Recherche avancée       Liste groupes



      
CABARET/SWAMP ROCK/INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1985 Nail

SCRAPPING FŒTUS OFF THE WHEEL - Nail (1985)
Par NOSFERATU le 5 Août 2015          Consultée 441 fois

Quel nom à rallonge ! Derrière cet étrange patronyme se trouve un individu furieusement décalé prénommé Jim Thirlwell qui a changé de nombreuses fois d'identité : Clint Ruin, Fœtus Under Glass, Over Frisco, Fœtus against l’aigle blanc and Erwin Red One (euh non, pas celui-là)… Pour mener à bien son travail de psychopathe quasiment de façon totalitaire, l'effrayant bonhomme (nous nous fîmes peur backstage en nous voyant réciproquement avant un de ses concerts !) s’occupe de tout, de son label « self immolation », des instruments, de la production…

L’Australien aura travaillé (en collaboration ou à la production) avec Marc Almond, Lydia Lunch, COIL, WHITE ZOMBIE, MELVINS, VOIVOD… Soit le who’s who des déviants du post punk bien malade…

Les thèmes, barbares, traitent des exploits de la famille Manson. A la même époque, les copains de SONIC YOUTH aussi s’en inspireront, d’autres groupes catalogués « industriel metal » (MINISTRY, MARILYN MANSON, NINE INCH NAILS…), tous d’ailleurs influencés par le personnage tordu, seront marqués par le fameux fait divers qui mit fin au rêve hippie en 69. Ça parle aussi de la haine de soi, du monde, de Hamlet de Shakespeare, du pape du psychédélisme Timothy Leary… Bref, on est loin d’un état d’esprit « peace and love »…
L’humour macabre, une férocité rock post-stoogienne, une certaine dérive industrielle, un climat cinématographique angoissant, de la new wave déviante, caractérisent ce disque plutôt dingue sorti en 85.

Le premie titre, « Theme from pigdom come » nous plonge d’entrée dans une sorte de symphonie cinématographique inquiétante, une bande-son dont le film serait à la fois baroque et bizarre… Ce côté symphonique borderline (ne surtout pas faire écouter ce disque branque à un fan de SUPERTRAMP !) ressort à la fin de « The throne of agony » (dont un riff reprend étrangement le générique de « mission impossible »), de « Pigswill » et de « The Overture ».

Les vocaux sonnent comme son pote et compatriote Nick Cave qui sévit alors au sein de BIRTHDAY PARTY à la même période, mais les intonations sont encore plus fracassées ! On pense aussi à un bluesman malade à la voix éraillée qui transpire de sentiments désespérés. Sur « Descent into the inferno », (avec d’ailleurs des chœurs de gospel de l’enfer derrière) et surtout « Anything », Thirlwell imite Tom Waits. On dirait un crooner déglingué qui aurait pris trop de drogues. Des chuchotements étranges apparaissent sur « Enter the exterminator » et des halètements malsains sur « Pigswill ». Sur « Anything » toujours, on n’est pas loin de ROB ZOMBIE, autre lointain disciple du sieur, au niveau du refrain étonnamment épique.

La zique lorgne vers un swamp rock noise bluesy à LA MUERTE (« The throne of agony »). Mais c’est le côté industriel qui ressort énormément sur un instrumental bruitiste de douze secondes, sur « Pigswill » et son tribalisme à la SWANS/TEST DEPT (le genre de titre qui allait fortement influencer l’électro rock enragé des YOUNG GODS), sur « Enter the exterminator » avec ses tôles s’entrechoquant violemment, sur « Private war » qui sonnerait presque comme du NEUBATEN.

L’aspect cabaret prédomine de même sur l’ensemble de l’œuvre. C’est particulièrement flagrant sur « Descent into the inferno » avec son ambiance « big band jazzy » déjantée à la Cab Calloway/HARVEY SENSATIONNAL BAND/ ALICE COOPER. « D1 9026 » emprunte aussi au jazz (un saxo en roue libre) mais aussi à la cold wave synthétique (avec un synthé bien flippant !).

C’est donc un grand disque complètement cinglé qui, à l’époque, fit son petit effet. Il faut avouer qu’on n’avait jamais entendu un truc aussi extrême et avant-gardiste, que l’on peut, sans problème, ranger à côté des autres frappadingues du genre de la même époque comme NEUBATEN, THROBBING GRISTLE, CABARET VOLTAIRE, SWANS, BIRTHDAY PARTY, SONIC YOUTH, YOUNG GODS…

A lire aussi en INDUS par NOSFERATU :


SWANS
Filth (1983)
Oh oui fouette moi !!!




CHROME
Half Machine Lips (1979)
Inventeurs de l'acid punk


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- J. G. Thirlwell (tous les instruments !)


1. Theme From Pigdom Come
2. The Throne Of Agony
3. !
4. Pigswill!
5. Descent Into The Inferno
6. Enter The Exterminator
7. Di-1-9026
8. The Overture From Pigdome Come
9. Private War
10. Anything (viva!)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod