteur Grant Hart qui était noyé aussi dans ses obsessions sur le BOWIE des “seventies”. Le titre éponyme conserve toujours la même énergie féroce mais déjà un refrain accrocheur annonce presque le grunge “poppy” et désespéré de NIRVANA.

L'album a été publié d’ailleurs sur disque compact en 1993, en pleine vague “nirvanesque”, histoire de remettre les pendules à l’heure, avec des titres bonus dont les deux premiers singles du groupe.
Ce n’est pas encore la richesse mélodique de “zen arcade” qui fascinera plus tard les “indie rockers” mais ces vingt minutes déflagratoires nous font penser que finalement c’est certainement la meilleure oeuvre de la discographie turbulente de HUSKER DU.

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


The DEAD BOYS
Young Loud And Snotty (1977)
Papa, c'est quoi le punk rock ?...Euh, c'est çà !!




THERAPY ?
Babyteeth (1991)
Psychothérapie de groupe.


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Bob Mould (guitare, chant)
- Greg Norton (basse, chant)
- Grant Hart (batterie, chant)


- from The Gut
- blah, Blah, Blah
- punch Drunk
- bricklayer
- afraid Of Being Wrong
- sunshine Superman
- signals From Above
- everything Falls Apart
- wheels
- target
- obnoxious
- gravity



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod