Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Kiss, New York Dolls, The Ramones , The Struts , Thin Lizzy

BITERS - Electric Blood (2015)
Par JASPER LEE POP le 27 Janvier 2017          Consultée 831 fois

L'autre jour, à peine la porte de la rédaction de FP poussée que la secrétaire m'apostrophe pour me dire que le boss m'attend dans son bureau et qu'il est fumasse. Bon d'accord je n'ai toujours pas commencé mon chantier JANE'S ADDICTION comme je m'y étais engagé mais je ne chôme pas avec CHEAP TRICK, merde quoi ! Je rentre la tête dans les épaules, j'inspire profondément et j'ouvre la porte du bureau du grand manitou.

« Jasper, t'es gonflant, t'as vanté les talents d'un groupe dans la chronique d'un autre groupe et tu chroniques même pas le groupe. »

Ouhla, c'était quoi cette phrase ? Il ne serait pas un peu fatigué, le boss ?

« Fais pas ton innocent, t'as descendu les STRUTS en utilisant une analogie culinaire à base de hamburgers complètement tirée par les cheveux et t'as conseillé aux lecteurs l'écoute d'un autre groupe, les BITERS. 
- Ah ouais, c'est vrai, très sympa, ce groupe-là.
- Sauf que depuis, c'est le bordel. On croule sous les demandes, la boîte mail sature tous les jours, la standardiste est au bord du burn-out et on ne sait plus où entreposer les sacs de courrier.
- Les gens envoient encore des lettres? 
- Ne me coupe pas la parole. Tu vas à ton bureau et tu me ponds cette chronique. Là, maintenant, tout de suite. »

OK, je m'exécute. BITERS (ouais, bizarre, pas d'article) est un groupe originaire d'Atlanta en Géorgie fondé par le guitariste/chanteur Tuk Smith qui s'était sérieusement cramé les ailes avec ses deux formations précédentes (Heart Attacks et Poison Arrows) détruites par excès de substances toxiques. Tuk est clean maintenant et il entend repartir sur des bases saines pour s'élancer à nouveau à la conquête du monde. La recette qu'il propose avec son quartette peut quasiment se deviner en analysant le look des lascars : cheveux ébouriffés noir corbeau, perfecto deux tailles trop courts, jeans moulants, baskets montantes et forfait tatouages illimités. Sans surprise, le groupe propose donc sur ce premier album qui succède à quatre EP (dont le deuxième au titre décomplexé « It's Ok To Like Biters ») un rock estampillé glam/punk influencé pêle-mêle par T-REX, The RAMONES, KISS et un paquet d'autres gloires des 70s (un de leurs titres ne s'appelle pas « 1975 » pour rien).

Sans surprise donc, mais avec un vrai sens de la mélodie et des refrains power pop sacrément accrocheurs, agrémentés de solos minimum syndical bien construits (qu'on ne s'y trompe pas, c'est un art de faire court) typiques de l'école du spaceman Frehley. Ingrédient supplémentaire plutôt original pour le genre, des passages en twin guitars ici et là et une référence plus prononcée encore aux maîtres du genre qu'étaient THIN LIZZY sur le morceau « Space Age Wasteland » (mieux digérée que sur « So Many Nights » du EP Last Of A Dying Breed, trop voyante).

Vous mélangez le tout et vous obtenez un cocktail qui faute d'être novateur n'en est pas moins frais et vivifiant parce qu'exécuté au premier degré avec sincérité et sans artifices. La production un peu cheap mais brut de décoffrage n'est en cela pas un handicap tant elle renforce au contraire le côté juvénile de l'entreprise. « Juvénile » est bien l'adjectif qui convient à cette collection d'hymnes adolescents et ceux qui préfèrent le champagne et les petits fours à la bière et aux burgers qui dégoulinent de ketchup (il fallait bien que je la replace mon analogie culinaire tirée par les cheveux) passeront leur chemin. Vus en première partie de DANKO JONES, les gars sont authentiques et efficaces. L'album plafonne à 35 minutes sans temps morts, c'est idéal pour aller chercher le pain et en prime vous aurez le sourire en disant bonjour à la boulangère.

3,5/5

« Mission accomplie, patron ! De quoi ? Il faut que je ramène les sacs de courrier chez moi ? »

A lire aussi en GLAM-ROCK :


MÖTLEY CRÜE
The End : Live In Los Angeles (2016)
Fury Road




ROXY MUSIC
Siren (1975)
Moins mythique mais toujours très inspiré


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Tuk Smith (chant, guitare)
- Matt Gabs (guitare)
- Philip Anthony (basse)
- Joey O'brien (batterie)


1. Restless Hearts
2. 1975
3. Heart Fulla Rock N'roll
4. Dreams Don't Die
5. Electric Blood
6. The Kids Ain't Alright
7. Low Lives In High Definition
8. Time To Bleed
9. Loose From The Noose
10. Spage Age Wasteland



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod