Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


John MAYALL - Find A Way To Care (2015)
Par BAYOU le 21 Septembre 2015          Consultée 864 fois

John MAYALL, 82 ans, nous envoie une carte postale de Californie où il réside maintenant, ses vieux os préférant vraisemblablement la douceur de la West-Coast à l’humidité de la Perfide Albion.
On ne présente plus le pilier du british-blues, l’homme qui a vu éclore dans ses Bluesbreakers Eric Clapton, Mike Taylor, Peter Green, Buddy Whittington…

Ce nouvel album, enregistré chez Forty Below et produit par Eric Corne, le patron du label, met surtout en valeur le jeu de claviers de Mayall. Il est accompagné de Rocky Athas (guitare), Greg Rzab (basse), Jay Davenport (drums) et une section de cuivres sur certains titres.
L’album est composé de morceaux originaux mais aussi de beaucoup de reprises : “Mother in Law Blues” (Don Robey), “The River’s Invitation” (Percy Mayfield), “I Feel So Bad” (Lightnin’ Hopkins), “Long Distance Call (Muddy Waters)”, “I Want All My Money Back” (Lee Baker) et “Drifting Blues” (Charles Brown).
Toutes ces informations laissent présager d’un bon album, pourtant ce n’est pas vraiment le cas.
Certes, la grande période de Mayall est passée, et plus personne n’espère un nouveau Blues from Laurel Canyon ou Blues Breakers with Eric Clapton, mais il n’empêche que John Mayall a toujours produit d’excellents albums et donné de bons concerts.
Toutefois, le départ de Buddy Whittington en 2009 a marqué un tournant important dans la musique des Heartbreakers. Rocky Athas, qui lui a succédé, n’a pas la qualité de jeu et la puissance du Texan qui est un virtuose hélas trop méconnu du grand public.
Et depuis le départ de Buddy, au fil des années, lentement mais sûrement, la qualité musicale a baissé d’intensité et les albums qui étaient toujours de belles aventures (cf In the Palace of the King par exemple) sont devenus assez convenus.
Certes ce nouvel album n’est pas mauvais, mais il est prévisible, il ronronne doucement, les reprises n’apportent pas grands choses aux originaux et les titres écrits par Mayall sont peu convaincants.

Ces remarques peuvent sembler exagérées, mais on se doit d’être exigeant avec un musicien comme John Mayall, au regard de son influence sur le blues et de sa carrière exemplaire. Attention à ne pas faire l’album de trop, la tournée inutile, à un moment il peut être sage de s’arrêter.

Le groupe sera en tournée à l’automne 2015, pour promouvoir cet album, une occasion de se rendre compte si nos critiques sur le travail studio se vérifient en live.

En tout état de cause, Find a Way to Care ne sera pas un disque majeur dans la discographie de John Mayall, il faut espérer surtout qu’il ne marque pas le début d’un lent déclin de cet immense bluesman.

A lire aussi en BLUES par BAYOU :


Robben FORD
Into The Sun (2015)
Robben Ford sur le toit du monde




Jimmy HOLMES
It Is What Is (2016)
Le blues authentique de Bentonia


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



- John Mayall (clavies, guitare, chant)
- Rocky Athas (guitar)
- Greg Rzab (bass)
- Jay Davenport (drums)


1. Mother In Law Blues
2. River's Invitation
3. Ain't No Gurarantees
4. I Feel So Bad 2
5. Find A Way To Care
6. Long Distance Call
7. I Want All My Money Back
8. Ropes And Chains
9. Long Summer Days
10. Drifting Blues
11. War We Wage
12. Crazy Lady



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod