Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER ÉVOLUTIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



JäGER BLASTER - Introspecta (2019)
Par WATCHMAN le 8 Mars 2019          Consultée 303 fois

Nous avions quitté JÄGER BLASTER en 2017, suite à la parution de leur second E.P. qui marquait un virage très progressif et psychédélique dans la courte, mais cependant déjà bien remplie carrière du combo, formé en 2014. Entre-temps, le groupe a recentré son activité autour de la ville de Montbéliard et bénéficie désormais de son propre home studio aménagé chez leur chanteur/guitariste, leur apportant un confort de travail indéniable. Des conditions qui se sont révélées déterminantes dans l'évolution de leur son qu'ils n'ont cessé d'explorer et d'affiner à grand renfort de concerts et d'expérimentations jusqu'à, selon leurs dires, avoir aujourd'hui trouvé sur leur premier véritable album la formule qui leur convient le mieux.

Mais une évolution n'a aucun sens ni valeur sans une filiation assumée. Voilà pourquoi dès l'entame de Drunken Master on retrouve les caractéristiques riffs stoner/sludge, véritable socle et fondations du son du trio franc-comtois. Excellente piste d'introduction qui fait le lien avec leurs précédentes sorties, et dont le lead de guitare final est particulièrement réussi. Très accrocheur. On navigue ici en terrain connu en ce qui concerne le passé du groupe, mais avec ce petit quelque chose en plus que la suite de l'album se chargera de développer. Time Machine délaisse l'héritage de KYUSS et consorts pour s'aventurer en territoire beaucoup plus torturé. On y discerne un côté rock alternatif très bien intégré façon ALICE IN CHAINS, couplé à la tension et l'angoisse sonores typiques d'un NEUROSIS au mieux de sa forme.

"Hear the song from clocks around
And let your mind into sorrow
Hear the voices full of sadness here tonight
Breakless time will end our world."

Morceau choisi pour promouvoir la sortie du disque, Holy Demise fait parler la poudre d'entrée de jeu en faisant apprécier la précision rythmique du line-up, avant que le côté atmosphérique dorénavant très mis en avant par le groupe n'éclate à la face (ou plutôt aux oreilles^^) de l'auditeur grâce à la voix de Jeff, conférant à ce morceau une texture très post metal proche de ce que peuvent proposer des formations comme ISIS, OMEGA MASSIF, DIRGE ou encore le doom metal très personnel du groupe allemand AHAB.
Mais tout ceci n'était qu'un cheminement lent et tortueux jusqu'au final de l'album. La dantesque conclusion que représente le diptyque "Pessimista/Introspecta". À eux seuls, ces deux titres valent l'acquisition du disque et concentrent toutes les évolutions, expérimentations, remises en question et interrogations que le groupe a vécues et traversées ces dernières années. Toute la quintessence d'un long, douloureux mais fructueux travail résumée dans ces deux morceaux de plus de sept minutes chacun, où l'ombre de CULT OF LUNA plane à chaque instant, éclaboussant de sa froide et impérieuse présence la musique de JÄGER BLASTER pour mieux la subjuguer. Pour l'anecdote, c'est Magnus Lindberg en personne, multi-instrumentiste au sein du géant suédois en catégorie de post metal atmosphérique, qui s'est chargé du mastering de l'opus. Une preuve supplémentaire (s'il en fallait encore une) que le métal made in France a (et ce depuis de nombreuses années) vraiment tous les atouts pour bien s'exporter à l'étranger.

Autre information à souligner, on retrouve sur ce disque deux compositions parues initialement en 2017 sur l'E.P. "Brothers In The Skies", Indium et Faint With Water, mais dans des versions retravaillées. Je ne reviendrai donc pas dessus dans cet article, vous invitant par ce fait à vous reporter à la chronique (publiée sur ce même webzine) pour en apprendre davantage sur leur contenu, avant de vous pencher sur leurs petites sœurs pour trouver les différences notoires.

Introspecta est donc un très bon album. Une œuvre d'une grande cohérence, écrite par un groupe jeune mais qui fait déjà preuve d'une grande maturité dans son investissement et ses choix artistiques. On ressent à l'écoute de leurs morceaux une réelle confiance sur le plan technique, ainsi que la conscience des efforts à fournir pour accéder au niveau supérieur. Et nul doute qu'avec une carte de visite de la trempe de cet album, complétée par une expérience du live déjà bien éprouvée, ils finiront par y parvenir.

"Strike to the bored, godless in the city
All the truth lives in your eyes
There's no matter for deep inside
All the truth's bleeding away."

A lire aussi en HARD ROCK par WATCHMAN :


REBEL DUCK
Hard Rock City (2015)
Esprits rebelles.




FIELDS OF THE NEPHILIM
Earth Inferno (1991)
Trip nocturne


Marquez et partagez





 
   WATCHMAN

 
  N/A



- Jeff (chant/guitares)
- Nicolas (basse)
- Maxime (batterie)


1. Drunken Master
2. Time Machine
3. Indium
4. Holy Demise
5. Faint With Water
6. Pessimista
7. Introspecta



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod