Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ-ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1972 Matching Mole
Little Red Record
 

- Membre : The Soft Machine , Caravan, Quiet Sun, 801, Camel, National Health
- Style + Membre : Robert Wyatt , Hatfield And The North

MATCHING MOLE - Little Red Record (1972)
Par MARCO STIVELL le 4 Novembre 2017          Consultée 1180 fois

Le 18 octobre 2017, il y a quelques jours seulement donc, Phil Miller nous a quittés. Rendons un modeste hommage au guitariste dont MATCHING MOLE, il y a 45 ans, demeure parmi les plus hauts faits d'armes. Le deuxième disque de la formation, Little Red Record en novembre 1972, quelques mois seulement après le premier, révèle dès la pochette ce caractère guerrier d'un groupe révolutionnaire, solide et plus que prêt à en découdre.

Une oeuvre clairement moins romantique, moins nébuleuse et tout simplement moins marquée par Robert Wyatt, qui pourtant chante davantage encore. On peut facilement s'y perdre, surtout si on aime les longues improvisations et les délires jazz-expressionnistes ; ce n'est pas le cas de Dave Sinclair qui part rejoindre la seconde incarnation de son ancien groupe CARAVAN. Le Néo-zélandais David MacRae, invité sur le premier disque, prend ici sa place.

Il partage également la quasi-totalité de la composition avec Miller et McCormick. C'est un travail à part égale, Wyatt y emploie son toucher de batteur exceptionnel en toute tranquillité et pour la dernière fois de sa vie. "Flora Fidgit", "Smoke Signal" et "Brandy as in Benj" (respectivement de MacCormick pour le premier et MacRae pour les deux derniers) adoptent tous cet esprit détente durant lequel on peut entendre un solo de basse, divers effets de guitare et de claviers, Wyatt qui fait pleuvoir ses cymbales et descend ses toms avec une agilité extrême.

Cette homogénéité nuit à la construction de l'opus par rapport au précédent qui avait sa particularité, mais pour un amateur de jazz-fusion ou prog Canterbury, cela reste d'un haut niveau, et depuis un regard plus neutre, c'est effectivement très bon. J'avoue préférer Wyatt chanteur sur la ballade acoustique "God Song", plutôt inattendue, et mieux qu'ailleurs.

Parce que sinon, dès le départ et l'introduction chorale de "Starting in the Middle of the Day...", l'ami Robert plante ses délires vocaux qui peuvent atteindre un domaine assez extrême avec des intonations de gamin farceur, sur "Brandy as in Benj" par exemple. Il y a aussi l'actrice Julie Christie (sublime Lara Antipova du Docteur Jivago), amie proche renommée Ruby Crystal, qui vient dialoguer avec Wyatt sur "Nan True's Hole", pendant que les instruments s'emportent derrière.

Au final, il ne manque le saxophone furieux d'un Gary Windo ou d'un Mel Collins pour que Little Red Record soit parfaitement dans le moule. Or il ne l'est pas, chose que l'on préfère et c'est en grande partie grâce aux claviers, même si le mellotron de Wyatt nous manque un peu. David MacRae parvient à nous tenir en haleine grâce à son jeu de piano Fender Rhodes et sa capacité à le modifier.

Last but not least, Brian Eno en personne et provisoirement emprunté à ROXY MUSIC apporte sa touche personnelle à "Gloria Gloom", pour les parties d'intro et finale, alors que le milieu est un nouveau joyeux bordel improvisé et vocal. Ses synthés pré-ambient ont une belle couleur malsaine et cette expérience demeure, hélas, unique.

Phil Miller propose quelques-unes des créations les plus émouvantes de la formation au moment de ses solos et notamment sur la "Righteous Rumba". Pas de virtuosité, juste les notes qu'il faut, et des effets sans excès, bien soutenus par la basse de McCormick qui fait pareil à côté. De même, "Smoke Signal" se pose en conclusion crépusculaire, avec ses mélodies en finesse.

L'histoire de MATCHING MOLE, groupe plein de promesses rapidement tenues, est violemment interrompue lorsque, au milieu l'année 1973, avant l'enregistrement du troisième album, Robert Wyatt devient paralysé à vie après une chute terrible et doit changer son approche de la musique comme tout le reste de son quotidien.

David MacRae rejoint Nucleus avant de fonder Pacific Eardrum ; sa fille Jade sera une chanteuse pop à succès en Australie. Phil Miller rejoint HATFIELD AND THE NORTH puis NATIONAL HEALTH, entre autres. Bill MacCormick continue lui aussi à travers divers projets avant de mener une carrière politique et, beaucoup plus tard comme webmaster pour... GENESIS !

1972 est donc à graver en année forte pour le rock progressif, elle scelle la courte mais faste carrière de MATCHING MOLE.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


IONA
Live In London (2006)
Enfin un dvd !




TWELFTH NIGHT
Live And Let Live (1983)
Rock néo-progressif


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Miller (guitares)
- Dave Macrae (pianos, orgue, synthétiseurs)
- Bill Maccormick (basse)
- Robert Wyatt (batterie, chant)
- + Brian Eno (synthétiseur)
- Ruby Crystal (voix)


1. Starting In The Middle Of The Day We Can Drink...
2. Marchides
3. Nan True's Hole
4. Righteous Rumba
5. Brandy As In Benj
6. Gloria Gloom
7. God Song
8. Flora Fidgit
9. Smoke Signal



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod