Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


FRANKIE GOES TO HOLLYWOOD - Liverpool (1986)
Par ERWIN le 5 Novembre 2015          Consultée 895 fois

Il n'y a que très peu de groupes aussi importants que FRANKIE GOES TO HOLLYWOOD avec une carrière aussi courte. Le premier opus des gars de Liverpool, Welcome to the Pleasure Dome, aura été le révélateur de changements radicaux dans notre société, tellement fort qu'il n'est pas réellement besoin d'en pondre un second après une telle réussite. Pourtant, deux années plus tard, nous y sommes. Immédiatement, on se dit que le choix de la pochette ne va pas plaire au public comme la première haute en couleurs. Du noir et blanc, la quasi-totalité des gars regardent de côté... Une ambiance où l'incertitude prévaut. Ce signe n'est jamais vraiment positif. Complexe pour un groupe ayant déjà atteint les sommets et qui ne peut que redescendre.

Pourtant, le titre qui succède aux énormes flambards que furent "Relax" ou "The power of love" tient carrément la route. "Rage hard" est dans la totale continuité de "Two tribes", on y reconnaît instantanément les trademarks des icônes de la new wave. Pas de baisse de niveau à constater, bien au contraire. Le deuxième single "Warriors of the wasteland" est une composition superbe, faisant la part belle à la puissance sans équivoque du groupe, dont le son se fait à l'occasion plus pêchu, plus mordant, j'en veux pour preuve l'incroyable version sur le maxi "Attack maxi" jouée par Gary MOORE à la sauce super metallisée. Holly, à son habitude, s'est inspiré d'un poème de TS Elliott pour l'occasion. La dernière chanson à charter dans l'histoire du groupe sera donc "Watching the wildlife", au ton résolument plus pop, des cuivres, un piano. Les megabass n'ont pas disparu pour autant, pourtant le morceau manque un peu de fond. Début 87 donc, les fans commencent à se désintéresser du groupe... Si vite que ça !

Liverpool est une toute petite livraison, à peine 8 titres au compteur, c'est fort peu. Hormis les trois singles, nous avons la jolie basse de "Kill the pain" à admirer, mais il faut admettre que "Maximum joy" avec ses beats très typés world music se laisse bien écouter aussi. On retrouve le trademark des roulements martiaux sur "Lunar bay", et "For heaven's sake" est assez sympa. Le slow "Is anybody out there" est en revanche bien loin de la qualité de l'immortel "The power of love". On le constate, la qualité globale du disque est bonne, même si éloignée des standards auparavant établis sur le premier album; mais il était tellement difficile de faire aussi bien !

Et voilà. S'en sont allés vers d'autres cieux les gars. Holly Johnson part très rapidement, il croyait dur comme fer à sa carrière solo, mais comme pour nombre de ses collégues la réalité l'a rapidement rattrapé. Rares sont les frontmen des groupes de new wave à avoir trouvé le succès hors de leur groupe. Son sort ne sera pas différent. Liverpool sera donc leur dernier témoignage. Incroyable destin !

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


NIAGARA
Religion (1990)
Diablesse




MEN AT WORK
Business As Usual (1981)
They come from below down under


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Warriors Of The Wasteland
2. Rage Hard
3. Kill The Pain
4. Maximum Joy
5. Watching The Wildlife
6. Lunar Bay
7. For Heaven's Sake
8. Is Anybody Out There



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod