Recherche avancée       Liste groupes



      
NOISE-ROCK / INDUS / ...  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : ZËro, Orchard

DEITY GUNS - Trans Lines Appointment (1993)
Par JOVIAL le 7 Septembre 2018          Consultée 176 fois

La cour des grands, enfin. Éric, Frank et les deux Stéphane sont à New-York chez Warthon TIERS. Ouais, dans le studio du type qui recevait encore à l'époque SONIC YOUTH, Glenn BRANCA, HELMET, UNSANE ou DINOSAUR JR. Un certain Lee RANALDO pointe aussi le bout de son nez à la production. Et tant qu'à faire, DEITY GUNS signe chez Big Cat, label qui pour lors était au noise-rock ce que Rephlex Records était à la musique électronique ou bien Sub Pop au rock alternatif. La remarque est certes très convenue, mais on aura connu pire en termes de références, en particulier pour un premier album.

Musicalement, le groupe lyonnais poursuit sa mue et Trans Lines Appointment s'inscrit logiquement dans la continuité de Loom. L'ouragan métallique de Stroboscopy s'est définitivement éteint dans les derniers râles de « Blow Up ». L'horizon se voile d'un brouillard épais, d'effluves âcres, relents d'aciéries et volutes d'ypérite, animés d'interférences sonores et d'éclairs blafards, d'où surgissent parfois, raclantes, rampantes, de monstrueuses machines de guerre rouillées. Le sol gronde et se dérobe sans cesse sur des océans de métal fondu et d'uranium enrichi. Des voix murmurent, s'amusent quelque part derrière un pan de mur, dans la brume, dans les têtes. Trans Lines Appointment rappelle L'Échelle de Jacob, terrifiant thriller d'Adrian LYNE. Pas de twist final, mais cette même atmosphère étrange et morbide, violemment vertigineuse.

À l'instar de Loom, DEITY GUNS est à la croisée des chemins. Frank LAURINO et Éric ALDEA ne finiront d'ailleurs jamais de s'y retrouver, que ce soit en compagnie de BÄSTARD dans les années 90 que de ZËRO par la suite. Trans Lines Appointment se résume comme « un bon mélange d'influences, mais avec sérieux » (1). À sa sortie, quelques enculeurs de mouche ne virent là qu'un savant pompage des maîtres forgerons d'EINSTRÜZENDE NEUBATEN. Une telle affirmation est cependant quelque peu réductrice. Nos petits Frenchies ont su conserver une fièvre punk pour le moins absente de l’œuvre des Berlinois. Bien au contraire, les morceaux « TV Black Screen » ou « Radio Kill » nous explosent à la gueule avec fracas, de même que le colis piégé de « Tinnitus ». En ouverture, le son massif de « The Map » déblaie la zone. La présence de Lee RANALDO derrière la vitre n'est pas anodine. Trans Lines Appointement lorgne aussi beaucoup du côté de Confusion is Sex et Bad Moon Rising.

Lorsque la distorsion s'apaise, l'hiver nucléaire s'est installé pour de bon. Errante dans les ruines, la chanteuse K.J. sombre dans la folie (« Bob ») et préside une glaçante nouvelle cérémonie (« Distance »). Inlassablement, la chaîne de montage de « Billy Dracks » poursuit son œuvre, grinçante, assemblant les derniers exterminateurs de l'humanité. Alors que « Desert » s'achève, il ne reste alors rien que l'inexorable avance d'une Mort mécanique qui consume les chairs et broie les os.

Noise-rock, indus, post-punk, l'approche n'est peut-être pas des plus novatrices, mais reste magistralement orchestrée. Malgré quelques longueurs (« Radio Kill »), Trans Lines Appointment marque au fer rouge. En France, l'underground amatrice d'alternatives en fera l'un de ses disques de chevet. Quelques-uns emboîteront le pas à DEITY GUNS, qui implose finalement à l'automne. Dans les décombres, un horrible rejeton mutilé s'était néanmoins caché. BÄSTARD arrive.

Note réelle : 4,5/5
À écouter absolument : « The Map », « TV Black Screen » et « Desert ».

(1) Selon Éric ALDEA lui-même. (The Drone - 2010)

A lire aussi en ROCK par JOVIAL :


BACHDENKEL
Lemmings (1973)
Noir et puissant




GROUP DOUEH & CHEVEU
Dakhla Sahara Session (2017)
Cheveu au sahara occidental


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Stéphane Lombard (basse/chant)
- Franck Laurino (batterie)
- Stéphane Roger (guitare)
- Eric Aldéa (guitare/chant)
- Guests :
- Erik Minkkinen (chant)
- K.j. (chant)


1. The Map
2. T.v. Black Screen
3. Bob
4. Distance
5. Billy Dracks
6. Cruising Coast Shadows
7. Tinnitus
8. Radio Kill
9. Desert



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod