Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNK  |  SINGLE

Commentaires (11)
L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style : Justice

DAFT PUNK - Get Lucky (2013)
Par A.T.N. le 2 Décembre 2013          Consultée 755 fois

Le meilleur single dans son genre depuis Billie Jean ? Ptêtre bin qu'oui.

Point commun avec son aîné, "Get Lucky" remplit les dancefloors avec toutes les générations, à n'importe quel moment de n'importe quelle soirée. Les quinquas lâchent leur whisky, les trentenaires posent leur bière et les djeunz accourent. Comme pour la ligne de basse célèbrissime du chef d'œuvre de JACKSON. Faites le test. C'est imparable.

Ce n'est pas le fruit du hasard : les robots versaillais ont tout calculé dans les moindres détails. A ce niveau, cela relève de la sorcellerie: un seul des ingrédients viendrait à manquer, que l'édifice s'écroulerait. Parcourons-les:

Les cocottes de Nile RODGERS, principal compositeur, sont uniques. Qui d'autre peut plaquer ces accords de cette façon funk, fluide et tranchante à la fois ? L'ingrédient de base, et DAFT PUNK a eu l'intelligence de construire le morceau autour des idées du fameux guitariste/producteur.

La batterie est parfaite. Grosse caisse et caisse claire sont immuables, c'est la finesse du charleston qui va donner ces micro-impulsions au popotin en apportant juste ce qu'il faut de contre-temps.

Que dire de la basse ? Il y avait mille façons de donner un soutien rythmique banal, calqué sur la batterie, scolaire, quoi. Cette basse ronde, gommeuse, totalement libre, plaçant les notes avec une parcimonie folle pour un morceau qui dansant, a dû demander un boulot de malade. Et ces petits accords de claviers... le piano résonne une fois par mesure, et le petit orgue à la Stevie WONDER saupoudre ses gimmicks syncopés en parallèle... irrésistible. Là aussi, si on l'enlève, tout s'effondre.

DAFT PUNK a fait appel aux bonnes personnes pour chacun de ces ingrédients, pour confier ces tâches aux pointures du secteur. Tout ce personnel (Omar Hakin, le batteur, a joué chez CHIC ou Marcus MILLER ; Nathan East à la basse a exercé chez Stevie WONDER ou Michael JACKSON...) a répondu aux exigences des Frenchies. Pharell WILLIAMS ajoute sa voix propre au style, le vocodeur déboule pour une séquence stroboscopique qui non seulement rend le morceau identitaire pour DAFT PUNK mais prolonge sa vie de deux minutes sans une once d'ennui.

6 minutes au total (pour la version album) avec 4 accords qui ne changent jamais, sans qu'on voie le temps passer tant l'envie de danser reste forte, voilà une sacrée prouesse. Succès planétaire immédiat, et archi mérité pour ce chef d'oeuvre du genre.

A lire aussi en FUNK :


LIQUID LIQUID
Slip In And Out Of The Phenomenon (2008)
Le big beat originel, groove des tribus de la rue




PRINCE
Art Official Age (2014)
R&b according to Prince


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   A.T.N.

 
   (2 chroniques)



- Thomas Bangalter
- Guy-manuel De Homem-christo
- Pharrell Williams (invité)
- Nile Rodgers (invité)


1. Get Lucky



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod