Recherche avancée       Liste groupes



      
CAJUN  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NATHAN ABSHIRE - Pine Grove Blues (1974)
Par LE KINGBEE le 11 Mars 2018          Consultée 323 fois

Encore une pochette qui risque de faire sourire et peut être bien pire. Le visuel renvoie instantanément aux disques d’accordéonistes auvergnats, le genre de pochettes ringardes comme on en voyait tant à la fin des années cinquante jusqu’au milieu sixties. Mais l’habit ne fait pas le moine et il arrive qu’une pochette se révèle trompeuse sur son contenu.

Nathan ABSHIRE n’est ni auvergnat ni berrichon, il voit le jour en 1913 à Gueydan, une bourgade au cœur des bayous louisianais. Issu d’une pauvre famille de métayers, aîné d’une famille de six enfants, il se met à l’accordéon à boutons dès six ans. Le prodige se produit en public deux ans plus tard animant kermesses, piqueniques, Fais Do Do et autres festivités locales. En 1935, il intègre brièvement l’orchestre de Leroy « Happy Fats » Leblanc, les Rayne-Bo Ramblers et enregistre à la Nouvelle Orleans une poignée de titres. Mais les chemins entre Leroy Leblanc et Nathan Abshire vont vite se séparer : le premier est sympathisant du KKK, le second influencé par Amédée Ardoin, ne fait pas de différence entre ses voisins noirs et les cajuns des bayous. Avec l’émergence du Western Swing, le répertoire local est quasi étouffé et pour survivre notre bonhomme se met au fiddle (violon) et devient accompagnateur. En 1942, alors âgé de 29 ans, Abshire est enrôlé sous la bannière de l’Oncle Sam pour aller combattre dans le Pacifique. Sa carrière de soldat ne s’éternise pas, Nathan ne parle pas l’anglais ne le comprend pas, on le prend pour un débile et on s’empresse de le réformer.

De retour à la vie civile, il cumule tout une série de petits métiers, bosse dans une scierie, devient réparateur poêles à mazout. Alors qu’il ne joue plus que devant de petits comités pour des anniversaires et des kermesses, il intègre en 1948 les Pine Grove Boys, formation du fiddler Will Kegley. Le groupe se transforme en New Pine Grove Boys et décroche un contrat avec la KPLC, une radio de Lake Charles. Si le groupe rate le coche auprès du label Goldband d’Eddie Shuler, trop occupé par la promotion d’Iry Lejeune, autre accordéoniste de renom, il attire l’attention de Virgel Bozeman, patron du label texan O.T. Records. En mai 49, le groupe met en boite huit titres dont « Pine Grove Blues », un titre plus beuglé que chanté tenant autant du Blues que du Hillbilly. Le succès improbable est quasi immédiat et passe en boucle sur les ondes des radios louisianaises. Au début des fifties, Abshire enregistre pour Khoury’s et Lyric Records propriétés du promoteur George Khoury. L’accordéoniste enchaînera sur le label Kajun, filiale d’Excello, parfois en compagnie de l’harmoniciste noir Lazy Lester.

Au début des sixties, suite au boom du Blues Folk Revival, Chris Strachwitz patron du label Arhoolie Records va l’enregistrer chez lui et parviendra à le faire sortir de la Cajun Frontier, réserve indienne où Nathan s’était réfugié. Le bonhomme devenu ferrailleur le jour et accordéoniste la nuit, va connaitre un gros succès en 1964 au New Port Festival, évènement qui allait lancer définitivement sa carrière. Abshire va alors enregistrer pour de nombreux disques pour les labels Arhoolie, Sonet, Swallow Records et le label La Louisiane de Carol Rachou jusqu’en 1978. L’accordéoniste aura côtoyé sur scène et en studio les meilleurs musiciens de la région. A la mort de Lawrence Walker en 1968, Nathan Abshire deviendra le porte flambeau de la musique cajun grâce à son d’écriture, sa bonhommie et un jeu d’accordéon digne des plus grands virtuoses. Artiste sincère, authentique, sans plan de carrière, préférant la compagnie de gens simples au lieu des paillettes, Nathan Abshire, victime de sa passion pour la boisson, nous quitte en 1981. Son influence sur les musiciens cajuns de la nouvelle génération demeure aujourd'hui encore bien palpable.

Publié en 1974 par Floyd Soileau, patron du label Swallow, ce disque propose 12 titres enregistrés lors de quatre sessions entre 1966 et 1968. Dix de ces douze morceaux seront préalablement édités en singles. D’entrée de jeu, le parallèle avec Clifton CHENIER ou Amedee ARDOIN saute aux yeux (ou aux oreilles). « Pine Grove Blues » évoque autant le Zydeco Blues que le Cajun Creole. Quand on précisait que le Père Nathan avait des problèmes avec l’anglais (langue imposée aux cadiens par le gouvernement), il suffit d’écouter les paroles pour se dire que le chanteur tient autant du français que de l’américain : « Hé, négresse! - ayoù toi t'as partir hier au soir, ma négresse? -T'as 'rivé é à c'matin-Soleil étais après s'lever. Ça m'fai d'la peine pour toi! … ». Les influences du Zydeco Blues, celui des Grands Maîtres Clifton Chenier, Boozoo CHAVIS, sont encore évidentes sur le two-step instrumental « Shamrock ». Bien sur comme dans tout disque cajun qui se respecte, la valse se taille une bonne part du gâteau: « Valse De Holly Beach », « Service Blues », « Musician ‘s Life », « I Don’t Hurt Anymore » (chanté en cajun malgré le titre) et « Phil’s Waltz » alternent tour à tour entre lenteur et rythmes rapide, tandis qu’au niveau des textes Abshire procède à un roulement entre paroles mélancoliques et festives.

Mais l’accordéoniste excelle également dans le domaine du two-step. L’instrumental « Fee Fee Poncho » tient autant du répertoire noir que blanc avec la présence d’une lap steel. « Sur Le Courtableau » se révèle comme une invitation à la danse et au gueuleton : « Mais s'en aller sur le Courtableau, petit monde, Pour ramasser des écopeaux, yé yaie. Ouoi faire tu veux, bébé? Pour bouillir des écrevisses, yaie… ». Autre grand moment avec la reprise de Joe South « Games People Play » chanté en cajun avec fiddle virevoltant, accordéon, lap steel. Si le morceau a connu moult versions Country ne se démarquant guère les unes des autres, Nathan Abshire nous en offre une interprétation hautement réjouissante orientée sur la réjouissance. Une vraie Nouba ! Si Bettye LaVette et Doris Troy en Soul, Duane ALLMAN et les GEORGIA SATELLITE en délivraient des versions d’excellente facture, celle d’Abshire épaulé par les Balfa Brothers est très certainement la plus dansante avec celle du groupe Reggae Inner Circle. Chez nous, le parolier Jacques Plante a adapté le titre sous le nom de « Jeu Dangereux » pour Claude François. A vous de voir si le titre était prémonitoire.

« Pine Grove Blues » marque la quintessence du répertoire cajun des années 70. Véritable étendard aux influences multiples (Zydeco, Creole Cajun, Cajun), il aura fallu une dizaine d’année pour que l’Industrie du disque se rende compte de la perte de cet accordéoniste anticonformiste. Aujourd'hui, son répertoire est repris par de nombreux groupes de l’actuelle génération aussi bien cajun que Zydeco (Pine Leaf Boys, Lost Bayou Ramblers, Wayne Toups, Steve Riley, Tab Benoit, Horace Trahan, jusqu'au combo suisse Mama Rosin). Reste à savoir où ranger cet artiste atypique, en Blues, en Country ou en Musique Folklorique. Pour une meilleure compréhension, Nathan Abshire sera classé dans la commode Folklorique, mais ce genre de meuble dispose souvent de tiroirs à double fond.

*En 1987, le label anglais Ace a publié une compilation vinyle de 16 pistes (11 doublons) sous le même titre. Hormis les Balfa Brothers, on ignore avec exactitude la composition de la line-up, les noms du bassiste et du batteur ne sont qu'une suggestion personnelle.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES :


CLANNAD
Crann Ull (1980)
Printanier




The CHIEFTAINS
7 (1977)
Nouveau tambour et disque plus collectif


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Nathan Abshire (chant, accordéon)
- Thomas Langley (chant 1)
- Rodney Balfa (guitare)
- Dewey Balfa (fiddle)
- Burkeman Balfa (triangle)
- Oziet Kegley (batterie)
- Jim Baker (basse)
- Atlas Fruge (lap steel)


1. Pine Grove Blues.
2. La Valse De Holly Beach.
3. Games People Play.
4. Service Blues.
5. A Musician's Life.
6. Fee-fee Pon-cho.
7. Lemonade Song.
8. La Valse De Bayou Teche.
9. Sur Le Courtableau.
10. I Don't Hurt Anymore.
11. Phil's Waltz.
12. Shamrock.



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod