Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2018 Clouds

BYSSHE - Clouds (2018)
Par WATCHMAN le 10 Août 2018          Consultée 731 fois

Les Fourgs, dans la département du Doubs. Une bourgade avec un nom qui prête à confusion puisque, malgré cette référence à la chaleur, elle se situe dans une région qui chaque hiver enregistre des records nationaux de basses températures. En bref, une parenthèse géographique qui me permet d'introduire ma chronique au sujet du premier album d'un groupe à l'univers étrange et folklorique, tout imprégné de poésie et de psychédélisme, né sur ces hauts plateaux (souvent enneigés) proches de la Suisse.

Bysshe est le second prénom du poète britannique Percy Shelley. Un indice qui en dit déjà long sur l'influence de la poésie dans l'univers à la fois sonore, visuel et textuel du projet. Textes assurés par un parolier, dixit les membres du groupe, mais au sujet duquel je ne pourrai malheureusement pas dire davantage, ne sachant tout simplement rien de lui (ou d'elle). Mystère, mystère...

Après 15 secondes de silence, "Farewell To The Muse" ouvre les hostilités sur un riff zeppelinien. Tout est bien en place et, pour un groupe amateur, la production est plus qu'excellente. Très claire et nette, avec une profondeur de son rarement atteinte à ce niveau. Une parfaite entrée en matière, où le chant d'Élodie (qui s'occupe également des claviers) se distingue déjà. Ce sera d'ailleurs une constante tout au long du disque, faisant de cet aspect l'une des forces et même l'un des atouts majeurs de la formation. Variant habilement puissance et émotion, la demoiselle donne littéralement l'impression d'une facilité déconcertante de ses cordes vocales. Quelque part entre Janis JOPLIN, Grace SLICK, Patti SMITH et Joan BAEZ.
Puis vient le tour de "A Word", single en puissance, au solo que n'aurait pas renié David GILMOUR. Tous les titres s'enchaînent de façon très efficace et cohérente, en alternant bien les ambiances dualistes, breaks planants/riffs plus appuyés, jusqu'à selon moi le point d'orgue, l'Everest, l'Anapurna de l'album : "Clouds". Plus de 10 minutes de voyage psychédélique regorgeant de passages marquants. C'est tout à fait pour ce genre de titre que l'on écoute du rock psychédélique et progressif. Un bijou sur lequel vous devez absolument jeter une oreille (et même les deux ce sera encore mieux).
Autre titre marquant : "Paradise Lost". Une intro façon metal gothique avec une mélodie qui rappelle ce que PARADISE LOST (tiens, tiens...) proposait vers 1992-1993. Et quand on sait que Percy Shelley et John Milton (l'auteur du Paradis Perdu) sont affiliés à la littérature gothique, eh bien on se dit que tout à un sens. "Witches Wood" se charge de conclure l'album sur des accents de sorcellerie, façon Coven ou plus récemment The Devil's Blood. Et pour les plus attentifs et patients des auditeurs, on a même droit au coup du morceau caché, mais chut!

Dans le circuit amateur, tomber sur un premier album de ce calibre est tout bonnement exceptionnel, tant la maîtrise est là chez ces musiciens dont la moyenne d'âge oscille autour de 23 ans. On sent qu'une réelle maturité se dégage déjà de leur travail car ils arrivent à nous proposer une identité musicale propre, à l'univers fantastique et fascinant, baigné de littérature, d'ésotérisme et même de références cinématographiques puisque la calligraphie de la tracklist au verso de la pochette n'est ni plus ni moins que celle de la série American Horror Story.

Pour fans de LED ZEPPELIN, KING CRIMSON, YES, JEFFERSON AIRPLANE, CAMEL, PINK FLOYD, et plus récemment THE BLACK ANGELS ou encore TEMPLES.

Morceaux favoris : "A Word", "Clouds", "Paradise Lost".

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE :


KILL FOR TOTAL PEACE
Kill For (2009)
Pierre angulaire de la nouvelle scène française ?




The BRIAN JONESTOWN MASSACRE
Take It From The Man! (1996)
Une pépite 60's sortie en 96. Anachronisme?


Marquez et partagez





 
   WATCHMAN

 
  N/A



- Quentin Aymonier (guitares et chant)
- Élodie Belot (chant et claviers)
- Théo Aymonier (basse et chœurs)
- Fernand Bulle Piourot (batterie)


1. Farewell To Te Muse
2. A Word
3. Out Of The City
4. Snowstorm
5. Mistress Pale
6. Clouds
7. Paradise Lost
8. Witches Wood



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod