Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2009 Good Morning Restrained

E.P

2017 The Demon King

MAGNA CARTA CARTEL - Good Morning Restrained (2009)
Par BAKER le 15 Décembre 2017          Consultée 1851 fois

Qu’est-ce que MAGNA CARTA CARTEL ? Moults propositions fonctionnent, mais ce sera plus simple de dire surtout ce que ce n’est pas : un groupe de metal. C’est pourtant dans ce rayon que vous avez le plus de chances de trouver ce premier album, pour la simple raison que les musiciens ont été pratiquement tous à l’origine de GHOST. Or, si certains proclament déjà, avec ardeur et insistance, que GHOST est un groupe de pop, de variété, de rock, mais en aucun cas de hard rock ou de metal, alors que dire de MCC ? Que leurs influences les plus flagrantes, à tous les niveaux (sons, ambiances, mais aussi mélodies pures et production), sont le ANATHEMA version acoustique, R.E.M. et EXPLOSIONS IN THE SKY. Soit un mélange de rock indépendant, de post-rock, de folk-rock et de dream pop, avec un son assez brut, des guitares traitées de façon extrêmement organique (Peter Buck, Mike Oldfield, The Edge, Steve Howe surgissent au détour de cordes minutieusement glissées), et une priorité absolue à la mélodie. Et sur ce dernier point, je vois déjà des fans de GHOST, et il y en a, qui dressent l’oreille.

Le plus important, en découvrant ce disque, c’est d’accepter de se laisser entraîner. La mise en place est presque parfaite mais pas clinique comme on a l’habitude, le son peut fluctuer un peu d’un titre à l’autre, et ça pue le bonheur et la bonne humeur : une fois tout ça accepté, assimilé, vous allez vous régaler. A moitié instrumentale (d’ailleurs Tobias Forge n’est que bassiste sur ce projet, le chant se répartissant entre deux futures Nameless Ghouls), la musique de MCC n’a pas peur d’aller chercher les mélodies simples mais charmantes ("Third Time"), les parties acoustiques chatoyantes ("Dollhouse", instru prog décomplexé), les ambiances ouatées ("Attending"), mais surtout des riffs tuants. "Sunset" par exemple, joyeux en diable, entraînant, qui fout une banane à vous donner le sourire de Miss Betterave 1992. Ou "Vailiant Visions Dawn", bijou de pop song qui aurait largement mérité de dominer les ondes des radios généralistes. Les guitares ne sont d’ailleurs pas les seules à donner dans le riff entêtant : sur "Metropolis Flow", nous avons des synthétiseurs à la limite allègrement franchie de la putasserie, et vous savez quoi ? C’est bien ! Ca rappellera quelques glorieuses pages de la synthwave actuelle, sauf qu’en 2009, ce terme n’existe pratiquement pas.

Même sans riff ou mélodie entêtante, certains titres gagnent la sympathie grâce à leur force de caractère, leur rythme qui vous drive pour toute la journée : "Driving" justement qui vous fera inéluctablement remuer le cul, ou "Borderline" donc la seconde partie fait penser à un FATES WARNING qui aurait complètement tourné rock indé. Quant à l’epic final, pour vous dire à quel point c’est accessible et sans prise de tête, disons que l’artiste qui s’en rapproche le plus est Chris REA. Bon, quelques titres sont un peu en-dessous du niveau global, à commencer par le tout premier qui fait juste office de petit apéritif, se mettre dans le bain. Et certains codes (son brut, optimisme) pourront destabiliser ceux d’entre vous qui s’attendaient à du pro carré bourrin. Mais justement, ce petit disque fait un bien fou de par le vent de fraîcheur qu’il apporte. Très pop, très accueillant, il est aussi recommandable que GHOST tout en étant foncièrement différent. Et si on ne regrette évidemment pas que les musiciens aient rejoint un certain Papa Emeritus, on est tout aussi heureux de savoir que, rien ne se perdant, rien ne se créant, tout se transformant, MAGNA CARTA CARTEL s’est reformé en 2016 pour de nouvelles aventures au pays des Notes Joyeuses.

A lire aussi en POP par BAKER :


Paul WILLIAMS
Phantom Of The Paradise (1974)
"Ink is nothing to me winslow...now sign !"




Laura BRANIGAN
Self Control (1984)
Le son se durçit, le ton aussi


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Simon Söderberg (guitare, chant)
- Martin Persner (guitare, chant)
- Tobias Forge (basse, guitare)
- Arvid Persner (batterie, guitare)
- Pär Glendor (claviers, guitare)


1. That It Is Already Too Late To Leave
2. This Time
3. Sunsettlers
4. Attending Midnight Screen
5. Metropolis Flow
6. Deriving A Distance
7. Borderline Bordello
8. So Long
9. Valiant Visions Dawn
10. Dollhouse Decoration
11. Hotellus Eviction



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod