Recherche avancée       Liste groupes



      
POST METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1987 Pain Of Mind
1992 Souls At Zero
1993 Enemy Of The Sun
1996 Through Silver In Blo...
1999 Times Of Grace
2001 A Sun That Never Sets
2004 The Eye Of Every Stor...
2007 Given To The Rising
2012 Honor Found In Decay
2016 Fires Within Fires

NEUROSIS - Fires Within Fires (2016)
Par NOSFERATU le 11 Octobre 2016          Consultée 1157 fois

Avec le dernier MELVINS, nos cinquantenaires de NEUROSIS reviennent à la charge. Là aussi, plus de trente ans que çà dure. Au départ, un groupe crust hardcore punk, comme il en pleuvait tant à cette époque voulant rivaliser avec DISCHARGE et surtout POISON IDEA. Puis une mutation s’opère à partir de l’album Souls At Zero, une sorte de post metal impressionnant, synthèse de textures psychédéliques et de guitares qui arrachent tout sur leur passage. Cette mutation culmine avec, il y a 20 ans déjà, l’anxiogène Through Silver In Blood. En gros, une mixture de la noirceur d’un JOY DIVISION et la surpuissance d’un BLACK FLAG…

2016… L’apocalypse, annoncée vingt ans en arrière, n’a toujours pas eu lieu et la discographie du groupe le plus sombre de l’univers s’est échelonnée entre rugissements des ténèbres ( l’incroyable « The Doorway » qui atteint mon top 10 des titres les plus lourds de l’histoire) et pièces flirtant avec le banal (leur « A sun that never sets » qui manque de ce souffle délicieusement destructeur). Et puis, sur le terrain de « l’horror metal » (c’est nouveau, je l’ai inventé), des groupes démoniaques comme leurs contemporains TODAY IS THE DAY ou les plus récents (et inquiétants) GNAW THEIR TONGUES les ont un peu distancés dans ce domaine extrême, genre « je peux faire plus peur que toi »… Alors que des tâcherons ésotériques, ici et là (genre CULT OF LUNA) tentent vainement de trouver leur formule alchimique.

On écoute, toutefois, les mains moites, le nouvel opus présenté. Six titres, longs, qui continuent dans cette voie tracée avec le Souls At Zero cité plus haut, des crescendos qui synthétisent différents styles barrés.
En effet, pour le néophyte, NEUROSIS emprunte inlassablement, en dehors des influences fondamentales évoquées plus haut autant au « cosmic rock » de HAWKWIND, au métal fracassé d’un VOIVOD, au post rock d’un TORTOISE, à la dark folk de SOL INVICTUS, voire à l’industriel /ambient d’un COIL.
A la production, toujours le « fonctionnaire du bruitisme » tous azimuts, Monsieur Steve Albini (SHELLAC), qui donne un ensemble plutôt musclé à l’œuvre, et qui a déjà travaillé avec la secte sur d’autres disques.
Les guitares sont toujours bien « doomesques », elles rugissent à des moments précis crachant leur venin métallique. L’ombre maléfique désormais familière du « sabbat noir » apparaît souvent. La rythmique sonne parfois avec le hardcore originel (l’ADN du quintet donc) comme en témoigne le premier morceau « Bending land » ou sur « broken ground » avec perpétuellement ces riffs qui ralentissent, accélèrent puis, littéralement, planent. Sur le très bon « Fire is the end lesson », la rythmique , répétitive, cartonne sévèrement.
Tout un solide travail sur les ambiances psychédéliques ressort créant une atmosphère teintée d’une tristesse absolue. Sur « Shadow memory », l’harmonie est même parfaite entre le rugissement des grattes et ces samples extraplanétaires.

Le dernier opus marche sur les plate bandes d’une ballade bien sombre, incroyablement mélancolique, qui se termine par une explosion métallique. C’est un peu comme chez Tarantino au cinéma, on sait que ça va péter mais on est toujours surpris quand l’ultra violence débarque sans crier gare…
Il manque cependant le coté dingue qui caractérisait certains méfaits décibéliques antérieurs mais on ne peut leur reprocher. C’est comme si on demandait aux membres de SLAYER, dans un autre registre tout aussi « borderline » de refaire à perpétuité leur anthologique Reign In Blood. Mais le fan de base saura, lui, retrouver ses « pulsions névrotiques » après plusieurs écoutes assidues.

A lire aussi en HARD ROCK par NOSFERATU :


MOTÖRHEAD
Lemmy : The Movie (2010)
Papy rock




Doug PRAY
Hype ! (1996)
Grunge : mouvement paradoxal ?


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Jason Roeder ( batterie)
- Scott Kelly (chant, guitare)
- Steve Von Till (chant, guitare)
- Dave Edwardson (basse, claviers)
- Noah Landis (programmation, clavier)


1. Bending Light
2. A Shadow Memory
3. Fire Is The End Lesson
4. Broken Ground
5. Reach



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod