Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1978 Mono Tono
 

- Style : The Damned

SKIANTOS - Mono Tono (1978)
Par SASKATCHEWAN le 4 Février 2017          Consultée 208 fois

À la fin des années 70, les universités italiennes sont le théâtre de mouvements de protestation spontanés, menés par des étudiants qui en ont soupé des méthodes des vieux partis de gauche comme le PCI et le PSI. Il faut dire que les caciques de ces deux formations, tout socialistes et communistes qu’ils soient, sont souvent plus occupés à se remplir les poches qu’à préparer les lendemains qui chantent pour leurs concitoyens, ce que prouvera l’opération « Mains propres » au début des années 90.

En attendant le grand coup de balai, les autonomistes ne sont pas vraiment accueillis comme des visionnaires. La police a la main particulièrement lourde à Bologne, où la mort d’un étudiant en 1977 est le point de départ d’une vague d’émeutes qui va gagner tout le pays. Comme en 1968, l’occupation des facs et des squats est l’occasion pour les plus artistes de se lancer dans le grand bain de la contre-culture. C’est ainsi qu’une bande de jeunes Bolognais, menée par Freak Antoni, crée les SKIANTOS, un groupe de punk qui autoproduit son premier album, Inascoltable, dès 1977.

Cette démo attire l’attention de CRAMPS Records, le label milanais qui a lancé la carrière du rockeur Eugenio FINARDI. Le premier single, « Karabigniere Blues », voit le jour très rapidement, en 1978. Les SKIANTOS se démarquent déjà par le ton ironique de leur chanson, et par un certain sens de la parodie. Le texte n’a rien de virulent, il se contente de croquer avec malice la routine de l’existence policière, le tout accompagné de quelques accords d’un blues très sommaire. La face B est plus intéressante, avec « Io sono un autonomo », manifeste plein d’autodérision de la jeunesse d’alors, dans un esprit très punk.

Ce premier single a depuis été inclus dans la réédition en CD de MONO tono, le premier véritable album studio du groupe, qui a également vu le jour en 1978. À l’époque, les SKIANTOS comptent sept membres, dont trois (!) chanteurs, un effectif appelé à être bouleversé à de nombreuses reprises par la suite. Le leader est toujours Freak Antoni qui pose sa voix éraillée sur la plupart des morceaux. Les textes sont complètement loufoques, dans un style que Freak a lui-même baptisé « rock demenziale » (« rock démentiel »).

Les deux premiers titres du disque, « Eptadone » et « Panka Rock », sont des condensés de ce que les SKIANTOS savent faire de mieux : un punk-rock direct et efficace, une sorte de The DAMNED à l’italienne, où les rires déments et les fausses voix de femme peuvent surgir au détour de chaque refrain. Chaque vocaliste apporte sa petite touche personnelle, et les guitares ne sont pas en reste. Le bassiste, Frankie GROSSOLANI, fait sa petite impression, avec quelques passages bien sentis sur « Massacrami pure » et « Diventa Demente ».

Véritables arlequins du punk, les SKIANTOS sont vêtus d’un patchwork improbable de styles musicaux plus ou moins liés au rock. Ils prennent un malin plaisir à battre en brèche les clichés du genre, avec comme victime expiatoire la chanson d’amour (« Io ti amo da matti » et « Vortice »). De fait, nos punks italiens se moquent de tout : du surf-rock (« Ehi, ehi, ma che piedi che c'hai »), des ROLLING STONES (« Pesto duro »), du psyché (« Bau bau baby »), du public (« Largo all'avanguardia »), mais surtout d’eux-mêmes (« Io sono uno skianto »).

Faux premier album, Mono Tono est une vraie réussite qui prend le contre-pied parfait de son nom ingrat. On ne s’ennuie pas une seule seconde sur ce disque : la fraîcheur et l’humour des SKIANTOS sont particulièrement communicatifs. Même si son successeur ira beaucoup plus loin, Mono Tono mérite que l’on s’attarde sur son cas.

A lire aussi en PUNK-ROCK par SASKATCHEWAN :


KOROL I CHOUT
Kamnem Po Golove (1996)
Les Russes aussi ont leur Offspring, en mieux...




KOROL I CHOUT
Boud Kak Doma, Poutnik... (1997)
R.L. Stine chanté par des punks russes


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Roberto 'freak' Antoni (chant)
- Andrea 'jimmy Bellafronte' Setti (chant)
- Stefano 'sbarbo' Cavedoni (chant)
- Fabio 'dandy Bestia' Testoni (choeurs, guitare)
- Andrea 'andy Bellombrosa' Dalla Valle (guitare)
- Franco 'frankie Grossolani' Villani (basse)
- Leo 'tormento Pestoduro' Ghezzi (batterie)


1. Eptadone
2. Panka Rock
3. Pesto Duro (i Kunt Get No Satisfucktion)
4. Diventa Demente (la Kultura Poi Ti Kura)
5. Io Me La Meno
6. Bau Bau Baby
7. Io Sono Uno Skianto
8. Io Ti Amo Da Matti (sesso & Karnazza)
9. Vortice
10. Massacrami Pure
11. Largo All'avanguardia
12. Ehi, Ehi, Ma Che Piedi Che C'hai
- Titres Bonus
13. Karabigniere Blues
14. Io Sono Un Autonomo
15. Fate Skifo (demo 1978)
16. Skarrafato (demo 1978)
17. Frontale Diretto (demo 1978)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod