Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


FREE FALL - Power & Volume (2013)
Par JASPER LEE POP le 3 Novembre 2016          Consultée 598 fois

C'est la rentrée universitaire 2013 en section Sciences Physiques du Rock'n'roll et le jeune Einstein n'en peut plus. Trop, c'est trop. Marre des vannes foireuses, des quolibets, de l'humiliation quotidienne. Son nom de famille homonyme du génial auteur de la théorie de la relativité n'était déjà pas facile à porter mais nom de Dieu, que s'était-il passé dans la tête de ses parents pour qu'ils le prénomment en plus de ça Frank ? Ou comment pourrir la vie d'un gosse dès sa naissance. Quand est-ce que les moqueries allaient cesser ? Ça n'était plus vivable. À bout de nerfs, Frankie n'avait plus qu'une idée en tête : se venger. De la bêtise abyssale de ses parents et de la cruauté du monde. Tous morfleraient. Brillant étudiant en physique rock'n'rollienne, il allait prendre sa revanche en s'inspirant précisément du chef-d’œuvre gothique de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne. À la manière du célèbre docteur créant sa créature à l'aide des membres de plusieurs cadavres, Frankie allait manipuler ses éprouvettes sonores pour donner naissance à une entité musicale qui lui permettrait de dominer le monde.

FREE FALL est un feu follet qui nous vient de Suède formé par Mattias Bärjed ex-guitariste de THE SOUNDTRACK OF OUR LIVES et qui comme beaucoup de combos depuis quelques temps fait dans le revival. Mais là où de nombreux groupes ont tendance à ne s'abreuver qu'à une seule source (c'est souvent soit Sabbath, Zep soit AC/DC), eux diversifient les parrainages. La créature hybride de Frankie emprunte en premier lieu aux maîtres du binaire australien, c'est indéniable mais là où l'emprunt pourrait vite devenir pénible (AIRBOURNE?), eux rajoutent une pincée des WHO et surtout un esprit punk-rock/garage et une exécution cradingue qui doit beaucoup aux STOOGES et au MC5. On se retrouve avec un cocktail furibard survitaminé qui fait consciencieusement le vide sur son passage et un disque qui mérite bien son titre. La batterie est minimaliste, la basse est compacte mais sait se faire sinueuse, la guitare est tranchante et bluesy à la fois, on sent l'autodidacte à plein nez. Quant au chant, j'ai rarement entendu un écorché vif pareil avec son grain façon Bon Scott passé à la toile émeri. Le type ne ménage pas ses cordes vocales au point que si le groupe n'a pas donné suite à cet album on en vient à se demander si ce n'est pas parce que Kim Fransson n'a pas définitivement flingué son gosier. Entre le début et la fin de certaines de ses gueulantes éraillées, on a facilement le temps d'aller chercher le courrier ou de descendre les poubelles. Impressionnant. Et aussi un peu fatigant, il faut le reconnaître mais l'album ne comporte que dix compos (+ deux bonus tracks) et se termine avant qu'on ne soit réellement agacé.

Du morceau-titre « Power & Volume » qui démarre sur les chapeaux de roues sur un tempo à la « Overkill » en simple grosse caisse, en passant par « Midnight Vulture » potentiel inédit du Powerage d'Angus & co jusqu'à « Yeah !!! » qui clôture l'album, il n'y a pas grand-chose à jeter dans cet opus. C'est brut de décoffrage, ça ne frime pas pour deux sous, ça bave de partout et dégage un vrai parfum d'authenticité contagieux. On a même le droit de souffler un peu grâce à la montée en puissance d' « Attila » sur plus de six minutes, belle pièce de choix et véritable Boléro de Ravel de la déglingue saturée. F. Einstein est tellement sûr de son coup qu'en plage numéro six, il ne cache même plus ses intentions avec « World Domination ». Pas de bol, la concurrence en créatures hybrides et mutantes confectionnées en laboratoire (Katy Perry, Miley Cyrus, Robin Thycke...) n'a pas fait grand cas des finalement très organiques FREE FALL en 2013. Allez, fais pas la gueule Frankie, t'es pas un monstre. Ressors tes éprouvettes et retente le coup, nous faire dominer de la sorte, on n'est pas contre.

A lire aussi en HARD ROCK par JASPER LEE POP :


KXM
Scatterbrain (2017)
Essai transformé.




Ted NUGENT
Cat Scratch Fever (1977)
En plein dans la cible.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Kim Fransson (chant)
- Mattias Bärjed (guitare)
- Jan Martens (basse)
- Ludwig Dahlberg (batterie)


1. Power & Volume
2. Free Fall
3. Midnight Vulture
4. Top Of The World
5. Attila
6. World Domination
7. Love Bombing
8. Damnation
9. Meriola Blues
10. Meat
11. +
12. Change Is Coming
13. Yeah!!!



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod