Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Motoi SAKURABA - Star Ocean 3 Till The End Of Time Arrange Album (2004)
Par CHIPSTOUILLE le 30 Mars 2006          Consultée 2146 fois

Il fut une chronique où j'avais évoqué un jeu vidéo dont l'achat avait été provoqué essentiellement par la présence au casting d'un compositeur émérite, monsieur Motoi SAKURABA. Car en effet, courte parenthèse, Star Ocean 2ème du nom, m'avait au niveau vidéo ludique, plus que laissé sur ma faim. Je décidais toutefois de retenter l'aventure, j'étais à peu près certain que mes oreilles, elles au moins, allaient être diverties. Associant alors mon achat vidéo ludique avec le fameux "arrange album" de rigueur, je me retrouvais donc de nouveau prêt pour l'aventure intergalactique.

Si le jeu a gagné du terrain sur beaucoup de points, les musiques ont elles, régressées. Pas qu'elles soient mauvaises, finalement, loin de là, SAKURABA s'en dépatouille merveilleusement bien, mais en lieu et place des innombrables passages planants donnant cette fameuse impression d'immensité qui ont fait le succès de ses 2 précédents "arranges" (Star Ocean 2 donc, et Valkyrie profile) SAKURABA s'est ici plus tourné vers des instrumentaux rythmés, très axés prog ou jazzy, sans pour autant complètement délaisser la formule des précédents opus.

Si toute cette aventure au synthé ou à l'orgue hammond toute pleine de fantaisie n'est pas forcément mauvaise en soi, il s'avère que SAKURABA révèle ici plus que jamais son point faible, à savoir son inaptitude à concentrer ses musiques sur un thème particulier. Le support vidéo ludique s'en tire alors à bon compte: finies les musiques répétitives, SAKURABA part dans tous les sens, sans l'ombre d'une ligne directrice, explosant le compteur de notes, dissonances et autres espiègleries à la minute. Le joueur en sort peut-être grandi, le mélomane est vite déçu.

On souffrira longuement donc, avant de pouvoir retenir la première parcelle de notes, la première "mélodie". Certains adhèrent à ce genre d'élucubrations, moi pas. A l'écoute d'un "Fly away in the violet sky", par exemple, on ne trouvera plus la sortie des méandres d'une guitare électrique et d'une basse jazzy épileptiques. "Mission to the deep space" réitèrera l'exploit de plus belle, et chaque "arrange" subira à sa manière les outrages d'un solo inénarrable à l'orgue hammond, à la basse ou à la guitare électrique. L'ensemble manquant cruellement de cohérence et de structure, laissera donc les doux rêveurs en manque d'effets planants des précédents albums quelque peu sur leur faim.

Mais soyons francs, SAKURABA s'était déjà entiché de quelques passages alambiqués sur ses précédents arrange, il a juste poussé le bouchon un peu plus loin ici. Et, dans une certaine mesure, on retrouve quand même quelques passages dignes des précédentes galettes. "The dawn of widom" par exemple, reprend la formule musique synthétique lente et choeurs féminins dans l'introduction, et un sublime passage au piano viendra parfaire le morceau en conclusion (après de la bouillie d'orgue, certes) Certains morceaux restent calmes dans leur ensemble, "Bird"s eye view", sous des airs de MITSUDA, laissera la batterie s'occuper du coté jazz, pour garder une mélodie simple faire son effet. Enfin, "Reflected moon" est l'exemple même du thème parfait de SAKURABA, ce que l'on aurait aimé retrouver en quantité sur cet album. Violoncelle, choeurs et synthé qui s'étiolent en harmonie dans le temps, on plane, non sans une petite boule à la gorge suscitée par la mélancolie du thème. "Till the end of time" remplacera le violoncelle par une flûte traversière et le synthé par un orgue, l'effet est garanti, une fois de plus.

De même, dans les thèmes rapides, "Frightened eyes" s'en sort beaucoup mieux que les autres, et nous ravit les oreilles d'un thème réussit. "Brass Wings" aurait pu réitérer l'exploit s'il n'avait pas eu cet effet "GI Joe" tout plein de bons sentiments qui lui colle à la peau. "Lakes and Marshes with doubts", un mid-tempo dans un registre plus malsain (grâce à un chant dissonant et décalé par rapport au rythme) laisse une impression de mal être, pas forcément en adéquation avec le reste du recueil, mais l'effet voulu est réussit.

Le bilan semble mitigé, pourtant tout n'est pas aussi bancal que pourrai le laisser supposer cette chronique, les morceaux que je n'ai pas évoqués sont dans une bonne moyenne, sans toutefois atteindre le niveau inégalé de "Reflected moon". L'ensemble, très varié, ne lasse pas forcément, et quelques passages au piano possèdent leur charme. Toutefois on regrettera également les multiples rapprochements trop faciles à effectuer avec le style de MITSUDA et bien entendu cette inconsistance des mélodies qui perdure tout au long de cet album, d'un niveau bien inférieur aux précédents, malheureusement.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


RADIOHEAD
I Might Be Wrong Live Recordings (2001)
Quand le live dépasse l'album studio

(+ 2 kros-express)



ASTRAL PROJECTION
Trust In Trance (3) (1996)
People can fly


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Motoi Sakuraba (tout ou presque)
- Mio Sakuraba (chant)


1. The Dawn Of Wisdom ~ The Incarnation Of Devil
2. So Alone, Be Sorrow - Rhythm Ver.
3. Bird's Eye View
4. Fly Away In The Violet Sky
5. So Alone, Be Sorrow
6. Frightened Eyes
7. Reflected Moon
8. Mission To The Deep Space ~ Sail Against The Wind
9. Till The End Of Time
10. Brass Wings
11. Lakes And Marshes With Doubt ~powerbroker
12. So Alone, Be Sorrow - Piano Ver.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod